Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Dernière visite le il y a moins d’une minute Nous sommes le Dim 15 Sep 2019, 22:34



 [ 25 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Fugue de la mineure
MessageMessage posté...: Lun 04 Juin 2012, 21:32 
Maître Floodeur, Grand Maître de Jeux
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Mar 25 Oct 2011, 01:00
Messages: 13951
PX:
« Ben… moi, je sais pas trop, répondit, un peu ennuyé, Télamon à Gol'Kai. Le marchand, il y avait bu avec mon père, à la taverne et il le lui a demandé, s'il en avait déjà entendu parler, de l'anneau des gobelins. Mais mon père, il savait rien… et le marchand, sur l'anneau, il lui en a dit dessus, quelques trucs. C'est fait par et pour des gobelins : l'anneau, il les rend plus malins, je crois. Mais si quelqu'un d'autre, il le chausse, il paraît qu'il devient tout rabougri et qu'il se met à parler en gobelin… Le marchand, il disait qu'il voulait l'acheter pour faire des farces.
— J'en i entendu prêchi, par chez mé, fit Sigebert, qui s'était approché, dans un parler encore plus rude, plus farci de patois que celui de Télamon, signe, s'il en était encore besoin après tout ce que Gol'Kai avait déjà vu, de la grande diversité des populations de Gemmaline. L'pé, il a dû croiser l'route eud'ton marchand, parce qu'il prêchait là-eud'sus y'a queq'jou. Il prêchait qu'l'anneau, c'étiot ben pas pour êt' pus malin, mais qu'c'étiot pour êt' pus biau et pus biau prêcheur, aussi. Et c'est pour çâ que si qu'ce s'rions nous'aut' qui le passent, j'deviendrions moques et déparlerions. »
Entretemps, Wuchao s'était approché d'eux en souriant. « Je vous avais dit de vous reposer, les jeunes. Et plus tard, vous apprendrez que les marchands, ils parlent beaucoup. Mais que c'est pas pour autant qu'il faut les croire, d'ailleurs, vos pères vous ont peut-être dit tout ça en rigolant, non ?
— Ben… ouais, un peu. Mais c't-y quand même possible, non, maitre Weng, un anneau comme ci ?
— Ça se pourrait, oui, ça se pourrait… Quant à vous, Gol'Kai, ne prêtez pas non plus trop de crédit à ce genre d'histoire… un tel anneau existe peut-être, mais attendez de le voir avant de penser le posséder. »
La Lune couchée, les étoiles étaient maintenant bien plus visibles, mais le feu était bien nécessaire pour permettre à tout le monde de voir assez bien. Wuchao servit aux jeunes gens quelques légumes confits réchauffés et un morceau du lapin que Gol'Kai et lui avaient tués un peu plus tôt, avec un gobelet de thé, non sans oublier de jeter un peu d'eau bouillante sur les pieds de l'orogue, accusant en même temps sa maladresse et l'absence de lumière, mais le sourire goguenard que le gobelin put voir sur ses lèvres en disait long sur cette prétendue maladresse…
Une fois que les jeunes eurent fini de manger, le Shou, qui bâillait de plus en plus à s'en décrocher la mâchoire, demanda à Gol'Kai d'assurer la veille jusqu'au lever du Soleil, qui devait arriver quatre heures plus tard, pendant qu'il se reposerait et que les victimes des orques dormiraient aussi.
« Demain, nous irons en ville avec l'un d'entre vous pour livrer cette ordure à la garde… et au bourreau. »

_________________
Frère Théodemir (Aussi joueur de feu Râourgh l’Éclateur de crânes, Marcel Fasnières, Kerrarc’h Linflexible et Méline l’érudite)
Cefrey Ventre-Solide, orfèvre et girly

Chapour et ses règles perso (Ne pas hésiter à les consulter régulièrement en cas de nouveauté ou pour rappel ! Nouveautés : réduction des dégâts des extérieurs alignés.)
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: Fugue de la mineure
MessageMessage posté...: Mar 05 Juin 2012, 13:33 
Aventurier de passage
Hors ligne

Inscription: Mar 12 Avr 2011, 14:46
Messages: 47
Gol'Kai écouta très attentivement tout se que les deux gamins lui dirent sur l'anneau, même si le deuxième sembla parler une quelconque langue étrangère pour le gobelin, tellement son patois était épais. Cependant, il pensa en avoir compris le plus possible et se contenta de hochements de tête pour le signifier. Il souriait à cette idée et avait déjà en tête de retrouver ce fameux anneau fait exclusivement pour les gobelins. C'était une quête qui le tentait et pouvait faire de lui quelqu'un d'autre. Oh non, Gol'Kai n'avait pas honte d'être un gobelin, bien au contraire, il en était même très, trop, fier. Il savait que les gobelins étaient supérieurs aux autres et appartenir à cette race était une fierté, même s'il souhaitait se démarquer de ses pairs en accomplissant des actes héroïques qui feraient de lui une légende auprès de son peuple, et surtout, du moins il l'espérait, une source d'inspiration pour les jeunes qu'ils suivraient pour devenir comme lui. Les gobelins manquaient cruellement de héros et Gol'Kai comptait bien être le premier et entrainer par la suite d'autres à suivre son exemple et se détacher d'une société corrompue et maléfique. Alors l'existence d'un tel anneau était pour lui une nouvelle flamme d'espérance et il croyait plus fortement encore qu'il pourrait s'intégrer aux sociétés de la Surface. Il se laissa aller à rêvasser. Malheureusement, il fut brutalement ramené à la réalité par Wuchao qui lui dit de ne pas trop s'accrocher à cette idée. Heureusement que le rôdeur urbain fit ensuite une petite farce à l'orogue, mais cela suffit à peine à calmer sa déception. Bien au contraire, sans même le comprendre, Gol'Kai ressentait une poussée de haine à l'encontre du rôdeur urbain qui cassait ses espérances. Il alla donc prendre son tour de garde, s'installant à côté du chien qu'il se mit à caresser tout en parlant à voix basse en gobelin, murmurant une chanson de chez lui.

Détection, Perception Auditive.

_________________
Le monde changer de vue sur gobelins.

viewtopic.php?f=5&t=3726
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: Fugue de la mineure
MessageMessage posté...: Mer 06 Juin 2012, 01:32 
Maître Floodeur, Grand Maître de Jeux
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Mar 25 Oct 2011, 01:00
Messages: 13951
PX:
 Encore un peu endolori, le chien se satisfit pleinement de la présence à ses côtés de Gol'Kai. Il se roula en boule à ses pieds, mâchonnant un os que lui avait laissé Wuchao. Les quatre humains se couchèrent autour du feu, le rôdeur gardant à proximité ses armes et attachant solidement l'orogue aux mains et aux pieds, non sans l'avoir préalablement étourdi. « S'il s'enfuit, abattez-le sans scrupule, avait-il dit à son compagnon. Je préfère le voir mort et manquer la prime que de le savoir en liberté. Et n'hésitez pas à le réveiller de temps à autre : une mauvaise nuit est le meilleur moyen de rendre incapable un magicien ! Ah, tiens ! Et plutôt que la garde, qui posera surement beaucoup de questions, trop de questions à mon gout, on le livrera au temple de Chauntéa, si vous n'y voyez pas d'inconvénient… ses prêtres relaient le pouvoir citadin à la campagne. »
 Le reste de la nuit se passa tranquillement. De temps en temps, le chien tressaillait, voire se relevait pour se coucher dans une autre position, ce qui permettait à Gol'Kai de se rendre compte que lui-même s'engourdissait un peu. À part les bruits habituels de la forêt, peu habituels toutefois aux oreilles de qui avait passé la majeure partie de sa vie en Outre-Terre, hululements, chuintements, glapissements, mais aussi cris des petits singes locaux… rien ne vint troubler la garde du veilleur. Jusqu'au moment où les trilles du rossignol laissèrent la place au chant du merle et aux alouettes qui grisollaient. Un coq un peu étouffé chanta au loin, aussitôt suivi par le braiment d'un âne qui avait plus de coffre. Tous ces bruits annonçant le lever prochain du Soleil sortirent Gol'Kai de sa torpeur.
 Le bleu du ciel s'estompait peu à peu tandis que les nuages pâlissaient un peu. La vue de ces nuages fit d'ailleurs penser au gobelin que la journée qui s'annonçait serait pluvieuse… et même très pluvieuse, ce qui marquerait peut-être un changement avec la sécheresse qui semblait régner ici, malgré l'impressionnante mais très brève averse de la veille. Il n'avait pas encore une grande expérience du climat de la surface, mais son sens de l'observation lui avait permis, lors de son périple depuis la Nord-Terre jusqu'à Gemmaline, d'acquérir quelques notions de météorologie.

 C'est l'âne qui acheva de réveiller Wuchao, Otgon et les trois jeunes gens. Ils se levèrent assez rapidement, l'habitude de se lever aux aurores pour les travaux domestiques, des champs ou de la carrière, certainement. Comme à son habitude, Wuchao se chargea de préparer un repas léger avec ses provisions et ce qu'il avait trouvé autour du feu, laissé par les orques, tandis qu'il invita Gol'Kai à dormir un peu s'il le souhaitait pour finir sa nuit. De son côté, l'orogue restait plongé dans un certain mutisme et détournait les yeux dès qu'on le regardait.

 « Nous devrons rentrer assez vite, si nous voulons éviter la pluie, fit le Shou en servant du thé à tout le monde. Lequel de vous trois souhaite venir au temple de Chauntéa pour témoigner contre vos ravisseurs ? »
 Se regardant les uns les autres, ils hésitèrent un peu avant de répondre. Livie préférait rentrer chez elle au plus vite, elle ne comprenait pas encore très bien ce qui s'était passé, mais regrettait déjà sa fugue ; Sigebert et Télamon, eux, peu pressés de revenir chez eux pour redescendre dans la carrière, finirent par dire à Wuchao qu'ils étaient d'accord pour les y accompagner.

 Une fois que tout le monde fut repu, la troupe s'ébranla, suivant le chemin effectué par Gol'Kai et Wuchao la veille au soir. Lorsqu'ils repassèrent à côté du cadavre de Gbreuil, l'orogue tomba à genoux à côté de lui et se mit à pleurer silencieusement, le rôdeur n'arrivant à le relever que difficilement pour reprendre la route, abandonnant le corps sur place. Pendant qu'ils marchaient, le rôdeur laissa les jeunes gens s'occuper de faire avancer Otgon et s'avança vers Gol'Kai pour discuter avec lui à voix basse.
« J'ai rien voulu dire, tout à l'heure, devant les petits, au sujet de l'anneau, parce que… mine de rien, ils ont beau avoir du poil au menton, ils restent des enfants et s'ils apprenaient que ça vous intéressait, que vous prêtiez crédit à leur histoire… d'ici deux jours, la moitié de l'ile saurait que le gobelin qui a sauvé un groupe de futurs esclaves recherche un anneau magique… J'en ai moi aussi entendu parler, mais par une autre source, je n'y croyais pas trop jusqu'à ce que j'entende ça tout à l'heure. Quoi qu'il en soit, je pense que ça doit avoir un fond de vrai, cette histoire ; mais quant à connaitre les propriétés de cet objet… c'est une autre question ! Il doit, de toute manière, en valoir la chandelle. »
 C'est à ce moment que le groupe atteignit le gué. Le piteux état du chien ne lui permettait toutefois malheureusement pas, cette fois-ci, de traverser avec Gol'Kai sur son dos, et il ne se laissa d'ailleurs pas monter. Livie indiqua la présence d'un pont, un peu en amont, qu'ils pouvaient emprunter. Et en effet, un kilomètre plus loin, quelques planches attachées les unes aux autres, sur lesquelles on pouvait passer sans problème, enjambaient le fleuve et donnaient sur un sentier. Pressant le pas pour éviter la pluie, tous les six arrivèrent au hameau de Livie en même temps que les premières gouttes tombaient. Personne n'était visible hors des fermes mais lorsqu'ils arrivèrent à proximité de celle de Lââquit, la porte s'ouvrit et la mère sortit en courant pour étreindre sa fille, pendant que le père attendait sur le pas de la porte, un air de soulagement profond sur le visage. Wuchao fit rentrer tout le monde à l'intérieur, puis assomma une nouvelle fois l'orogue qu'il laissa attaché sous la pluie et la garde du chien. Une fois au sec, le rôdeur raconta brièvement ce qui leur était arrivé, sans s'appesantir sur les détails que les parents anxieux n'avaient pas besoin de connaitre, mettant en valeur la bravoure de Gol'Kai et son héroïsme face à la mort. Il dut retenir le fermier d'aller achever l'orogue, mais la mention d'une récompense plus importante pour sa capture vivant
 « Soyez remerciés tous les deux, j'ai discuté avec Adraste, notre maréchal-ferrant, hier soir. Il pourra vous offrir quelque chose de notre part, en gage de notre reconnaissance, dit le fermier à Gol'Kai. Quant à vous, maitre Weng, je sais que vous n'avez besoin de rien, mais prenez cet or ; et voici pour vous, maitre Gol'Kai. Vous resterez bien ici pour déjeuner, jusqu'à ce que la pluie s'arrête ? »
 Tout en parlant, il tendit une bourse à chacun.


    :HRP: Ouais, c'est long, quand même…

_________________
Frère Théodemir (Aussi joueur de feu Râourgh l’Éclateur de crânes, Marcel Fasnières, Kerrarc’h Linflexible et Méline l’érudite)
Cefrey Ventre-Solide, orfèvre et girly

Chapour et ses règles perso (Ne pas hésiter à les consulter régulièrement en cas de nouveauté ou pour rappel ! Nouveautés : réduction des dégâts des extérieurs alignés.)
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: Fugue de la mineure
MessageMessage posté...: Sam 09 Juin 2012, 22:41 
Aventurier de passage
Hors ligne

Inscription: Mar 12 Avr 2011, 14:46
Messages: 47
Le gobelin s'endormit contre le flanc du chien lorsque Wuchao lui proposa pendant qu'il préparait de quoi manger pour toute la petite troupe. Il se réveilla au moment du départ et mangea une ration tout en marchant pour ne pas retarder Whuchao qui désirait ramener les enfants à bon port et l'orogue aux autorités compétentes. Il ouvrit donc la marche, bien armé pour parer à toute éventualité. Mais à aucun moment il n'avait pensé que l'orogue pourrait pleurer en voyant le cadavre de l'orque. Il fut tellement surpris qu'il en oublia de se moquer de ce dernier. De tels actes de faiblesses étaient inexistants en Outre-Terre et inconvenants. Surtout de la part d'un être aussi fort et violent qu'un orogue. Gol'Kai enregistra cette émotion et la garda pour lui. Il regarda ensuite l'esclavagiste différemment. Il ne le voyait plus avec haine, il ne ressentait désormais que de la pitié pour lui, même s'il n'ignorait pas que si l'orogue parvenait à s'échapper, il n'en éprouverait aucune à son encontre. Il réfléchit à tout cela longuement et ne fut sorti de ses pensées que par Wuchao qui lui parla de l'anneau du gobelin. Il lui redonna alors espoir et il comprit alors pourquoi le rôdeur urbain avait ainsi déçu ses espoirs la veille au soir. Il cessa donc de penser à l'orogue pleureur pour penser à cet anneau et aux pouvoirs qu'il pouvait avoir.

La réaction du père de Livie surprit Gol'Kai car il n'avait guère l'habitude d'une telle chose. Il accepta la bourse de cuir avec une émotion difficilement contenue. Il ignorait tout de ses pratiques. Pour lui, l'unique source de revenus était le travail ou le vol, avec une prédisposition pour le vol. Aussi fut il au bord des larmes de joie et de bonheur. Il ne parvint à se contenir qu'au dernier moment et accepta la bourse avec son plus grand, et plus beau, sourire. Il accepta l'invitation d'un signe de tête et un sourire heureux et passa de longues minutes à observer la bourse silencieusement avant de la ranger. D'ailleurs cela lui fit penser au gnome.

- L'affreux gnome est il ici ? Wuchao, il ne faudra pas oublier de le ramener chez lui après.

Surtout que le gobelin avait la clef de l'habitation de ce dernier dans son sac et qu'il comptait bien en profiter.

_________________
Le monde changer de vue sur gobelins.

viewtopic.php?f=5&t=3726
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: Fugue de la mineure
MessageMessage posté...: Mar 12 Juin 2012, 09:20 
Maître Floodeur, Grand Maître de Jeux
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Mar 25 Oct 2011, 01:00
Messages: 13951
PX:

_________________
Frère Théodemir (Aussi joueur de feu Râourgh l’Éclateur de crânes, Marcel Fasnières, Kerrarc’h Linflexible et Méline l’érudite)
Cefrey Ventre-Solide, orfèvre et girly

Chapour et ses règles perso (Ne pas hésiter à les consulter régulièrement en cas de nouveauté ou pour rappel ! Nouveautés : réduction des dégâts des extérieurs alignés.)
Haut
   
 
 [ 25 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Common Crawler [Bot] et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à: