Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Dernière visite le il y a moins d’une minute Nous sommes le Dim 27 Sep 2020, 16:42


Règles du forum


Image


 [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Sévérus Dagguendorf
MessageMessage posté...: Lun 01 Sep 2014, 17:26 
Aventurier de passage
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Dim 31 Aoû 2014, 12:49
Messages: 25
PX: 30
Citation:
Maître de Jeu : Wolfus


Nom : Sévérus Dagguendorf
Alignement : Loyal neutre
Race : Humain
Âge : 23 ans
Taille : 1,73 m
Poids : 59 kg
Sexe : masculin
Classes : Magicien 1
Divinité : Savras
Région : Côte des épées

Vitesse de déplacement au sol : 9 m, soit 6 cases, par round

Expérience : 0 / 1 000

Statistiques
    Force : 8 (-1)
    Dextérité : 15 (+2)
    Constitution : 10 (+0)
    Intelligence : 17 (+3)
    Sagesse : 12 (+1)
    Charisme : 11 (+0)

    Points de vie : 4 (1d4 + 0 (constitution))

Classe d’armure : 12 = 10 + 2 (dextérité)
Contact : 12 = 10 + 2 (dextérité)
Pris au dépourvu : 10 = 10

Initiative : +2 = 2 (Dex)

Corps à corps : -1 = 0 - 1 (force)
  • Dague : -1 / 1d4-1 / 19-20/×2
Distance : +2 = 0 + 2 (dextérité)
  • Dague : +2 / 1d4-1 / 19-20/×2

Jet de réflexes : 2 = 0 + 2 (dextérité)
Jet de vigueur : 0 = 0 + 0 (constitution)
Jet de volonté : 5 = 2 + 1 (sagesse) + 2 (don, volonté de fer)

Langues connues :
  • Commun
  • Nain
  • Orque
  • Chondathien
  • Illuskien

Aptitudes de classe :
  • Appel de familier (chat).
  • Écriture de parchemins.

Sorts :
    Sorts de magicien : 3/2, niveau 1 de lanceur de sorts. Le DD des sorts est lié à l’intelligence : 13 + niveau du sort.
    Liste des sorts dans le grimoire (26/100 pages) :

Dons
  • (mage 1)
  • (niveau 1)
  • (humain 1)
  • (si le familier est à portée de main)

Caractéristiques raciales :
  • Humanoïde [Humain]
  • Taille M : En tant que créature de taille moyenne, les humains ne possèdent ni bonus, ni malus.
  • Don bonus : Un don supplémentaire au niveau 1, car ce sont des touche-à-tout qui apprennent particulièrement vite.
  • Quatre points de compétence supplémentaires au niveau 1, et un point de compétence supplémentaire à chaque niveau par la suite, pour les mêmes raisons (les quatre points de compétence additionnels du niveau 1 sont ajoutés après multiplication, pas avant).
  • Vitesse de déplacement de base : Leur vitesse de déplacement au sol de base est de 9 mètres par round.
  • Langues : D'office : commun ; supplémentaires : suivant la région du personnage.
  • Ajustement de niveau : +0
  • Classe de prédilection : Spécial


Compétences
    Liées à la force :
      Escalade* : -1 = 0 - 1 (force)
      Natation* : -1 = 0 - 1 (force)
      Saut* : -1 = 0 - 1 (force)

    Liées à la dextérité :
      Acrobaties : — = 0 + 2 (dextérité)
      Crochetage : — = 0 + 2 (dextérité)
      Déplacement silencieux* : 5 = 0 + 2 (dextérité) + 3 (appel de familier)
      Discrétion* : 2 = 0 + 2 (dextérité)
      Équilibre* : 2 = 0 + 2 (dextérité)
      Équitation* : 2 = 0 + 2 (dextérité)
      Escamotage : — = 0 + 2 (dextérité)
      Évasion* : 2 = 0 + 2 (dextérité)
      Maîtrise des cordes* : 2 = 0 + 2 (dextérité)

    Liée à la constitution :
      Concentration* : 4 = 4 + 0 (constitution)

    Liées à l’intelligence :
      Art de la magie : 7 = 4 + 3 (intelligence)
      Artisanat (ébénisterie)* : 5 = 2 + 3 (intelligence)
      Artisanat (autre)* : 3 = 0 + 3 (intelligence)
      Art martial : — = 0 + 3 (intelligence)
      Art psi : — = 0 + 3 (intelligence)
      Connaissances (architecture et ingénierie) : 4 = 1 + 3 (intelligence)
      Connaissances (folklore local) : 4 = 1 + 3 (intelligence)
      Connaissances (histoire) : 4 = 1 + 3 (intelligence)
      Connaissances (mystères) : 7 = 4 + 3 (intelligence)
      Connaissances (nature) : 4 = 1 + 3 (intelligence)
      Connaissances (religion) : 6 = 3 + 3 (intelligence)
      Connaissances (autre) : — = 0 + 3 (intelligence)
      Contrefaçon* : 3 = 0 + 3 (intelligence)
      Décryptage : 4 = 1 + 3 (intelligence)
      Désamorçage/sabotage : — = 0 + 3 (intelligence)
      Estimation* : 3 = 0 + 3 (intelligence)
      Fouille* : 3 = 0 + 3 (intelligence)
      Prime idiome : — = 0 + 3 (intelligence)

    Liées à la sagesse :
      Autohypnose : — = 0 + 1 (sagesse)
      Détection* : 2 (4) = 1 + 1 (sagesse) + 2 (vigilance, si le familier est à portée de main)
      Perception auditive* : 1 (3) = 0 + 1 (sagesse) + 2 (vigilance, si le familier est à portée de main)
      Premiers secours* : 1 = 0 + 1 (sagesse)
      Profession (toute) : — = 0 + 1 (sagesse)
      Psychologie* : 1 = 0 + 1 (sagesse)
      Survie* : 1 = 0 + 1 (sagesse)

    Liées au charisme :
      Bluff* : 0 = 0 + 0 (charisme)
      Déguisement* : 0 = 0 + 0 (charisme)
      Diplomatie* : 0 = 0 + 0 (charisme)
      Dressage : — = 0 + 0 (charisme)
      Intimidation* : 0 = 0 + 0 (charisme)
      Renseignement* : 0 = 0 + 0 (charisme)
      Représentation (toute)* : 0 = 0 + 0 (charisme)
      Utilisation d’objets magiques : — = 0 + 0 (charisme)
      Utilisation d’objets psioniques : — = 0 + 0 (charisme)

    En gras, les compétences de classe et avec un astérisque, les compétences admettant un test inné (utilisables même avec un degré de maîtrise égal à 0).

Équipement
  • Habit d’érudit (3 kg ; 5 po)
  • Dague (0,5 kg ; 2 po)
  • Sacoche à composantes (1,5 kg ; 5 po)
  • Sac à dos (1 + 5,3 kg ; 2 po) contenant :
    • Corde en soie de 15 m (2,5 kg ; 10 po)
    • Plume d’écriture (— ; 1 pa)
    • Fiole pour encre ou potion (0,05 kg ; 1 po)
    • Grimoire (1,5 kg ; 15 po)
    • Étui à carte ou à parchemin (0,25 kg ; 1 po)
    • Silex et amorce (— ; 1 po)
    • Bougie (— ; 1 pc)
    • Savon (0,5 kg ; 5 pa)
    • Argent (0,5 kg ; 5 po)
  • Chien de garde (25 po)

    Or possédé : 7,39 po

Charge : 8,3 kg (légère)
  • charge légère : jusqu'à 13 kg ;
  • charge intermédiaire : de 13 à 26,5 kg ;
  • charge lourde : de 26,5 à 40 kg ;
  • charge tirée/poussée : jusqu'à 200 kg.

Familier :
    Chat : Animal de taille TP
    Nom : Galéo
    Dés de vie : 1 (2 pv : moitié du maître)
    Initiative : +2
    Vitesse de déplacement : 9 m (4 cases)
    Classe d’armure : 14 (+2 taille, +2 Dex), contact 14, pris au dépourvu 12
    Attaque de base/lutte : +0/–12
    Attaque : griffes (+4 corps à corps, 1d2–4)
    Attaque à outrance : 2 griffes (+4 corps à corps, 1d2–4) et morsure (–1 corps à corps, 1d3–4)
    Espace occupé/allonge : 75 cm/0 m
    Attaques spéciales :
    Particularités : vision nocturne, esquive extraordinaire, transfert d’effet magique, lien télépathique
    Jets de sauvegarde : Réf +4, Vig +2, Vol +3
    Caractéristiques : For 3, Dex 15, Con 10, Int 6, Sag 12, Cha 7
    Compétences : Art de la magie +2, Concentration +4, Connaissances (architecture et ingénierie) -1, Connaissances (folklore local) -1, Connaissances (histoire) -1, Connaissances (mystères) +2, Connaissances (nature) -1, Connaissances (religion) +1, Décryptage -1, Déplacement silencieux +6, Détection +3, Discrétion +14, Équilibre +10, Escalade +6, Perception auditive +3, Saut +10
    Dons :

Background :
Résumé du Background :
Sévérus est né de père et mère inconnus. Il a passé son enfance en tant qu’esclave auprès de son « oncle » et sa « tante » tavernier à Eauprofonde. En réalité ces derniers lui ont toujours dit qu’il ne connaissait par ses parents et l’avait recueilli devant la porte de l’auberge totalement mal nourri et malade.
A ses 16 ans las de tous les sévices et mauvais traitements il s’enfui de la taverne et se réfugia auprès d’une bande de gamins errants dans le quartier est de la ville où il mendiait pour survivre.
Lors d’une de ces journées de mendicité il fût repéré par un mage recruteur nommé Lucius qui lui promit de lui faire intégrer son école de la magie. Alors que son entrée fût refusée par la Hiérarchie du Mage, ce dernier le prit sous sa protection et l’installa dans une auberge où il subit une tentative d’assassinat. Sauvé de justesse par la présence d’un prêtre du dieu Savras . Il partit avec lui sur les routes en accord avec le mage, le temps que ce dernier éclaircissent certaines zones d’ombres et puissent le faire intégrer une école de Magie ou devenir l’apprenti d’un mage.
Durant plusieurs mois, ils sillonnèrent les routes de Faerune et de la côte des épées. Une véritable amitié se créa entre le prêtre itinérant et le gamin. Il initia Sévérus à l’histoire, la lecture et l’écriture, la religion et l’éveilla tout simplement à la vie. Alors que tout se passait pour le mieux, le prêtre reçu l’information que l’ex protecteur de Sévérus fut assassiné à Eauprofonde mais qu’il eut le temps de lui faire passer un message. Prenant connaissance de ce dernier le prêtre entreprit de mettre en sécurité Sévérus, pour cela il prit la mer comme le recommandait le mage Lucius, pour une île lointaine. Là il fît la connaissance d’un mage installé sur l’île et ami du recruteur. Lui faisant part de la dernière requête de Lucius, ce dernier le prît sous son aile et l’initia à la magie comme le sougaitait son défunt ami.
Après s’être assuré d’avoir mis son jeune ami en sécurité, il reprit le chemin du continent. Ce n’est qu’après plus de trois ans et son premier apprentissage terminé que Sévérus appris l’assassinat de son ami le père Amondry et de Lucius.
Après un bref séjour en toute discrétion dans la grande bibliothèque de Luneargent, Sévérus en ressorti transformé et surtout il venait de prendre conscience du lourd héritage qu’ il avait à porter. Nourrissant une colère froide envers les auteurs des assassinats de ses deux premiers mentors, il décida qu’un jour viendrait où il apprendrait leurs noms et où ils auraient des comptes à rendre en la mémoire de ses amis.
En attendant il devait se mettre à l’abri de leurs regards derrière les côtes de son île d’adoption et apprendre. Toujours apprendre pour espérer un jour reformer ce que certain, c’étaient donnés tant de mal à détruire, sa lignée.

BG Détaillé : Part 1 :Le recruteur...
Puisque je vous dis que ce gamin a un potentiel, je dirais même que c'est le plus gros potentiel qu'il m'ait été donné de rencontrer mon ami ». Le ton du mage recruteur était agacé et rapide. Le vieil homme assis dans la chair face à lui, le dos voûté par le poids des années et sa tête repliée lui donnait des airs de tortue des mers du sud. « Mon vieil ami, n'insistez pas, il m'est impossible d'autoriser l'admission au sein de notre école de magie de ce garçon. Croyez moi en navré mais les ordres viennent de tout en haut. » Le doigt pointé vers le ciel, le vieil homme semblait vouloir expliqué une situation qui le dépassait lui même. Après quelques échanges plus ou moins houleux, le recruteur perdit tout espoir de faire entendre raison au doyen. Sans un mot il quitta la salle et retourna dans le vestibule où l'attendait le gamin paisiblement installé sur une chaise. Il lui faisait peine, ses joues étaient creusées, son regard vide et les cernes sous ces yeux indiquaient le mauvais état de santé dans lequel il se trouvait. Nul doute qu'il n'avait eu un vrai repas depuis des lustres. Il ne trouva pas la force de lui annoncer la nouvelle, il était pourtant persuadé en le rencontrant sur le pérot du temple de Mistra qu'il avait trouvé là un futur prodige. A peine avait il eu temps de l'observer que son aura le frappa de plein fouet. Ce gamin était entouré par un flux tourbillonnant de magie, s’entrechoquant dans un ballet de couleurs vives et sauvages. « Quel gâchis ! » pensa t-il, « vient avec moi mon enfant, nous allons souper et discuter tous les deux de ton avenir ». Il ne laisserai pas ce prodige lui filer entre les doigts et dusse t-il affronter sa hiérarchie. Alors que l'enfant semblait insatiable et qu'il engloutissait son quatrième morceau de fromage, Lucius l'observait, il avait de nouveau activé son sortilège de détection et il était toujours autant fasciné par ce tourbillon qui ne semblait pas vouloir s'apaiser. C'était presque insupportable à regarder ainsi. Il n'avait jamais vu telle manifestation chez aucun mage de son entourage et jamais il n'avait lu pareil prodige dans les recueils. « Alors dit moi Sévérus, c'est bien ça ton nom ? » tout en continuant à se goinfrer il hocha de la tête pour répondre par la positive à son messi. Cela faisait plus de trois jours, qu'il n'avait rien ingurgité hormis quelques restes de fruits avariés, il ne voulait pas perdre une seule bouchée de ce festin. « Donc Sévérus tu me disais ne pas savoir qui sont tes parents et avoir grandi dans la cité d'Eauprofonde d'aussi loin que tu te souviennes ? ». Encore un hochement de tête, « Ta seule famille serait ce couple d'aubergistes près du port pour qui tu travaillais avant de fuir ? », à la place du hochement habituel Sévérus pris la peine de s'essuyer la bouche avec le revers de sa chemise miteuse pour enfin ouvrir sa bouche pour autre chose que l'engloutissement de plats disponibles devant lui. « Oué Msieur, mais plus jamais j'y retourn'rai, ils me frappaient, ne me nourrissaient pas et leurs chiens et chats étaient mieux logés qu'moi ! ». « Ne t'inquiète pas Sévérus, tu n'aura pas besoin d'y retourner, je vais m'occuper de toi et de te trouver un endroit qui sera capable de t'apprendre ce que tu dois savoir pour maîtriser tes dons ! » « Mes dons ? C'est quoi ca m'sieur ? Je suis bon à rien comme disait la patronne ! ». L'homme sourit, comme si la naïveté de l'enfant et de ses proches était si ridicule après ce qu'il avait vu. « Si tu était né dans une famille de gens normaux où dans une famille sensible à l'art de la magie, tu serait depuis ton plus jeune âge dans la meilleure académie de Magie de toute Eauprofonde ! Même le maître Kelben se battrait pour t'enseigner notre art ! » A la prononciation du nom du célèbre magicien et du mot magie, Sévérus crut s'étouffer. Si il y avait bien une chose qu'il fallait éviter de contrarier sur cette terre, c'est bien les magiciens et on ne parle même pas d'un des plus célèbre de tous ! « Ne t'inquiète pas gamin, tu comprendras plus tard. Pour le moment tu vas rester dans cette auberge, j'ai réglé au patron plusieurs nuits pour une couchette et tous tes repas. Je vais revenir te voir tous les jours et bientôt je te dirais où nous irons » A l'idée de pouvoir dormir en sécurité cette nuit et d'avoir à nouveau un repas demain, Sévérus s'arrêta d'ingurgiter toute cette nourriture. Son ventre lui faisait mal, il semblait qu'il allait exploser. « Merci M'sieur, mais pourquoi m'aidez-vous ? Vous voulez quoi de moi ? Vous allez dormir avec moi ? C'est ça ? ». Lucius fût choqué que le gamin puisse penser à ça, « Non, non Sévérus ne t'inquiète pas pour ça, je t'aide car tu as un don que je me dois d'y trouver un professeur ». Sévérus ne comprenait toujours pas, il mendiait la plupart du temps devant le temps de Mystra, alors s'il avait un don, elle lui aurait ptet fait comprendre ! Bref il s'en fichait, si le vieux se trompait au moins aurait il eu à manger et une bonne nuit au chaud. L'idée de s'allonger sur une paillasse et de se recouvrir d'un bonne couverture de crin le faisait tout autant saliver que le repas qu'il venait de finir. Après quelques derniers mots échangés, Lucius se retira pour la nuit et Sévérus put enfin aller découvrir cette paillasse tant attendue. Alors qu'il venait de remonter la couverture sur ses épaules, le sommeil l'emporta enfin sans qu'il ai besoin de se mettre en alerte. Dans la rue, le bruit des pas de Lucius venait résonner dans ses oreilles, pris dans ses pensées, il finit par arriver devant les portes de l'école. En levant la tête pour observer le bâtiment , il vît une petite lumière s'échapper par une fenêtre de la bibliothèque. « Peut être que je trouverai quelque chose sur cette manifestation de magie dans un livre la haut ». Alors que la nuit était tombée depuis plus de quatre heures, une longue nuit l'attendait encore, il devait comprendre et découvrir ce qu'étaient ces tourbillons. L’indicible interdit... Bientôt 8 heures passées à chercher des réponses, voir « une » réponse, qu'est ce que ce tourbillon de magie que dégage ce garçon. Rien, toujours rien, des références certes, mais toujours partielles. Lucius était épuisé, ses yeux le brûlaient, ses doigts étaient noirs recouverts de l'encre de vieux ouvrages depuis longtemps oubliés sur ces étagères et toujours rien.... S'il ne trouvait rien, pourquoi le doyen avait-il refusé l'accès à Sévérus alors que lui aussi avait observé à travers la lucarne ces étranges tourbillons. Alors qu'il paraissait tout enjoué et qu'il se précipitait auprès de la guilde pour préparer l'enregistrement du gamin auprès de notre école. Qui et qu'est-ce qui lui a été dit ou ordonner pour changer si brusquement de choix. Qui.... une première question à laquelle le doyen ne pourrait lui refuser la réponse. Il repoussa le banc déplia son dos tout endolori et entreprit d'aller dans les appartement privés du vieux ! Trois coups secs sur l'épaisse porte, puis après un temps infinie la porte finie par s'ouvrir. « Lucius, à cette heure ? Qu'il y à t-il qui vous pousse à cogner si lourdement à ma porte ? ». « Doyen, je n'ai pas dormi de la nuit, j'ai besoin de savoir qui vous a fait changer d'avis concernant le gamin que j'ai trouvé hier ? » « Ohhh Lucius.... QUI, n'est pas important et puis je serait dans l'impossibilité de te le révéler, mais POURQUOI, serait la vrai question, à laquelle malheureusement même moi je n'ai pas la réponse et croyez moi mon ami, j'ai posé la question. Il m'a juste été répondu que cet enfant et tout autre membre de sa lignée ne se verrai jamais enseigner un quelconque tour de magie. Et ceci pour le bien être de nous tous et que nous ferions mieux de nous en écarter voir... ». « Comment un gamin comme lui, si frêle peut-il générer une quelconque menace ? De quelle lignée parlons-nous ? Croyez vous que Mystra elle même l'ai maudit !!! ». Cette dernière phrase claqua comme un fouet. « Oui ». La réponse fût tout aussi sèche. « co,... comment ? Mais que dite vous ? C'est tout bonnement impossible ! Il mendiait devant le temple, j'ai vu ses tourbillons descendre directement de la toile, il y est connecté... » « Non, il y accède sans le consentement de sa créatrice. Sa lignée est maudite, mon ami croyez moi mieux ne vaut pas déterrer un passé qui nous échappe. Il ne trouvera aucune école ou mage sur Faërun qui saurait lui enseigner notre art sans qu'il n'ai de mauvaises intentions envers nous tous. Nous devons ne rien dire à propos de ce garçon, d'ailleurs la question doit déjà être traitée... » « Comment ça traitée ? Ne me dite pas qu'ont vous a ordonner de le faire assassiner !! » « Pour qui me prends tu Lucius !! un vulgaire meurtrier !! Non ont m'a simplement demandé ou vous l'aviez trouvé et sa description par illusion, ensuite le reste... Il y a des morts tous les jours dans cette cité et nous nous intéressons pas plus que ça aux auteurs alors ne commençons pas maintenant !! » Le ton était sévère, sec et ne souffrait d'aucune contradiction. Le visiteur tourna immédiatement les talons et parti en courant dévalant les escaliers deux par deux. Il n'entendait déjà plus les cris du doyen l'enjoignant de ne rien faire … Il faisait froid en cette matinée d’automne, Lucius n'avait pas prit la peine de se couvrir ni de se chausser convenablement. Ses poumons commençaient à le brûler au fur et à mesure qu'il avalait les mètres à vive allure. Enfin l'enseigne de l'auberge où il avait laissé quelques heures plus tôt le gamin. Son cœur fini presque de battre à la vue du guet présent devant l'auberge et de la charrette du croque mort. Il en était certain, ils avaient réussi à éliminer un enfant... En un instant il senti des larmes couler le long de sa joue. Non pas que de savoir qu'un jeune adulte soit mort, il en avait malheureusement vu de nombreux, mais de se savoir responsable et surtout que des mages puissent en être les commanditaires lui aurait fait vomir son dîner s'il avait eu le loisir d'en avoir pris un... Presque contre son gré il trouva la force de s'avancer vers l'auberge en traînant les pieds. Alors qu'un membre du guet s’apprêtait à lui refuser l'accès à l'auberge, il se repris à la vue du symbole de magie de la célèbre école de magie. Un instant Lucius osa jeter un regard sur l'épaule du garde devant lui, espérant apercevoir le corps de cet enfant allongé sur le sol, mais son cœur bondit dans sa poitrine lorsqu'il le vit debout au centre de la pièce principale, deux gardes à ses cotés et un homme à la coupe de prêtre se tenant à ses cotés. Le sourire lui revint immédiatement d'un bras il écarta le garde et se précipita à l'intérieur de la pièce presque en courant... La suite au prochaine épisode...
Le destin…
Lucius saisi l’enfant par les épaules et lui offrit une vraie accolade non feinte. Il se surprenait lui-même de ce soudain attachement.
« J’ai eu tellement peur… » il se reprit, il ne pouvait lui imposer l’idée qu’il avait cru un instant que ses supérieurs et d’autres mages aient pu vouloir abattre ce gamin.
« … en voyant les hommes du guet, j’étais… j’ai cru que l’auberge avait subi un quelconque désagrément. ».
Sévérus le regarda fixement, aucun mot ne sortait de sa bouche, comme s’il avait vu un dragon se poser à ses pieds.
« Il ne t’est rien arrivé Sévérus ? » Toujours aucun mot. Par contre sur sa droite se fît entendre une voix basse et raisonnante. « Soyez rassuré, Savras en a voulu autrement. Êtes-vous un membre de sa famille ? Depuis cette affaire il semble comme choquer et ne prononce aucun mot. » .
Lucius vît de plus près le visage de cet homme. Manifestement un prêtre de Savras, que ce soit sa tenue saccerdossale de nuit ou le symbole qu’il arborait ne laissait que très peu de doutes sur sa vocation.
« En quelques sortes oui » répondit Lucius « Je me nomme Lucius Agbebnon, premier recruteur de la grande Confrérie des arcanes de Bedemon. Et cet enfant est sous ma protection et celle de notre école. »
« Vous devriez revoir vos protocoles de protection Premier recruteur. Sans ma présence et celle de Savras, votre poulain serait mort cette nuit comme beaucoup d’autres clients de cet établissement. »
« Mort !? » il feint la surprise et ne voulait pas entendre la suite.
« Nous avons étés semble-t-il victime d’une tentative de pillage par une bande de voleurs locaux. Ils se sont introduits en pleine nuit dans le dortoir, et si je n’avais pas été réveillé en sursaut par un présage, vous seriez face à nos cadavres à cet instant… Où peut être simplement le sien.». Le dernier mot et son regard ne laissait aucun doute sur le faite qu’il en savait plus et que ce n’était que la présence des membres du guet et du gamin qui l’empêchait d’aller plus loin dans ses explications, ou plutôt dans son interrogatoire.
« Bien Père Armondry, nous n’allons pas vous ennuyez plus longtemps. Nous avons tous les éléments nous permettant p’tet d’arrêter ces malfrats ! » Ce qui semblait être le chef des membres du guet essayais poliment de prendre congés. De plus se retrouver au milieu d’un prêtre et d’un mage en pleine discussion ne l’enchantait guère.
« Oui mon ami, que Savras vous protège et vous accompagne. Merci pour votre précieuse aide ».

Alors que les membres du guet se retiraient, Grisbon l’aubergiste vient prendre des nouvelles de ses clients. Tout attristé et ennuyé par cette fâcheuse mésaventure, il entreprit par offrir à tous les clients de l’auberge un copieux petit déjeuner. Il prit l’adolescent avec tendresse par le bras et l’installa à une table ou lui fût servi de copieux morceaux de pains avec du beurre et du fromage frais.
Lucius alla pour s’installer à la table de son protégé, quand une main lui saisit le bras. La poigne était ferme ! bien plus ferme que ne pouvait le présager l’élancer corps du prêtre.
« Je pense que nous avons à parler en privé des événements de cette nuit, non !? ». En guise de réponse Lucius hocha simplement la tête et alla s’installer à une table un peu plus éloignée, mais d’où il voyait parfaitement bien le garçon.
« Je vous écoute Père Amondry. » .
« Il est évident que vous êtes attaché ce gamin, mais vous me mentez… » Lucius ne réagit pas et resta impassible. Le prêtre reprit : « D’une il ne fait pas parti d’une école de magie, jamais il ne dormirait seul à son âge si prêt de son école dans une auberge. Secundo vous savez très bien que ce qui s’est passé cette nuit avait pour but dans le meilleur des cas de l’enlever, dans le pire de l’abattre ! » .
« Que s’est-il exactement passé cette nuit Père Amondry ? », le front du prêtre se fronça « Non seulement vous ne répondez pas à mes interrogations, mais en plus vous me questionnez comme ont questionnerait une catin du port sur ces tarifs et prestations ! ». Lucius se raidit sur sa chaise, il ne s’attendait pas à cette réaction. « Je ne comprends pas votre réaction ! Il est vrai que Sévérus n’est pas encore un de nos étudiants, mais je ne suis au courant de rien concernant les doutes que vous émettez sur l’agression que vous avez subit cette nuit ! ». Amondry sourit, « vous les mages passez tellement la tête dans vos livres et parchemins, que vous en oubliez la plus élémentaire des règles sociale : Savoir mentir ». Sans laisser le moindre temps de réaction au mage le prêtre renchérit, « Bien partons du principe que je n’ai jamais su lire les âmes de mes semblables, oui il est évident que l’attaque de cette nuit était ciblée. Au moment où j’ai ressenti la présence d ces brigands, un était déjà rendu au pied de la paillasse du gamin, la dague au point, les deux autres se tenaient ; un à la porte et le second sur le pas de la fenêtre tous les deux entrains de faire le guet. »
Ces propos sonnaient comme un coup de fouet pour le mage. Ces pires craintes concernant l’action des grands mages étaient fondées. Ils étaient certainement les commanditaires de cette attaque. Comment des sages pouvaient ordonner la mort d’un gamin sous des prétextes aussi obscures qu’infondés. La vérité s’étalait devant lui tout aussi sûr que la marge de ses possibilités se réduisaient quant au champ d’actions à prendre concernant Sévérus. Plongée dans ces pensées, son cerveau calculait toutes ces possibilités, se retirer de ce plot insensé et laissé le gamin se faire tuer ? Il était évident qu’avec l’annonce de l’échec de cette tentative d’assassinat, les commanditaires engageraient des hommes de mains plus sérieux et capables. Remonter l’affaire au conseil de la cité ? Perte de temps ! Les mages sont trop influents. Faire le forcing pour que le doyen de l’académie l’intègre et le mette sous la protection de l’école ? Impossible aussi, il ne désavouera jamais le conseil.
Alors que les secondes s’égrenaient, Amondry le sorti de ses réflexions. « Votre réaction démontre de l’attachement pour ce gamin, pouvez-vous me faire part de vos inquiétudes ? Si Savras avaient voulu laisser ce gamin se faire tuer, jamais elle ne m’aurait alerté. Il est évident que son heure n’était pas sonné et qu’il à un destin à accomplir, mais si vous ne m’aidez pas et n’écoutez pas les signes, j’ai bien peur que la prochaine fois aucun prêtre itinérant comme moi, ne vienne pas à se réveiller en pleine nuit pour sauver votre pupille ! ». Lucius fixa le prêtre, une ébauche de solution se dessinait devant lui. Quel choix avait-il autrement ? Le prêtre à raison il y a des signes qu’il faut savoir lire et comprendre. « Vous avez raison Amondry, je vais vous dire ce que je sais, mais sachez qu’ensuite votre vie sera tout aussi en péril que celle de ce gamin… ».
Pendant de longues minutes il expliqua la situation et ce qu’il savait. De temps à autre il jetait un regard au-dessus de l’épaule du prêtre pour apercevoir Sévérus fixé son bol de lait, comme perdu lui aussi ou comme engluer dans les toiles d’une araignée qui se cachait en attendant le bon moment pour sortir et venir le dévorer. Après l’exposé des faits venaient celui des solutions et la aussi de longues minutes étaient nécessaires pour enfin accoucher d’une ébauche de solution. Sévérus partirait dans la journée avec le prêtre pour que celui-ci le mette en sécurité dans le seul endroit ou le destin ne s’acharnerait pas sur le gosse…
Après avoir fini tous les trois de déjeuner, Lucius expliqua à Sévérus qu’il était dorénavant sous la protection du prêtre et que celui-ci l’accompagnerait loin de la cité dans un endroit où il pourrait être protégé en attendant que lui, trouve une solution et des réponses à des questions. Il devra l’attendre patiemment et obéir au père Amondry jusqu’à son retour. Sévérus hocha à peine la tête. Après tout cette cité ne lui avait jamais témoigné la moindre affection et que ce soit sous la protection d’un chef de quartier qui l’obligerai à commettre des larcins ou celle d’un prêtre, la seconde idée lui semblait plus confortable. En quelques minutes le prêtre avait préparé ses affaires et dans la plus grande discrétion et après avoir pris quelques précautions d’ordre magiques, les deux protagonistes finirent par franchir en tout anonymat les portes de la cité. Après plus d’une lieu, Sévérus se retourna pour apercevoir les murs de la cité au loin se détacher de l’horizon. Un sentiment de légèreté le rempli, il se surprit à sourire, il venait de quitter sa prison. Où les dieux l’emmenaient ? Il s’en fichait comme de sa première dent…

Description :
Sévérus est jeune, mais son visage l'a trahi depuis bien longtemps. Ses traits marqués par une vie faite de servitude et de mauvais traitements lui donnent l'apparence d'un homme de plus de 30 ans. Il est maigre, se tient le dos voûté presque en permanence. Ses longs doigts noueux et son menton en galoche finissent par achever le bien triste portrait d'un jeune homme souvent raillé. Il porte les cheveux court, son front large est souligné par de petits yeux en amandes, un nez aquilin surplombant une petit bouche en permanence serrée lui donne un ton austère et au premier regard dépourvu de tout charme. C'est cependant quand il commence à s'exprimer d'une voix basse mais puissante et d'un ton posé, que son auditoire commence à porter une attention particulière à cet homme. Quasiment affublé en permanence de sa robe d'étude, il ne se déplace quasiment jamais sans un livre ou un quelconque manuscrit. Une ceinture faite d'une corde de soie souligne sa maigreur maladive. Sa nature fragile font qu'il est très régulièrement en train de toussoter et de reprendre sa respiration profondément.

_________________
Si vous me refusez le pouvoir absolu, comment diable voulez-vous que je fonde la liberté ?


Dernière édition par Dagguendorf le Ven 12 Sep 2014, 10:57, édité 5 fois.
Haut
   
 
 [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Common Crawler [Bot] et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à: