Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Dernière visite le il y a moins d’une minute Nous sommes le Mer 11 Déc 2019, 08:35


Règles du forum


Image


 [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Shaka Xhii
MessageMessage posté...: Dim 26 Fév 2017, 13:26 
Apprenti aventurier
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Ven 24 Fév 2017, 17:02
Messages: 19
Nom : Shaka Xhii
Alignement : Chaotique neutre
Race : Demi-elfe des bois
Âge : 24 ans
Taille : 1,68 m
Poids : 64 kg
Sexe : féminin
Classes : Rôdeuse 1
Divinité : Fenmarel Mestarine
Région : Haute-Forêt

Vitesse de déplacement au sol : 12 m (9 + 3 (don, pied léger)), soit 8 cases, par round

Expérience : 0 / 1 000

Statistiques
    Force : 16 (+3)
    Dextérité : 16 (+3)
    Constitution : 12 (+1)
    Intelligence : 10 (+0)
    Sagesse : 12 (+1)
    Charisme : 8 (-1)

Points de vie : 9 (1d8 + 1 (constitution))

Classe d’armure : 15 = 10 + 3 (dextérité) + 2 (armure de cuir)
Contact : 13 = 10 + 3 (dextérité)
Prise au dépourvu : 12 = 10 + 2 (armure de cuir)

Initiative : +3 = 3 (Dex)

Corps à corps : +4 = 1 + 3 (force)
  • Épée longue : +4 / 1d8+3 / 19-20/×2
  • Dague : +4 / 1d4+3 / 19-20/×2
Distance : +4 = 1 + 3 (dextérité)
  • Arc long : +4 / 1d8 / ×3 / 30 m
  • Dague : +4 / 1d4+3 / 19-20/×2 / 3m

Jet de réflexes : 5 = 2 + 3 (dextérité) ; 7 contre les sorts et effets magiques de l’école des enchantements (racial)
Jet de vigueur : 3 = 2 + 1 (constitution) ; 5 contre les sorts et effets magiques de l’école des enchantements (racial)
Jet de volonté : 1 = 0 + 1 (sagesse) ; 3 contre les sorts et effets magiques de l’école des enchantements (racial)

Langues connues
  • Commun
  • Elfique
  • Illuskien

Aptitudes de classe
  • Armes et armures : Le rôdeur est formé au maniement de toutes les armes courantes, des armes de guerre et des boucliers (à l'exception du pavois). Il est également formé au port des armures légères.
  • Empathie sauvage (Ext) : +0 = +1 (rôdeuse 1) - 1 (charisme)
  • Ennemi juré (Ext) : orques (+2)
  • Pistage

Dons

Caractéristiques raciales
  • Vision nocturne : les demi-elfes voient deux fois plus loin que les humains dans des conditions de faible éclairage (clarté de la lune ou des étoiles, torche, etc.). Dans ces conditions, ils distinguent toujours parfaitement les couleurs et les détails.
  • Sang elfique : ils sont considérés comme des elfes à part entière pour tous les effets dépendant de la race. Les demi-elfes sont aussi vulnérables aux attaques qui ciblent les elfes que leurs ancêtres, et ils peuvent utiliser les objets magiques réservés aux elfes.
  • Sommeil : immunité contre les sorts et effets magiques de type sommeil.
  • Bonus raciaux :
      +2 aux jets de sauvegarde contre les sorts et effets magiques de l’école des enchantements.
      +1 aux tests de détection, fouille et perception auditive.
      +2 aux tests de diplomatie et renseignements.

Compétences
  • Liées à la force :
      Escalade* : 4 = 1 + 3 (force)
      Natation* : 3 = 0 + 3 (force)
      Saut* : 7 = 1 + 3 (force) + 3 (saut)
  • Liées à la dextérité :
      Acrobaties : 4 = 1 + 3 (dextérité)
      Crochetage : 4 = 1 + 3 (dextérité)
      Déplacement silencieux* : 4 = 1 + 3 (dextérité)
      Discrétion* : 4 = 1 + 3 (dextérité)
      Équilibre* : 3 = 0 + 3 (dextérité)
      Équitation* : 4 = 1 + 3 (dextérité)
      Escamotage : 3 = 0 + 3 (dextérité)
      Évasion* : 3 = 0 + 3 (dextérité)
      Maitrise des cordes* : 4 = 1 + 3 (dextérité)
  • Liée à la constitution :
      Concentration* : 2 = 1 + 1 (constitution)
  • Liées à l’intelligence :
      Art de la magie : — = 0 + 0 (intelligence)
      Art martial : — = 0 + 0 (intelligence)
      Art psi : — = 0 + 0 (intelligence)
      Artisanat (fabrication d’arcs)* : 2 = 2 + 0 (intelligence)
      Artisanat (autre)* : 0 = 0 + 0 (intelligence)
      Connaissances (exploration souterraine) : — = 0 + 0 (intelligence)
      Connaissances (géographie) : — = 0 + 0 (intelligence)
      Connaissances (nature) : 1 = 1 + 0 (intelligence)
      Connaissances (autre) : — = 0 + 0 (intelligence)
      Contrefaçon* : 0 = 0 + 0 (intelligence)
      Décryptage : — = 0 + 0 (intelligence)
      Désamorçage/sabotage : — = 0 + 0 (intelligence)
      Estimation* : 0 = 0 + 0 (intelligence)
      Fouille* : 2 = 1 + 0 (intelligence) + 1 (racial)
      Prime idiome : — = 0 + 0 (intelligence)
  • Liées à la sagesse :
      Autohypnose : — = 0 + 1 (sagesse)
      Détection* : 4 = 2 + 1 (sagesse) + 1 (racial) ; 6 contre les orques (1er ennemi juré)
      Perception auditive* : 3 = 1 + 1 (sagesse) + 1 (racial) ; 5 contre les orques (1er ennemi juré)
      Premiers secours* : 2 = 1 + 1 (sagesse)
      Profession (pisteur) : 2 = 1 + 1 (sagesse)
      Psychologie* : 1 = 0 + 1 (sagesse) ; 3 contre les orques (1er ennemi juré)
      Survie* : 2 = 1 + 1 (sagesse) ; 4 contre les orques (1er ennemi juré)
  • Liées au charisme :
      Bluff* : 0 = 1 - 1 (charisme) ; 2 contre les orques (1er ennemi juré)
      Déguisement* : -1 = 0 - 1 (charisme)
      Diplomatie* : 1 = 0 - 1 (charisme) + 2 (racial)
      Dressage : 0 = 1 - 1 (charisme)
      Intimidation* : -1 = 0 - 1 (charisme)
      Renseignement* : 1 = 0 - 1 (charisme) + 2 (racial)
      Représentation (toute)* : -1 = 0 - 1 (charisme)
      Utilisation d’objets magiques : — = 0 - 1 (charisme)
      Utilisation d’objets psioniques : — = 0 - 1 (charisme)

En gras, les compétences de classe et avec un astérisque, les compétences admettant un test inné (utilisables même avec un degré de maitrise égal à 0).

Équipement
  • Tenue de voyage (gratuit)
  • Armure de cuir (7,5 kg ; 10 po)
  • Cape du forestier (1,5 kg ; 20 po)
  • Épée longue (2 kg ; 15 po)
  • Dague (0,5 kg ; 2 po)
  • Arc long (1,5 kg ; 75 po)
  • 40 flèches (2×1,5 kg ; 2×1 po)
  • Sac à dos (1 + 10 kg ; 2 po) contenant :
    • Corde en chanvre de 15 m (5 kg ; 1 po)
    • Hache-marteau (1 kg ; 1 po)
    • Silex et amorce (0 kg ; 1 po)
    • Outre (2 kg ; 1 po)
    • Grappin (2 kg ; 1 po)
  • Or possédé : 19 po

Poids total de l'équipement : 27 kg (charge légère)

Background :
Pour vous conter cette histoire, il faut remonter non pas à la naissance de la jeune femme, mais aux origines de sa mère. Mar'ijhad Xhii vient d'une longue lignée d'elfes, comment dire, conservateur. Ils n'avaient jamais été de quelque noblesse que ce soit, bien au contraire. Gardes de pères en fils et femmes de chambre de mère en fille, tout au plus. Mais c'était une famille de tradition, dont la tradition était le dégoût pour les espèces inférieures, soit toutes les autres races. Dès ses vingt ans, elle fut mariée à un très bon parti. Vivant dans un village au pied des montagnes Nétheres, c'est non moins que le capitaine de la garde, Hellimer Dinmai, qui jeta son dévolu sur elle. C'était un vieil elfe, ou presque, flirtant avec les deux cent cinquante ans et partageant les valeurs des Xhii. Elle était la fierté de sa mère, la promotion sociale de la famille, ou peu s'en faut. Mais elle avait un secret, un tout petit secret.
Mar'ijhad, voyez-vous, n'avait jamais vraiment détesté personne. Elle n'aimait pas les étranger pour être bien éduquée, mais jamais elle n'en avait rencontré qui lui avait fait du tord. Au moment de son mariage, cela faisait déjà quelques années qu'elle avait sympathise avec le gnome qui assistait le forgeron du village, Tygol de son petit nom. Il lui racontait les histoires du temps où il vivait des aventures, lui parlait de rois et de dragons. Elle savait qu'il exagérait souvent, mais c'était plus amusant qu'offensant.
Alors, lorsqu'un groupe hétéroclite s'arrêta au village pour se reposer avant de s’enfoncer dans les montagnes, elle ne vit pas vraiment de bonne raison d'empêcher ce barde aux cheveux rouges de lui chanter une ballade ou deux. Surtout qu'ils avaient sut être discret. Elle était sûre que personne n'avait rien vu, tous trop occupés à s'agiter autour d'aventuriers sur le pas de guerre. Sauf lui, lui avait laissé les autres s'agiter pour ne s'intéresser qu'à elle.
Et pendant neuf mois elle put chérir ce souvenir, cette bêtise, sans que personne ne se doute jamais de rien. Ce n'est qu'alors que Shaka fit son entrée dans cette histoire.
D'abord il y eut une tignasse rousse éparse laissant perplexe un père aussi blond qu'un nuage. Et puis tout le reste du corps. Déjà le contour de ses yeux un peu trop rond, la petitesse de ses doigts potelés, et même le son de son premier cri, trahissaient son ascendance, glaçant le sang d'un cocu sans enfant et brisant les illusion d'une mère un brin trop naïve.

La réaction fut violente. Maîtrisée, sans aucun doute, mais violente, imposant à la jeune mère une convalescence plus longue que de coutume. Ce ne fut qu'en suppliant, en promettant de faire n'importe quoi, qu'elle parvint à convaincre Hellirem de garder l'enfant sous leur toit.
Les premières années de sa vie se résumèrent à cette maison, et à sa mère. Toutes les deux n'étant désormais plus que la honte de deux familles, elles s'étaient vues interdire l'extérieur, avec l'autre pour seule compagnie. Il n'y avait que les nuits pour les séparer.
Shaka avait quatre ans lorsque les choses changèrent pour la première fois, et elles ne changèrent pas en bien. Le ventre de sa mère s'était arrondit peu à peu, et avec ce nouveau phénomène, elle la laissait parfois seule dans la journée, sortant en compagnie de cet homme à qui elle n'avait pas le droit de parler, qui ne la regardait jamais. Quand arrivèrent les jumeaux, elle compris comment naissait les enfants. Elle compris aussi comment fonctionnait le cœur de sa mère. Au début ils étaient quatre, partageant leur temps tous ensemble quand Hellirem n'était pas là. Mais très vite ils commencèrent à sortir, tous sauf elle. Mar'ijhad commençait même à aller se balader toute seule avec les petits pendant la journée. Une habitude qui s'avéra rapide à prendre. Alors il n'y eut plus qu'elle.

À environ douze ans, il y eut un autre changement. Ayant pour principal refuge l'humour et le sarcasme, surtout le sarcasme, Hellirem et elle avaient finit par développer une relation qui n'appartenait qu'à eux. Chacune de leurs interactions se faisaient en deux ou quatre temps. Le premier était toujours le même, le patriarche ordonnait à la bâtarde de faire quelque chose. Si elle le faisait l'interaction se terminait. Mais régulièrement elle préférait répondre d'un sarcasme bien sentit qui la faisait rire intérieurement. Alors arrivait le troisième temps, la pluie de coups, avant qu'elle ne finisse par obéir.
Âgés de six ans, ses frères, Hel et Yondir, la traitaient plus comme une servante que comme une sœur, l'appelant même la bâtarde lorsque leur mère était hors de portée de voix. Cette même mère que Shaka ne voyait plus que quelques minutes par jours lorsqu'elle trouvait le temps. Son retour à la vie sociale en compagnie et ses jumeaux, et avec ce nouvel enfant en route, avait relégué sa fille très loin dans sa liste de priorité. Tant et si bien qu'elle ne protesta pas lorsque Hellirem décréta que l'on devait désormais prétendre que Shaka, cette enfant qui n'avait jamais quitté la maison, était la fille d'une lointaine cousine de Mar'ijhad. Avant d'ajouter qu'elle ferait également office d'aide de maison, et que c'était là sa solution pour qu'elle puisse sortir faire toutes sortes de courses pour la famille.
Après avoir protesté, puis pris une raclée, La jeune fille fit connaissance d'une nouvelle facette de la vie, le pragmatisme. Si même sa mère était capable de la voir se faire rosser sans autre réaction que de détourner le regard, soit. Elle les appellerait cousins, oncle, ou même patrons s'ils le voulaient. Au moins elle allait pouvoir sortir de cette maison.
Elle était donc devenu bonniche. Elle faisait le ménage, entretenait les armes et armures du patriarche, faisait même l'école à ses frères, mais surtout elle faisait les courses. Porter un courrier, acheter à manger, passer ou récupérer une commande à un commerçant, chaque sortie était une aventure pour elle. Très vite, le village s'était habitué à sa présence, et très vite elle avait prit le pas de parler de sa mère comme d'une tante. Mais le mensonge n'importait peu, ce qui comptait c'était cette liberté qu'elle s'octroyait comme elle pouvait, courant d'un magasin à l'autre, s'inventant de nouveau chemins passant par des toits ou des arbres. L'important s'était de courir vite, de finir la course à temps pour pouvoir écouter à la volée les histoires de Tygol, des chasseurs ou même des gardes.
Pendant un certain temps elle avait trouvé une sorte d'équilibre dans cette routine. Si bien que les années passèrent plutôt vite. Avant même de s'en rendre compte, elle avait dix-sept ans. En plus de ses deux frères, elle avait désormais une petite sœur, ou une cousine. Elle n'était même pas certaine que la petite dernière connaissait leur lien réel de parenté tant on lui avait bien inculqué qu'elles n'étaient pas de la même engeance.
Les jumeaux avaient assez grandit pour qu'elle soit bien incapable de leur faire la leçon. Si elle y perdait l'occasion divine de leur donner des ordre, elle y avait gagné un temps libre qu'elle consacrait à partager du temps avec les quelques amis qu'elle avait réussit à se faire.
Elle aurait put vivre encore longtemps ainsi, sans trop se poser de question. Mais c'était sans compter sur les Corbeaux.

C'était une troupe de rôdeurs, cinq pour être précis. Composés de jeunes principalement, ils étaient mélangés, humains, elfes, et même un demi-orque, on les avaient vu surgir à l'orée de la forêt au milieu de la nuit, courant à pied, deux d'entre brandissant des torches, un groupe d'orques à leur trousses.
Rapidement l'alerte avait été sonnée, la dizaine de gardes qui composaient la protection locale avait déferlé sur la courte plaine séparant les murs de bois de la troupe de fuyards. Shaka, elle, s'était précipitée pour regarder un Tygol dans une armure trop petite partir à leur suite. Ce n'est qu'en voyant un orque se faire décapiter à une dizaine de mètres d'elle qu'elle s'arrêta enfin. Le combat était féroce, les coups s'échangeaient aussi vif que puissant. Par deux fois elle vit des flèches voler loin au dessus de sa tête. La bataille était un chaos qu'elle parvenait à peine à déchiffrer. Juste assez pour voir clairement Tygol au sol, un orque se préparant à abattre son marteau sur lui. Elle n'avait jamais courut aussi vite de sa vie. Agile, elle était parvenu à se glisser sans dommages sous les coups d'un orque blessé pour lui passer dans le dos. Tout juste à temps pour rentrer épaule la première dans le ventre de celui qui allait tuer l'un de ses rares amis, le seul qui lui parlait parfois de sa mère gentiment.
Après ça elle s'était réveillée dans l'enceinte du village, le demi-orque penché sur elle entrain de lui bander l'abdomen. Tygol était en vie, les orques étaient tous morts, et surtout les deux seuls blessés un peu grave étaient nuls autres que le gnome et elle.
Dans les jours qui suivirent, sa convalescence servant de prétexte à quelques congés, elle apprit à connaître le groupe de rôdeurs. Ils étaient tous jeunes. L'elfe avait tout juste quarante ans, et les autres avoisinaient tous les vingt-cinq ans. Ils se faisaient appeler les Corbeaux et chassaient les orques dans la forêt, vendant leurs services à de petits villages comme celui-ci. Ils s'étaient connu enfants, et avaient formé leur petite compagnie dès qu'ils avaient été en âge de partir arpenter la forêt. Seul l'elfe ne faisait pas partie de ce groupe d'origine. Il leur avait fallut trois semaines avant de le rencontré et qu'il ne les rejoigne, partageant leur ferveur et leur envie de servir leur prochain, contre paiement.
Durant trois jours, elle s'émerveilla de leurs histoires à peine croyables, et s'enorgueillit des compliments que chacun faisait sur le courage de son intervention au combat. Entre eux le contact avait été quasiment immédiat. Si bien qu'elle crut avoir le cœur brisé lorsque le moment du départ fut venu. Mais il n'y eut pas de chagrin. Avec la simplicité des jeunes, ils lui proposèrent de se joindre à eux. Ils avaient fait la proposition à l'atelier de Tygol, lui tendant une armure de cuir et une épée qu'ils avaient déjà acheté. Lorsqu'elle confessa ne pas savoir se battre il se mirent tous d'accord pour lui apprendre. Elle aurait put hésiter, mais pour quel raison ?

Les années suivantes furent heureuse, pour la première fois de sa vie. Il lui avait fallut un peu de temps pour s'adapter à la vie nomade, en pleine forêt, sans plus de ressources que ce que la nature leur accordait. Il lui avait fallut un peu de temps pour se faire également à l’entraînement physique imposé par ce style de vie. Mais rapidement les années défilèrent à nouveau.
Cela faisait un peu plus de trois ans désormais qu'ils avaient trouvé leur rythme de croisière. Ils chassaient les petits groupes d'orques qui causaient des problèmes près des zones habitées lorsqu'ils arrivaient à trouver des contrats à leur portée. Le reste du temps, ils vivaient de leur chasse sans rien demander à personne. A eux six ils formaient une véritable petite famille.
C'était l'une de ces fois où, en échange de quelques jours de conforts et du matériel neuf, ils allaient chasser des orques ayant attaqué un village arboricole. Rien qu'ils n'aient déjà fait cent fois. La traque avait duré quelques jours. Ils les avaient trouvé au pied d'un arbre giganteste, en pleine nuit, profitant du confort succin d'un campement de fortune. La danse pouvait commencer.
Chacun connaissait son rôle, d'abord se disperser pour les encercler, laisser les deux lames, dont Shaka, approcher silencieusement, puis faire pleuvoir les flèches. Une routine bien huilée, trop bien.
C'est elle qui avait déclenché l'alarme. Trop occupée à repérer les positions de ses compagnons, elle n'avait pas fait attention à la ficelle tendue entre deux petites brindilles. Pour tout dire elle ne sentit même pas son pied écraser le petit déclencheur. Mais elle entendit le son de la clochette dans l'unique tente du camps.
Immédiatement, une flèche vola au dessus de sa tête, allant se planter dans le dos d'un orque à peine réveillé et pourtant déjà enragé par la douleur vive provoquée. Mais la demi-elfe n'y prêta que peu d'attention, trop déstabilise par le bruit qui émana de la tente. Si les grognements n'étaient pas rares dans un groupe d'orques, celui-ci dénotait avec tout ce qu'elle avait put entendre jusqu'à présent.
Mais les questions viendrait plus tard. En un instant un deuxième ennemi s'était dressé pour se jeter sur elle, la bataille commençait.
Dans les minutes qui suivirent les choses furent relativement équilibrées. Shaka tenait tête à un Orque, épée contre épée, tandis que le reste de la troupe était monté au corps à corps pour venir la soutenir. Ils étaient à cinq contre quatre, la balance penchant peu à peu en leur faveur. Puis elle l'avait vue.
S'extirpant de la tente en un bond, la silhouette de ce nouvel opposant était différente de tout ce qu'elle avait vu. Grand, massif, une peau grise et sale, un crâne dépourvu de tout poil, et des yeux d'un bleu qui semblait presque éclaire le bas de ce visage dur, déformé par une rage quasi-bestiale. Le bond qu'il fit pour arriver au milieu de l'affrontement termina de la convaincre que c'était là une créature d'un tout autre genre. Goliath, c'est le nom qu'eut le temps de hurler l'un des compagnon de Shaka avant qu'une main d'une puissance monstrueuse ne lui écrase la gorge.
Un par un, les chasseur virent le monstre bondir sur eux, mettant fin à l'affrontement ainsi qu'à leur jours, avec une facilité déconcertante.
Ils n'étaient plus que deux lorsque la première flèche siffla. Elle se ficha directement dans le cou du goliath, mais alors qu'il allait arracher la nuisance, un arc électrique sembla traverser la tige de la flèche, et le visage furieux du barbare fut soudainement déformé par la douleur tandis que son cou semblait enfler. Un nuage de fumée sortit de sa bouche, avant qu'il ne s’effondre à genoux. Puis il y eut une autre flèche, ou plutôt d'autres. Semblant venir toutes du même point au même moment, il y avait une flèche pour chaque orque en vie, les faisant tomber sur l'instant. Ce n'est qu'à ce moment que Shaka la vit enfin. Galopant entre les arbres, une elfe tournait autour de ce petit champs de bataille en restant à bonne distance. Lorsqu'elle tira sa flèche suivante de son carquois, la demi-elfe aurait juré voir un filet d'énergie passer dans le projectile. Lorsque l'inconnue tira, Shaka aurait put jurer que le tir allait se ficher dans un arbre. Il n'en fut rien, au lieu de se planter, la flèche traversa, comme si l'arbre n'était qu'une illusion, puis elle se planta dans le torse du goliath, lui arrachant un dernier râle avant qu'il ne s'effondre définitivement.

Réduit à un duo, les deux survivants ne restèrent ensemble que les longs jours nécessaire pour fuir la forêt. De longs jours mais surtout de longues nuit sans sommeil qui laissaient à Shaka tout le temps de réfléchir. Bercée par les gémissements de son compagnon cauchemardant, elle ne pouvait s'empêcher de se demander qui était leur sauveuse, ce qu'elle était. Alors qu'elle aurait dut être hantée par les images du massacre de ses amis, elle n'était obsédé que par cette elfe, ce qu'elle avait fait.
Oh, elle voulait fuir, quitter sa région natale et laisser derrière elle tout ce qu'elle y avait vécu. Elle était dévastée par la perte de ses amis, à tel point qu'elle n'avait plus parlé depuis les faits. Mais alors que son dernier ami vivant ne parlait que de rentrer chez lui, elle ne pensait qu'à la femme, qu'à la flèche qui avait traversée l'arbre, à celle qui avait fait tombé le goliath. Elle n'était qu'obsédé par l'idée d'acquérir ce genre de puissance. Une femme pareil ne devait pas jamais se sentir impuissante, et Shaka ne voulait plus jamais se sentir aussi impuissante.
Alors, focalisée sur son intention d'acquérir une force qu'elle estimait digne des légendes, c'est naturellement qu'elle se mit sur les traces d'une légende, Corkalia'ther,

Cela fait maintenant plusieurs mois qu'elle voyage. Seule, elle s'est jointe à des caravanes pour le plus gros de son périple, évitant miraculeusement la plupart des dangers. Mais maintenant elle approche du but, elle arrive à Gemmaline, cette île dont elle a entendu dire qu'elle était celle dont parlait les légendes elfes. Incertaine de ce qu'elle y trouvera, c'est son instinct qui l'a poussé dans cette direction, ce même instinct qui lui dit qu'à partir du moment où elle posera pied à terre, c'est l'inconnu qui s'ouvrira devant elle.


Description :
Shaka est une jeune demi-elfe comme on en voit un peu partout dans le monde. Son épaisse tignasse rousse, descendant sur ses épaules, dissimule à la perfection ses petites oreilles pointues. Du moins lorsqu'elle n'est pas attaché en une queue de cheval négligée, soit la plupart du temps. C'est sa peau cuivrée qui trahit le plus son ascendance elfique, tandis que ses yeux d'un vert profond sont clairement un héritage de son père humain.
Plutôt grande pour son engeance, il se dégage d'elle une puissance physique et une souplesse qui trahissent clairement sa nature guerrière, du moins si l'armure de cuir et la cape de forestier qui composent son unique garde robe n'étaient pas des indices suffisants. Il est également rare de la voir sans ses deux épées longues aux hanches et son arc et carquois dans le dos. Elle est donc une rôdeuse comme on en voit bien souvent parcourir les forêts, banale en bien des points, n'ayant de mémorable que l'émeraude de son regard.

_________________


Dernière édition par Shaka Xhii le Mar 28 Fév 2017, 12:11, édité 3 fois.
Haut
   
 
 [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Common Crawler [Bot] et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à: