Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Dernière visite le il y a moins d’une minute Nous sommes le Jeu 27 Juin 2019, 12:41


Règles du forum


Image


 [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Zandaar
MessageMessage posté...: Sam 17 Jan 2015, 00:04 
Aventurier épique
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Jeu 15 Jan 2015, 01:57
Messages: 326
PX: 1423
Citation:
Maître de jeu : Maro Cauannos


Nom : Zandaar
Alignement : Loyal neutre
Race : Humain
Âge : 30 ans
Poids : 77 kg
Taille : 183 cm
Sexe : M
Classe : Ninja (2)
Divinité : Hoar
Région : Tribus d’Uthgardt
Vitesse de déplacement au sol : 9m, soit 6 cases, par round
Ajustement de niveau : +0

Expérience : 1 000 / 3 000

Traits : Aucun

Statistiques :
    Caractéristiques :
      Force : 12 (+1)
      Dextérité : 14 (+2)
      Constitution : 12 (+1)
      Intelligence : 10 (+0)
      Sagesse : 16 (+3)
      Charisme : 12 (+1)

    Points de vie : 13
    1. Ninja 1 : 7 (6 (1d6) + 1 (constitution))
    2. Ninja 2 : 13 (7 (niv. 1) + 5 (1d6) + 1 (constitution))

    Défense :
      Classe d’armure (CA) : 15 = 10 + 2 (dextérité) + 3 (sagesse)
      Contact : 15 = 10 + 2 (dextérité) + 3 (sagesse)
      Pris au dépourvu : 13 = 10 + 3 (sagesse)

    Initiative : 2 (dextérité)

    Attaque :
      Jet d’attaque au corps à corps : 2 = 1 + 1 (force)
      • Épée courte : 2 / 1d6 + 1 / 19-20/×2
      • Kukri : 2 / 1d4 + 1 / 18-20/×2
      Jet d’attaque à distance : 3 = 1 + 2 (dextérité)
      • Shuriken : 3 / 1d2 + 1 / ×2 / 3 m

    Jets de sauvegarde :
      Jet de réflexes : 5 = 3 (classe) + 2 (dextérité)
      Jet de vigueur : 1 = 0 (classe) + 1 (constitution)
      Jet de volonté : 3 (5) = 0 (classe) + 3 (sagesse) ; +2 (pouvoir ki ; si réserve ki non épuisée)

Langues connues :
  • Commun (base)
  • Illuskien (base)

Caractéristiques raciales :

Dons :
  • (niveau 1)
  • (humain 1)

Aptitudes de classe :

Pouvoir ki :
Nombre de charges journalières = ½ niveau de ninja (minimum 1) + bonus de sagesse


Compétences :
    Total = DM + bonus carac + autres

    Liées à la force :
      Escalade * : 3 = 2 + 1 (force)
      Natation * : 1 = 0 + 1 (force)
      Saut * : 5 = 2 + 1 (force) + 2 (synergie ; Acrobaties)

    Liées à la dextérité :
      Acrobaties : 7 = 5 + 2 (dextérité)
      Crochetage : = 0 + 2 (dextérité)
      Déplacement silencieux* : 7 = 5 + 2 (dextérité)
      Discrétion* : 7 = 5 + 2 (dextérité)
      Équilibre* : 6 = 2 + 2 (dextérité) + 2 (synergie ; Acrobaties)
      Équitation* : 2 = 0 + 2 (dextérité)
      Escamotage / Vol à la tire : = 0 + 2 (dextérité)
      Évasion* : 2 = 0 + 2 (dextérité)
      Maîtrise des cordes* : 2 = 0 + 2 (dextérité)

    Liée à la constitution :
      Concentration* : 1 = 0 + 1 (constitution)

    Liées à l’intelligence :
      Art de la magie / Connaissance des sorts : = 0 + 0 (intelligence)
      Artisanat (fabrication de poisons) : 0 = 0 + 0 (intelligence)
      Artisanat (autre) : 0 = 0 + 0 (intelligence)
      Connaissances (toute) : = 0 + 0 (intelligence)
      Contrefaçon* : 0 = 0 + 0 (intelligence)
      Décryptage : = 0 + 0 (intelligence)
      Désamorçage/sabotage : 0 = 0 + 0 (intelligence)
      Estimation* : 0 = 0 + 0 (intelligence)
      Fouille* : 0 = 0 + 0 (intelligence)

    Liées à la sagesse :
      Détection* : 7 = 4 + 3 (sagesse)
      Perception auditive* : 7 = 4 + 3 (sagesse)
      Premiers secours* : 3 = 0 + 3 (sagesse)
      Profession (toute) : = 0 + 3 (sagesse)
      Psychologie* : 4 = 1 + 3 (sagesse)
      Survie* : 3 = 0 + 3 (sagesse)

    Liées au charisme :
      Bluff* : 3 = 2 + 1 (charisme)
      Déguisement* : 3 = 2 + 1 (charisme)
      Diplomatie* : 1 = 0 + 1 (charisme)
      Dressage : = 0 + 1 (charisme)
      Intimidation / Persuasion* : 1 = 0 + 1 (charisme)
      Renseignements* : 1 = 0 + 1 (charisme)
      Représentation (toute)* : 1 = 0 + 1 (charisme)
      Utilisation d'objets magiques : = 0 + 1 (charisme)

Équipement :
  • Tenue de voyage (1 po ; 2,5 kg)
  • Wakizashi (épée courte ; 10 po ; 1 kg)
  • Kukri (8 po ; 1 kg)
  • 10 shurikens (2×1 po ; 2×0,25 kg)
  • Outre (1 po ; 2 kg)
  • Symbole sacré en bois (1 po ; —)
    Porté en collier, représente un tigre, fissuré et taché de rouge
  • Sac à dos (2 po ; 1 + 11,5 kg) contenant :
    • Paillasse (1 pa ; 2,5 kg)
    • Couverture d'hiver (5 pa ; 1,5 kg)
    • 5 rations de survie (5×5 pa ; 5×0,5 kg)
    • Baume guérisseur (10 po ; —)
    • Flasque de sable du sommeil (50 po ; 0,5 kg)
    • Corde en soie de 15 m (10 po ; 2,5 kg)
    • Grappin (1 po ; 2 kg)
    • Silex et amorce (1 po ; —)
    • Paire de dés en ivoire (5 pa ; —)
  • Or possédé : 0 po, 4 pa

Poids total de l'équipement : 17 kg (charge légère)
    Charges : 0 - 21,5 kg (légère) ; 21,5–43 kg (intermédiaire) ; 43–65 kg (lourde)

Background :

Introduction
Les deux combattants étaient épuisés. De puissance pratiquement égale, ils s'étaient affrontés deux jours durant, et aucun coup fatal n'avait pu être donné par l'un ou l'autre. Zandaar, debout, appuyé contre un arbre, utilisait aussi son sabre, son compagnon de toujours, comme appui. Il respirait lentement et difficilement. Du sang lui coulait dans l'œil droit, résultat d'une large entaille au niveau du front. Ses habits ne méritaient plus ce nom, ses guenilles le faisant maintenant ressembler à un mendiant. La sueur parcourait tout son corps, comme de pauvres paysans tentant d'éteindre l'incendie qui chauffait tous ses muscles. Il leva les yeux, observant son adversaire assis de l'autre côté de la clairière, un humain en habits de moine. Il semblait en piteux état lui aussi. Le moine semblait étudier Zandaar, et restait vigilant, tout comme le ninja. Tous deux se toisaient, le moine attendant une occasion pour attaquer, et Zandaar savourant intérieurement sa victoire dissimulée, une victoire vengeresse, le châtiment que méritait le scélérat pour ses méfaits. Peu importaient à Zandaar les exactions de son ennemi, ni sa mort, tout ce qui comptait était la justice qu'apporterait la réussite qu'il venait d'arracher au nez et à la barbe de son adversaire. Le visage meurtri, mais inexpressif, Zandaar se releva, se mit en position de garde, le pied droit en avant, le bout de son épée pointé vers l'humain en face de lui. Le moine prit peur, une première pour lui. Tout en tentant de cacher ce fait, il lança à l'adresse du ninja :

― Tu n'en as pas eu assez ? Ne vois-tu pas que nous sommes de force égale ? Tu ne pourras pas me tuer, malgré toute la volonté que tu y mettras.

Zandaar, impassible, lui répondit sur un ton neutre :

― Ne soit pas arrogant.
― Mais que t'ai-je fait ? Je ne te connais pas, alors pourquoi me combattre ?
― Je n'ai personnellement aucun grief contre toi, mais justice doit être rendue. Tu as commis des atrocités, tu dois donc mourir.

Zandaar s'avança vers lui, tout en continuant à le pointer du bout de l'épée. Le moine ne tenta même plus de cacher sa peur, ses yeux s'agrandirent d'un coup. Tout en voyant s'approcher le ninja, tel un ange de la mort venant récolter son âme du jour, il sentit tout à coup ses forces l'abandonner. Sa vue se troubla, et il s'effondra sur lui-même dans un râle. Arrivé à sa hauteur, Zandaar lui dit, imperturbable :

― Le poison fait effet, maintenant. Tu es presque totalement paralysé, et à ma merci. As-tu une dernière parole, avant que ton châtiment ne soit rendu ?

Parlant difficilement, le moine répondit, ses paroles entrecoupées par ses inspirations devenues plus fortes, et par sa bouche ne lui obéissant pas totalement :

― Qui… (inspiration) Qui es… (inspiration) tu ? Lança-t-il dans une expiration, fixant Zandaar d'un regard meurtrier.

Ce dernier, silencieux, abattit sa lame sur le cou de son ennemi. Observant le corps maintenant sans vie, il retira le sang de sa lame d'un mouvement de bras, et la rengaina. Il s'agenouilla puis adressa une prière à Hoar, à mi-voix.



Ma volonté guide ma main,
Ma main guide ma lame,
Ma lame guide la Mort,
La Mort guide le fautif,
Vers les ténèbres de l'équilibre.
Par sa mort, justice est rendue,
La justice est mon guide.


Sa prière terminée, il se releva, puis, sans un mot, sans un bruit, dans un effort qui meurtrit ses muscles, il souleva le corps du moine, puis repartit vers la ville avec son fardeau. Sur le chemin, Shizuka l'attendait, appuyé contre un arbre, les bras croisés, les yeux fermés. Lorsque Zandaar arriva à sa hauteur, il s'arrêta et fit signe au petit, qui l'accompagna sans un mot.

La question du moine résonnait dans la tête du ninja :
* Qui suis-je ? Je suis Zandaar. *

Environ Vingt ans plus tôt
Le petit garçon courait dans la forêt. Le froid intense, les branches à éviter, la proie à suivre, il était habitué à tout cela. Du haut de sa dizaine d'années, il était déjà aussi dangereux que nombre de combattants, et rivalisait de discrétion avec les membres de son clan, la tribu du Tigre rouge, fiers descendants d'Uthgardt. Au sein de sa famille, il vivait paisiblement, apprenant les coutumes de ses ancêtres, et s'entraînant pour devenir le guerrier que son père serait fier d'avoir pour fils. Il courait dans la forêt enneigée, sans bruit, à la poursuite de sa proie. Il s'arrêta brusquement derrière un arbre, alerte et surexcité par la traque. Il jeta un oeil derrière l'arbre, et vit l'animal qu'il cherchait, un loup. Le petit, étape importante de son rite d'initiation, pourchassait le carnassier, le prédateur devenu proie. Le loup hésitait, attiré par une odeur qu'il reniflait au sol, et ne vit qu'au dernier moment la forme sombre qui lui avait sauté dessus, couteau en avant.
Le jeune homme, le corps du loup sur le dos, parcourait le chemin de retour au campement en imaginant la somptueuse fête qui l'attendait là-bas. Il peinait à travers bois, avec sa charge imposante sur le dos, mais il était déterminé. Il avançait donc, pas après pas, la neige pure et blanche jusqu'aux genoux, les traînées de sang du loup derrière lui. Aux abords du campement d'hiver, quelque chose le perturba. Aucun son, le silence absolu, les oiseaux s'étaient tus, les lièvres terrés, les cris des enfants envolés, et ceux des combattants en entraînement, disparus. Il posa la carcasse du loup à terre avec précaution et respect, puis, le plus discrètement possible, courut auprès des siens. La dévastation dont il était témoin, il s'en souviendrait à jamais. Tous les membres de sa famille disparurent ce jour-là, avec la joie et l'innocence de l'enfant. Il jura, sur ce qui restait de la poitrine de son père, qu'il les vengerait, qu'il ferait tout pour obtenir la justice qu'eux ne pouvaient plus réclamer. Sur un coup de tête, ou du destin selon les points de vue, il suivit une piste fraîche dans la neige. Durant des heures, des jours, il remonta les traces, aveuglé par son idée de vengeance, ce qui le conduisit, au détour d'une clairière, à être frappé par derrière. Il tomba évanoui, l'image du campement mortifère rôdant dans son esprit.
Lorsqu'il se réveilla, il se trouvait à l'arrière d'une carriole, sur une route qui quittait les Marches d'Argent. Le conducteur, percevant le réveil de son passager, s'adressa à lui, dans un commun teinté d'un accent bien prononcé :


― Ne t'inquiète pas, mon petit. Tu es en sécurité avec moi. Je t'ai récupéré dans les bois froids, gelé et couvert de sang ! Tu aurais pu mourir si la chance ne t'avais pas souri ! (La voix du conducteur devint plus grave, plus solennelle) J'ai essayé de retrouver ton village, mais nous savons tous deux ce qu'il en est advenu…
― Ramenez-moi là-bas, lui dit le garçon, d'un ton déterminé.
― Oh, mais pourquoi ? Pour te venger ? (Le garçon se retourna, à la fois étonné et vexé) Tu ne ferais que mourir sous les coups des assaillants. Ta famille entière en est morte, pourquoi penses-tu y arriver ?

Le silence se fit. Le garçon savait bien que l'étranger avait raison, et qu'il lui faudrait acquérir de la puissance pour vaincre son ennemi, un ennemi inconnu. Il réfléchissait à ses options, et le conducteur le laissa faire. Le petit arriva au bout de ses idées, sans qu'aucune ne le satisfasse pleinement. Assis sur le plancher de la charette, la tête entre les genoux, il se mit à pleurer pour la première fois de sa vie. Lorsqu'il eût fini, l'étranger continua :

― J'ai un marché à te proposer. Je suis ce que l'on nomme un maître ninja, un shinobi. Tu seras mon élève, je t'enseignerai comment prendre ta revanche. Tu deviendras toi aussi un maître shinobi.

Après un moment de réflexion, passé à observer les montagnes des Marches d'Argent qui s'éloignaient, l'enfant regarda vers le conducteur, et lui répondit :

― D'accord.
― Bien ! Je te préviens immédiatement, je serais impitoyable, ton entraînement sera difficile et douloureux. Mais commençons par quelque chose de simple. Tu peux m'appeler Asasugi-sama. Quel est ton nom ?

Le garçon manipulait quelque chose dans sa main, qu'il avait sorti de sa poche. Concentrant sa vue sur l'objet en question, il répondit :

― Je suis Zandaar.

Il passa une cordelette autour de son cou, à laquelle était accroché l'objet qu'il avait en main, l'amulette de son père tâchée de son sang, le symbole de sa tribu, un tigre rouge.

Un an plus tôt
Zandaar rentrait d'un voyage long et exténuant, et qui s'était révélé extrêmement décevant. Il avait parcouru tout le nord de Faerûn, du Valbise à l'Estagund, sans trouver la moindre trace, le moindre indice concernant la mort de sa famille. Les rumeurs et légendes de sa disparition n'étaient que des contes et fadaises, et il n'apprit rien de tangible quant à leurs agresseurs. Il revint donc bredouille vers sa terre d'adoption, l'archipel de Kozakura, en Kara-Tur. Il grimpait les marches qui menaient à la maison de son maître, son senseï, la mine grave, mais toujours impassible. Son arrivée se fit dans le silence le plus complet, et son maître l'attendait déjà à table, sans prononcer un mot. Zandaar s'assit et, au cours du repas, lui conta son voyage. La mine habituellement irascible du senseï était un peu plus renfrognée qu'à l'habitude, et Zandaar attribua cela à son propre échec -- en plus du fait qu'il parlait en commun, n'ayant jamais réussi à apprendre la langue d'Asasugi. Durant ses années d'entraînement, il put constater qu'Asasugi ne lui avait effectivement pas menti ; l'entraînement était difficile, et le maître d'un tempérament… lunatique. Ses succès apportaient souvent de l'indifférence, et ses échecs, les coups, plus ou moins violents selon le jour. Mais Zandaar supporta, jour après jour, pour deux raisons. Il était habitué à une certaine dureté durant l'entraînement, ses parents et sa tribu n'étaient parfois pas tendre envers lui, même si le maître fut bien pire. Il était également résolu, déterminé à vaincre son ennemi. Il en était même venu à prier régulièrement les dieux, à leur demander de lui accorder sa revanche en échange de sa dévotion, de son complet sacrifice à la cause de la justice, de la vengeance.

Un petit garçon, que le ninja n'avait jamais vu, vint alors leur servir le thé dans la salle aux tatamis. Zandaar allait interroger du regard son maître, pour déterminer la raison de la présence de cet enfant dans sa maison, mais la mine un peu plus grave d'Asasugi lui en passa l'envie. Ce dernier observait l'enfant avec un regard que Zandaar connaissait bien, pour l'avoir vu des centaines de fois durant l'entraînement, juste avant les coups. Le ninja observa alors le garçon. Selon lui, il avait un potentiel, mais n'était clairement pas ici pour s'entraîner.
* Un serviteur… Un esclave ?!? * S'indigna Zandaar. L'idée-même de privation de liberté allait contre ses principes, et cette situation le mettait mal à l'aise. Mais, comme il avait appris à le faire durant toutes ces années, il ne montra rien, aucune émotion, et c'est avec la mine impassible qu'il observa la scène. Le garçon venait de renverser un peu de thé sur la table. Son bras le faisait souffrir, Zandaar en était persuadé. Bien que ce dernier respectât le choix d'une punition qu'avait fait Asasugi, qui se sentait offensé par cet « affront », les blessures du petit auraient dû annuler cette décision. Cependant, le maître se déchaîna.

musique d'ambiance

Ce dernier dégaina son ninja-to, qu'il gardait en permanence auprès de lui, laissa la lame au sol, et bondit sur l'enfant apeuré. La violence des coups laissa pantois Zandaar, qui ne réagit pas tout de suite. Des souvenirs remontèrent, des réminiscences qu'il avait préféré oublier, enfouir dans un coin de son esprit ; les souvenirs de la violence qui semblait parfois gratuite, et surtout de l'amertume et de la rancœur de Zandaar, qui ne pouvait rien faire face à son oppresseur. Machinalement, dans un mouvement contrôlé par ses émotions, celui-ci dégaina son épée à son tour, et, s'étant approché discrètement du maître qui était concentré sur sa victime, il lui trancha la main droite. S'ensuivit un cri, un cri trahissant la surprise indignée que le maître ressentit en s'effondrant, tenant son moignon ensanglanté de la main gauche. Zandaar, toujours guidé par ses émotions, observa le petit être meurtri. Le garçon était inconscient du fait des coups. Zandaar se retourna vers son maître, qui était encore sous le choc de la rébellion de son disciple, et le ninja porta un second coup. Le
senseï venait de perdre sa main gauche. Il hurla de plus belle, vociférant et grognant contre son élève, qui était parvenu à le mettre au tapis, lui, un maître shinobi… Zandaar lui répondit calmement, tel un serpent sifflant à sa proie :

― Je t'ai pris ta main droite comme paiement de toute la souffrance que j'ai endurée, et ta main gauche pour celle que tu as fait subir à cet enfant…
― AU DIABLE TA SOIF DE VENGEANCE ! Le coupa Asasugi en hurlant. J'ai fait de toi ce que tu es ! Tu ne peux me manquer de respect comme ça ! JE t'ai ramassé dans cette forêt, et JE t'ai autorisé à vivre, alors que tu aurais dû mourir ce jour-là, avec le reste de ta famille ! JE t'ai épargné…

Zandaar tiqua. Il leva la pointe de la lame vers son maître.

― Que veux-tu dire par là ?

Asasugi s'aperçut qu'il avait trop parlé, mais la douleur de ses poignets mutilés et sa rage avaient pris le dessus.

― Pourquoi crois-tu que tu ne trouves pas les meurtriers de ta famille ? C'est MOI qui ai tué ces chiens galeux ! JE suis celui qui a terrassé ton clan de faibles !

Voyant le regard de Zandaar s'assombrir, il se justifia, un demi-sourire aux lèvres, sur un ton plus sournois :

― Un membre d'une tribu ennemie m'a engagé à l'époque pour les tuer. Et ce fut une mission des plus facile ! J'ai aussi dû tuer mon employeur, parce que je t'avais ramené ici, un fardeau grossier que j'espérais tailler comme une pierre de jade !

― Pourquoi avoir fait cela ? Pourquoi m'avoir recueilli au lieu de me supprimer ce jour-là ? Répondit Zandaar, la rage en lui bouillonnant telle un volcan sur le point d'exploser.

― Parce que j'ai perçu un potentiel en toi. Tu m'as suivi durant trois jours avant que je ne m'en aperçoive. Tu étais le premier à réussir cet exploit ! Je t'ai recueilli. (il se remit à hurler) Je t'ai ÉLEVÉ. Je t'ai ENSEIGNÉ les techniques de MES ancêtres. Tu me DOIS le RESPECT et une OBÉISSANCE TOTALE. JE SUIS TON MAÎ…

Il ne put finir sa phrase, la rage de Zandaar ayant pris le dessus. Il avait abattu sa lame sur la gorge de son maître… Non, son ennemi. Il venait de prendre la revanche que lui, et les membres de sa famille, méritaient depuis plus de lunes que Zandaar ne pouvait compter. D'un coup sec, il retira le sang sur sa lame, puis la rangea au fourreau. Il lui fallait maintenant fuir, le maître… Non, son ennemi, ayant de bonnes relations et de nombreux alliés, qui se feraient un plaisir de traquer le ninja. Il se préparait à partir, quand il aperçut l'enfant au sol. Prendre la main de son tortionnaire et esclavagiste ne suffisait pas. Zandaar pris alors le petit dans ses bras, et l'emmena avec lui.

* La meilleure vengeance que je puisse t'apporter, c'est de te rendre ta liberté… *

(fin de la musique d'ambiance)

Deux semaines plus tôt
Une année, une année de fuite incessante et de paranoïa insipide. Zandaar était fatigué, plus qu'il ne le laissait voir. Un sentiment de lassitude montait en lui, il était temps de recommencer à vivre, de recommencer à dormir. Assis sur sa paillasse, aux abords d'une forêt, il observait Shizuka, assoupi. Ce n'était qu'un enfant, et il ne pouvait vivre de cette manière. Zandaar, lui, y était habitué, il n'avait connu que cela, et il voulait tenir la promesse qu'il avait faite au petit démon. Des larmes se dessinèrent au bord de ses yeux, qu'il essuya promptement avec le bord de son kimono. Une décision fut prise à ce moment-là, une décision qu'il n'exposa pas à Shizuka dans l'immédiat. Il savait bien que le petit avait deviné ses intentions, mais, par prudence ou par politesse, il n'avait pas abordé le sujet. Pendant plusieurs semaines, le ninja écouta, observa, espionna, se renseigna. Il était à la recherche d'un lieu où la populace leur donnerait une couverture suffisante, où ils pourraient se fondre dans la masse. Un nom revenait souvent, celui d'une île, Gemmaline, où l'afflux d'étrangers leur permettrait de couvrir leurs traces. Ce serait leur prochaine destination. La cité de Luskan, sur la Côte des Épées, Zandaar la connaissait bien, pour y avoir séjourné pendant une partie de sa mission. Bien que risqué, ce fut leur point de départ vers leur nouvelle maison, leur nouvelle vie. La cité était pleine de brigands, pirates en tout genre, et personnes avides de sang. Un endroit parfait pour se cacher un temps, somme toute. Zandaar ne traîna pourtant pas, et pris contact avec une vieille connaissance, un ancien pirate reconverti ― à ses propres dires ― en honnête transporteur, bien que le mot « esclavagiste » revînt souvent dans la bouche de ceux qui le décrivaient.

― Ah, mon cher Zandaar.

Il se pencha légèrement en avant, son ventre proéminent atteignant presque Zandaar. Le pirate plissa les yeux, et, un demi-sourire carnassier aux lèvres, les poils de sa barbe noire suivant les mouvements de sa bouche pratiquement édentée, lui dit :

― J'veux bien vous amm'ner à Gemmaline, mais va falloir me présenter quelques-unes d'nos amies communes, 'savez, celles qui brillent…

Zandaar réfléchit une seconde, un sentiment amer lui assaillant la gorge, et sortit finalement une bourse pleine de pièce, leurs dernières économies, qu'il tendit au pirate. Se penchant au niveau de l'oreille du capitaine pour éviter que Shizuka ne l'entende, et jetant un regard en coin menaçant au pirate, il lui murmura sur un ton grave :

― Ceci devrait être suffisant pour payer notre voyage, mais aussi votre silence.

Le pirate soupesa la bourse, et acquiesça d'un signe de tête. Il se tourna vers l'enfant, et ils échangèrent quelques mots, que Zandaar n'écouta pas, absorbé par la surveillance de la foule sur les quais. Le bedonnant lui ébouriffa ensuite les cheveux. * Ca ne va pas lui plaire… * Zandaar avait déjà vu Shizuka tenter de casser les doigts du dernier malheureux qui lui avait fait subir cette offense. Cette situation cocasse s'était terminée par une bagarre dans la taverne… Lorsque l'enfant avança sur le pont, le ninja se tint en arrière, agrippant le bras du capitaine. Arborant toujours le même regard menaçant, il lui siffla :

- Si quelque chose devait nous arriver, vous le regretteriez. Cet enfant est sous ma protection, et s'il lui arrive malheur, je prendrai votre vie, et celle de tout votre équipage, en compensation.

Une goutte de sueur se forma sur le front du pirate, qui, sans mot dire, fit signe à ses matelots de larguer les amarres.


Description :

Physique :
Zandaar a de longs cheveux noirs attachés en queue de cheval, contrastant avec sa peau blanche, et aucune pilosité faciale. Ses yeux sont brun foncé. Mesurant 1m83 pour 77kg, il donne l'impression d'être fluet, ce qu'il parvient à cacher en partie avec des habits amples. Il porte une tenue traditionnelle composée d'un kimono bleu marine, un hakama gris, et un haori noir. Sous ses vêtements, il cache l'amulette sacrée qu'il tient de sa famille disparue, représentant un tigre ― le symbole de son ancien clan. Cette amulette est en bois maculé de sang, et est fissurée. Il la considère comme le symbole le liant à son idéal, son nindō, et son dieu.
Zandaar a une gestuelle précise, il évite tout mouvement superflu Lors d'un combat, certains pourraient dire que ses mouvements de dégainement et de rengainement de ses lames est chorégraphié, et ils ne seraient pas loin de la vérité. Sa démarche est fluide et le plus possible silencieuse, même lorsqu'il court. Enfin, il est le plus souvent impassible, ne laissant si possible filtrer aucune émotion.

Psychologique :
Si l'on devait utiliser des mots simples pour décrire l'esprit de Zandaar, on pourrait y trouver principalement « loyauté », « honneur », « justice », « vengeance ». Sa loyauté est sans faille, et une amitié avec lui sera longue et prospère, en tout cas tant que l'autre partie ne le trahit pas. Il est extrêmement porté sur la notion d'honneur. Il pense qu'un combat à mort n'est honorable que s'il estime que la personne qu'il affronte peut se défendre efficacement. Si ça n'est pas le cas, il aura tendance à garder son adversaire en vie, et acceptera une revanche si ce dernier, après entraînement, peut rivaliser avec lui. Cet honneur déteint sur sa notion de justice. Un équilibre parfait est, pour lui, résumé par le dicton « œil pour œil, dent pour dent ». Tous les ingrédients sont ainsi réunis pour faire de lui un esprit vengeur, qui cherchera à aider à prendre leur revanche ceux qui ne le peuvent pas, quels qu'ils soient, et quelle que soit l'injustice. Il prie régulièrement Hoar dans ce but. Il s'attend à tout moment à combattre l'une de ses anciennes victimes ou de leurs connaissances, qui souhaiterait se venger de lui. Il est donc préparé à l'idée de sa propre mort, mais non sans combattre.
Zandaar est taciturne, il ne dit que ce qu'il estime nécessaire, et aime particulièrement le silence, qui est aussi l'un de ses atouts en combat. Il ne fait jamais preuve d'humour, surtout parce qu'il a du mal à saisir le second degré. Il se fait discret et préfère l'anonymat. Il aime à penser qu'il estime les gens à leur juste valeur. Il déteste que l'on se mésestime, trouvant cette attitude arrogante ou digne d'une personne mentalement faible.
Concernant Shizuka, il considère cet enfant comme étant sous sa protection. Il donnerait donc sa vie pour les défendre, lui et sa liberté. Dans cette même optique, il laisse Shizuka faire ses propres choix, même s'il les considère dangereux ou stupides, non sans avertissement préalable.



_________________
Fiche perso de Zandaar (Ninja 2 ; LN)
Chroniques vengeresses



Points ki : 4/4
Pouvoirs ki : , Éclipse spectrale


Autres moi : Varelun / Arkeïos / Ætherion ; merci d'envoyer vos MP à Ætherion


Dernière édition par Maro Cauannos le Mar 31 Jan 2017, 22:49, édité 5 fois.
Passage du niv. 1 au niv. 2
Haut
   
 
 [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à: