Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Dernière visite le il y a moins d’une minute Nous sommes le Lun 16 Déc 2019, 09:09


Règles du forum


Image


 [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Eletheria
MessageMessage posté...: Mar 29 Oct 2013, 01:20 
Maître aventurier
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Ven 25 Oct 2013, 00:04
Messages: 220
PX: 3500
Citation:
Maitre de jeu : Chapour l’Avisé


Nom : Eletheria
Alignement : Chaotique neutre
Race : Humaine
Âge : 22 ans
Poids : 48 kg
Taille : 1,62 m (M)
Sexe : F
Classe : Danseuse de bataille 2
Divinité : Sharess
Vitesse : 12 m, soit 8 cases, par round (9 m de base)

Expérience : 1 000 / 3 000

Caractéristiques :
    For (12) (+1)
    Dex (14) (+2)
    Con (10) (+0)
    Int (14) (+2)
    Sag (10) (+0)
    Cha (16) (+3)

Points de vie : 16/16
  • Danseuse de bataille 1 : 8 (d8) ;
  • Danseuse de bataille 2 : 8 (d8).


Classe d’armure (CA) : 15 = 10 + 2 (Dex) + 3 (Cha)

Initiative : +2 = 2 (Dex)

Jet d’attaque au corps à corps : +3 = 2 (bba) + 1 (For)
  • Mains nues (arme naturelle) : +3 / 1d6+1 / ×2
Jet d’attaque à distance : +4 = 2 (bba) + 2 (Dex)
  • Bolas : +3 / 1d4+1 / ×2

Jet de vigueur : 0 = 0 + 0
Jet de réflexes : 6 = 3 + 2 (Dex) + 1 (sandales d’acrobates)
Jet de volonté : 0 = 0 + 0


Langues connues : Commun, Mulhorandi, Rashémi, Tuigan


Capacités de classe :


Handicap :

Dons :


Caractéristiques raciales :
  • Humanoïde [Humain]
  • Taille M : En tant que créature de taille moyenne, les humains ne possèdent ni bonus, ni malus.
  • Don bonus : Un don supplémentaire au niveau 1, car ce sont des touche-à-tout qui apprennent particulièrement vite.
  • Quatre points de compétence supplémentaires au niveau 1, et un point de compétence supplémentaire à chaque niveau par la suite, pour les mêmes raisons (les quatre points de compétence additionnels du niveau 1 sont ajoutés après multiplication, pas avant).
  • Vitesse de déplacement de base : Leur vitesse de déplacement au sol de base est de 9 mètres par round.
  • Langues : D'office : commun ; supplémentaires : suivant la région du personnage.
  • Ajustement de niveau : +0
  • Classe de prédilection : Spécial


Compétences :
    Dépendant de la force :
      Escalade* : 3 = 2 + 1 - 0 (malus armure)
      Natation* : 1 = 0 + 1 - 0 (malus armure)
      Saut* : 10 = 3 + 1 - 0 (malus armure) + 2 (synergie ; acrobaties) + 4 (vitesse)

    Dépendant de la dextérité :
      Acrobaties : 9 = 5 + 2 - 0 (malus armure) + 2 (sandales d’acrobates)
      Crochetage : 3 = 1 + 2
      Déplacement silencieux* : 6 = 4 + 2 - 0 (malus armure)
      Discrétion* : 2 = 0 + 2 - 0 (malus armure)
      Équitation* : 2 = 0 + 2
      Escamotage / Vol à la tire : 3 = 1 + 2 - 0 (malus armure)
      Évasion* : 5 = 3 + 2 - 0 (malus armure)
      Équilibre* : 4 = 0 + 2 - 0 (malus armure) + 2 (synergie ; acrobaties)
      Maîtrise des cordes* : 2 = 0 + 2

    Dépendant de la constitution :
      Concentration (Con)* : 0 = 0 + 0

    Dépendant de l’intelligence :
      Artisanat (tout)* : 2 = 0 + 2
      Contrefaçon* : 2 = 0 + 2
      Estimation* : 2 = 0 + 2
      Fouille* : 2 = 0 + 2
      Art de la magie/Connaissance des sorts : — = 0 + 2
      Connaissances (toute) : — = 0 + 2
      Décryptage : — = 0 + 2
      Désamorçage/sabotage : — = 0 + 2

    Dépendant de la sagesse :
      Perception auditive* : 1 = 1 + 0
      Détection* : 0 = 0 + 0
      Premiers secours* : 2 = 2 + 0
      Psychologie* : 0 = 0 + 0
      Survie* : 0 = 0 + 0
      Profession (toute) : — = 0 + 0

    Dépendant du charisme :
      Renseignements* : 3 (7) = 0 + 3 + 4 (don, pour trouver des esclavagistes, esclaves, marchés d’esclaves…)
      Représentation (danse)* : 11 = 4 + 3 + 2 (don, serviteur du harem) + 2 (sandales d’acrobates)
      Représentation (autre)* : 5 = 0 + 3 + 2 (don, serviteur du harem)
      Bluff* : 4 = 1 + 3
      Déguisement* : 3 = 0 + 3
      Diplomatie* : 7 = 2 + 3 + 2 (don, serviteur du harem)
      Intimidation / Persuasion* : 3 = 0 + 3
      Dressage : — = 0 + 3
      Utilisation d'objets magiques : — = 0 + 3

    En gras les compétences de classe et avec une astérisque les compétences innées (utilisables même avec un degré de maitrise égal à 0).


Équipement :
    Bolas ×2 (2×1 kg ; 2×5 po)
    Costume d'artiste (— ; —)
    Sandales d’acrobates (— ; ?) : +3 m en déplacement, bonus de +2 en acrobaties et en représentation (danse) et +1 aux réflexes
    Lampe à huile (0,5 kg ; 1 pa)
    Flasque (0,5 kg ; 1 pa)
    Poche à dragonne (sac ; 0,25 + 2 kg ; 1 pa) contenant :
      Ration (0,5 kg ; 5 pa)
      Couverture (1,5 kg ; 5 pa)
      Potion de soins légers (NLS 1 ; — ; 50 po)

Or : 0 po, 2 pa

Charge : 5,25×2 = 10,5 kg (légère)
  • charge légère : jusqu'à 21,5 kg ;
  • charge intermédiaire : de 21,5 à 43 kg ;
  • charge lourde : de 43 à 65 kg ;
  • charge tirée/poussée : jusqu’à 325 kg.


BG

 L’oiseau né en cage ne sait pas qu’il est prisonnier, l’enfant né avec des chaînes apprend à marcher à pas comptés. Crois-tu seulement avoir compris ce qu’est la liberté ?

 Repense à cette enfance, dans les immenses sérails des maîtresses des sens de Mulhorande, où le parfum des huiles et des bains tournent les esprits et allègent les corps. Elles t’y ont tout appris : comment plaire, comment virevolter avec grâce sous le son des dutars, comment reposer les muscles endoloris et te rendre indispensable entre les draps satinés de tes futurs maîtres.
Tu y étais soignée, tu faisais partie d’un groupe et ton avenir, sécurisant était déjà tracé. Souviens-toi des compliments de ta tutrice et des espoirs qu’elle portait en toi, la plus sage et la plus docile de toutes. Alimentais-tu toutes ces ridicules pensées ?

 Tu avances désormais sans but…

 N’avais-tu pas tressailli lorsque maître Thalentidès t’avais choisie, lui, le riche marchand étranger dont tous vantaient le raffinement et la bienveillance, ne pensais tu pas que tu accomplissais ce pourquoi tu étais née ?
 Car Thalentidès t’adorait. Oui, il ne se comportait pas avec toi comme il se comportait avec les citoyens libres, mais cela, tu t’y étais déjà habituée. Mais ne lui dois-tu pas cette apprentissage de la lecture, durant laquelle il s’amusait de tes erreurs et te corrigeait en riant, avec la bienveillance d’un père ?
 Une riche erreur qu’il avait faite là. Qui perdrait son temps à farcir la tête d’une idiote d’esclave avec des choses aussi sérieuse ? Et plus encore de t’autoriser à lui emprunter les livres de son immense bibliothèque.
 Bien sûr, ce n’était sans contrepartie, mais ne t’avait-il pas acheté ? N’était-il pas ton maître et ne pouvait-il pas utiliser les fonctions pour lesquelles il t’avait achetée ?
 Combien de fois, pourtant, as-tu vu son visage se briser entre tes bras, sans comprendre pourquoi il éclatait parfois en sanglot, en passant ses mains entre tes boucles noires et en embrassant ton front qu’il mouillait de larmes, et surtout, en posant ses doigts sur tes lèvres lorsque tu t’en étonnais et l’appelais « maître ».

 Mais être marchand dans les régions frontalières d’un empire en guerre n’a rien d’une partie de plaisir et l’argent fait parfois naître des convoitises. Thalantidès, le sage marchand qui se consumait dans les plaisirs de la vie, le savait pourtant plus que tout autre. C’est frénétiquement que toute la nuit durant, il rédigea ces étranges parchemins dont tu n’as jamais compris l’usage et qui étaient sensés te rendre… libre. Libre d’être capturée par les soudards rachéméniens qui pénétrèrent dans sa demeure et le poignardèrent avant même qu’il n’ait terminé le tien, ne laissant que la moitié du nom qu’il t’avait donné sur ce morceau du passé que tu as conservé. « Éléthéria », un mot de son étrange langue qu’on ne parlait pas en Mulhorande et dont il t’avait donné le sens mais que tu n’avais pas saisi.
 Alors que beaucoup d’esclaves avaient réussi à quitter la demeure du marchand avant l’arrivée des soldats, tu avais sagement attendu les ordres, comme tu l’avais toujours fait, ce que te reprochais souvent ton étrange maître… Force était de constater qu’il avait raison, car les Rachéméniens ne mirent guère de temps à te rattraper. Une bonne esclave suit son maître dans l’autre monde où doit être préparée à un long châtiment.

 Tu avances désormais sans rêve…

 De l’ennui soyeux du boudoir, il te fallut endurer le pire : les privations, les reventes, la violence. Toi, l’enfant des écoles des plaisirs du Mulhorande, tu ne fus qu’un vulgaire trophée de plus dans le lit d’un officier rachéménien qui s’était approprié ton corps comme on prend sa part du butin. Au son des dutars avaient succédé les chants des soldats et à l’admiration des esthètes la concupiscence des barbares. Tu les détestais sans savoir pourquoi ? Était-ce pour la mort de Thalentidès ? Au plus profond de toi, tu savais que non. Tu les détestais parce qu’ils t’avaient appris la valeur d’être libre de ses choix et que brusquement, les lignes des livres abscons que te montraient Thalentidès prenaient leur sens.
 De ton corps meurtri naquirent les premiers bourgeons de la haine mais aussi les prémices de ta conscience. Ton chant se mêla à celui des autres esclaves dont tu commenças à comprendre le langage. À leur contact, tu partageas ce rêve que tu n'avais jamais connu, celui de te mouvoir et de vivre selon ta propre volonté, celui qui ferait de toi non plus le pantin sans âme que tu avais toujours été mais l'indomptable esprit qu'aucun fer ne pourrait retenir.

 Ta haine se transforma en talent, ta grâce en arme et progressivement ton art se fit l’instrument de ta sotte vengeance. Au contact de tes compagnons d'infortune, tu appris la force. Qui t'as appris à transformer ta danse en coup ? Tu l'as déjà oublié. Vous étiez plusieurs, vous veniez d'horizon différents, tu savais danser, ils savaient se battre.
 Finie la douceur des dutars, finis les chants de soudards, seuls résonnaient aujourd’hui les tambours des insoumis. Lorsque les soirs de fatigue, quand tes tortionnaires te laissait quelques heures pour dormir, c'est avec ces hommes et ces femmes pleins de rage que tu t'endurcissais. La danse est un fourreau discret pour la lame la plus effilée. De loin, vous sembliez ces pitoyables malheureux, profitant d'un peu de temps de repos pour vous distraire, de près vous étiez l'arène des révoltés.

 Et la révolte vint. Lorsque l’officier révulsé tenta de se dégager de l’étreinte de tes cuisses lui enserrant le cou, tu avais déjà commis l’irréparable… Les entraves brisées sur son lit seront le dernier souvenir que tu laisseras en Rachéménie, avec celle de tes compagnons d'infortune, dont tu ignores désormais le destin.

 Tu avances désormais sans chaîne…

 Et maintenant que feras tu, petite sotte ? Crois tu réellement que l’on échappe à sa condition ? Cette nouvelle passion qui semble t’animer n’est qu’une illusion. Regarde bien le reste risible de ce parchemin inachevé, il est le symbole de ton état : tu n’es qu’une errance à la recherche de ce que tu n’atteindras jamais.
 Maintenant tu te souviens de ce que voulais dire ton nom, dans la langue de Thalentidès, il signifie « Liberté »…


 Apparence

 Difficile de distinguer l'origine de la jeune femme et c'est sans doute pour cela qu'elle eut autant de succès en tant qu'esclave de harem.
 Peau mate et cheveux noirs de jais feraient penser à une Mulhorandie mais le visage relevé et la forme de ses yeux évoqueraient les régions tuigane ou de Rachéménie. Éléthéria a été formée depuis sa naissance à plaire et chacun de ses gestes est empreint d'une grâce et d'une souplesse peu commune, presque artificielle tant elle concerne chaque acte du quotidien.
 Sa peau, autrefois meurtrie, a été marquée par les étranges tatouages rachémis sur son dos, ses cuisses, sa poitrine et son visage, donnant un aspect plus primitif à ce que fut autrefois la poupée de porcelaine d'un harem bourgeois.
 Les gazes légères et le grelots qui la couvrent à peine sont de fait inadaptés à la vie extérieur, mais elle ne semble pas y prêter attention. Tout au plus se protège-t-elle avec une cape de laine, l'un de ses uniques possessions matérielles.


 Comportement

 Difficile de comprendre l'état d'esprit de la jeune femme qui semble être, pour la norme sociale, dérangée.
 Si elle semble naïve au premier abord, beaucoup de ses gestes laissent à penser qu'elle n'agit jamais par hasard. Ses manières et son ingénuité sont si prégnantes qu'on les croiraient fausses tant elles sont dénuées de barrière sociales. Car Éléthéria ne chérit qu'une chose : la liberté. De fait, elle agit sans se soucier du regard que l'on portera sur elle, que ce soit pour rendre service ou par simple beauté du geste.

 La quête d'absolu qu'elle s'est fixée est utopique : rendre à tous la liberté à laquelle ils aspirent profondément. Ainsi, son premier objectif et de libérer ceux qui ont été contraint à obéir, que ce soit par la force ou par les obligations que le destin leur a fixé et qu'ils ne peuvent plus supporter.
 De fait, l’esprit libertaire de la jeune femme est dangereux, car il choque, dérange et fait courir des risques parfois inutiles, lorsqu'il n'est pas purement et simplement séditieux pour l'ordre établi…

 Amants, amis et possessions sont autant de bienfaits éphémère pour la jeune femme qui se transformeront en fardeau si elle s'attache à nouveau. Aussi, fuit-elle très souvent les relations qui risquent de durer. On la verra donc tantôt faire partie d'un groupe de révoltés, d'une troupe de théâtre itinérante ou évoluant seul sur les routes, à la recherche de cette idée qu'elle a caressé du doigt sans jamais la trouver.



_________________
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie, je suis né pour te connaître, pour te nommer...


Dernière édition par Eletharia le Lun 11 Nov 2013, 16:07, édité 27 fois.
Haut
   
 
 [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Common Crawler [Bot] et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à: