Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Dernière visite le il y a moins d’une minute Nous sommes le Mar 18 Juin 2019, 17:14



 [ 88 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Mer 15 Avr 2015, 12:34 
Administratrice du Chaos
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Jeu 20 Sep 2007, 17:54
Messages: 9214
PX:
Chapitre 1 - Rendez vous au Nain Grillé


Description des bâtiments :

Le bâtiment était flambant neuf. Nul besoin d'être un expert en maçonnerie pour s'en rendre compte. Il était situé un peu en retrait de la route dans une clairière proprement nettoyée, presque discret posé derrière un rideau d'arbres et d'arbustes. Un panneau sur la route principale indiquait fièrement la présence de l'auberge du Nain Grillé. Il était difficile de deviner l'origine du nom, mais à tout curieux de demander bien sûr. Une petite allée dégagée menait vers l'auberge aux tuiles d'ardoise sombre et discrets sous l'ombre de grands arbres soigneusement taillés.

Sur deux étages, les fenêtres garnis pudiquement de petits rideaux bleus, permettaient aussi un blindage total par des volets en bois solide. Sur le côté une petite grange emplie de foin et quelques places pour des chevaux ou des boeufs. De l'autre côté un petit potager généreusement arrosé par une petite rivière qui s'écoulait paresseusement au milieu. Quelques arbres fruitiers, une basse-cour et quelques chèvres broutant dans un enclos plus loin mettait en valeur cet endroit bien entretenu.

L'entrée garnie par un petit patio où l'on pouvait venir s'assoir prendre l'air et une porte des plus solide invitait dans une grande salle aux multiples tables, dont une commune, avec à droite un bar où s'alignaient des hauts tabourets. Une partie semblait totalement privée, et où l'accès était visiblement restreint :
Privé, Accès Interdit !

Des escaliers menaient à l'étage, là où tout voyageur pouvait aller reposer ses pieds ou ses fesses, selon le mode de voyage pour arriver céans. Les chambres étaient fonctionnelles et permettait un agencement et une rangée de prix pour tout voyageur de passage.

Description des tenanciers et du personnel :
Commençons par les dames d'abord. La tenancière, une femme un peu ronde du nom de Madame Piedplus qui devait bien avoir la quarantaine. Sous ses airs avenant se cachait sans doute un caractère de cochon. Ses yeux noirs avaient des accès de violence vite réprimés sous le vernis d'une courtoisie commerciale. Éternellement habillée de noir avec un grand tablier blanc, le visage rehaussé d'un haut chignon où aucun cheveux n'avait la permission de s'échapper, ses lèvres n'esquissaient un sourire que lorsqu'elle tenait des pièces dans la main. Sous sa main de fer deux pauvres servantes au bonnet blanc et à au tablier tout aussi impeccable, galopaient sous les ordres brefs de Madame Piedplus. Elles habitaient dans la petite maison à l'arrière du bâtiment, enfin du moins c'était là qu'elle pouvaient se reposer en fin de journée. La blonde qui devait avoir à peine vingt ans répondait au nom de Blanche et la petite brunette sans nul doute la plus jeune, Camille. Aux chambres, aux cuisines, au service, elles semblaient être partout. Elles n'étaient pas vraiment jolies, mais avaient ce charme que seul la jeunesse pouvait apporter.

Le Tenancier quand a lui était tout aussi austère et bref dans ses propos. Il était préposé derrière le bar. Un homme dont l'oeil barré d'une grande cicatrice et la stature imposante commandait le respect. Il avait prit de la bedaine avec l'âge, mais les clients comprenaient de suite qu'il ne fallait pas trop l'importuner. Son regard était fixe, la barbe taillé (avec soin bien sûr), Monsieur Piedplus a du avoir un passé des plus intéressant mais que nul n'oserait demander. Lui se régalait à faire courir un petit jeune, à peine vingt ans qui dormait à l'écurie. Garçon de course, d'écurie, de potager et de boucherie, le gamin trimait sans perdre sa bonne humeur surtout lorsqu'il apercevait Camille. Leurs œillades enamourés étaient attendrissant à tous.

Puis il y avait l'Almond, un demi-orque qui veillait sur la propriété. Il était le garde chiourme des bâtiments et de tout ce qu'il y avait alentours. Il ne rentrait dans l'auberge que le soir, veilleur de nuit posté près de la porte d'entrée. A ses heures il conduisait les clients aux latrines qui étaient près du potagers, portant aimablement la lanterne. Taiseux presque pataud, son langage était limité par des grognements d'assentiment ou des négation muette la tête allant de droite à gauche et retour. Il portait à la ceinture une belle épée, mais il était fort à parier que son arme favorite était le casse-tête qu'il tenait de façon permanente en main. Aussi fort qu'un boeuf, les récalcitrants ou les mal-lunés ravalaient leur salive à son apparition silencieuse.


Introduction :

Lorsque vous arrivez à cette auberge vous pouvez vous choisir une chambre dans les chambres visibles. Il n'y a pour l'heure que vous comme clients, mais vous avez vu que quelque chose se préparait. Madame Piedplus semble au comble de l'énervement car à ses dires, le propriétaire de l'établissement arrivera demain dans la journée avec ses gens et il fallait que tout soit en ordre...


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
Image
Un rêve sans étoiles est un rêve oublié
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Ven 17 Avr 2015, 18:33 
Aventurier confirmé
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Mar 07 Avr 2015, 13:13
Messages: 129
PX: 2200
*Décidément, la flotte, j'la préfère en flocons...*

De l'eau à perte de vue, depuis des semaines ! Lo-Kar, lassée, ne prenait même plus la peine de regarder l'horizon, tant il lui semblait avoir embarqué pour un voyage purgatorial sans fin. Encore heureux que ce satané mal de mer eût fini par refluer...

- Raaah, mais barre-toi, salop'rie d'pigeon !!

En chassant d'un mouvement impatient le nouvel albatros matinal qui avait pris son épaule pour un rocher - et qu'elle manqua assommer -, la goliath expira avec humeur.

*Et me v'là r'convertie en récif pour emplumés, maint'nant ! Faut vraiment que j'me dégourdisse les guiboles !*

Lo-Kar fit craquer ses vertèbres et ses phalanges, dans un fracas de bois mort qui fit tourner la tête à un matelot - qui hâta subitement le pas -, puis elle s'étira et s'éloigna. Elle chercha quelques minutes le gros Gustaf, une montagne de muscles nordique qui était actuellement en train d'enrouler un cordage sur son poing épais comme un jambon.

- Hoy, mon gars ! Ça t'dit, une aut' baston ? J'sens tous mes os rouiller p'tit à p'tit, sur ton rafiot pourri...

L'homme se retourna en entendant la voix de celle qui, lorsqu'il avait accepté, bravache, un petit combat à mains nues avec elle, l'avait littéralement plié en deux en moins de temps qu'il ne faut pour dire "aoutch". L'expression de son visage, tout comme son mouvement de recul, furent sans équivoque : il n'était pas prêt à retenter l'expérience. D'ailleurs, sans répondre, il décida d'aller voir ailleurs s'il y était et s'éloigna en maugréant quelque chose sur le fait de se battre contre une falaise. La barbare incomprise soupira et croisa les bras en regardant l'échaudé prendre le large : elle n'avait plus qu'à se trouver une au...

- TEEEERRE !! TERRE A L'HORIZOOOON !!!

Le ululement de la vigie, dont le ton trahissait autant d'épuisement que de soulagement, trancha net le fil des pensées de la colosse, qui tourna vivement la tête en direction du cap du navire. Enfin ! Elle se rua à l'entrepont pour ranger ses affaires, pestant contre l’exiguïté des lieux, où elle avait dû payer deux paillasses contigües pour être à son aise. Sans regret, elle salua les lieux d'un "bon débarras" grommelé entre ses dents et, balançant son sac aux côtés du Pacificateur sur son dos, remonta sur le pont.

***********

Quelques heures plus tard, enfin sur la terre ferme, la goliath jeta un regard circulaire à l'île qui étalait ses merveilles devant elle. Au-delà du port et de la ville, sa haute stature lui permettait de balayer du regard un panorama prenant. De la verdure et de l'eau à perte de vue... Et surtout, une splendide, immense montagne au sommet opalin ! Nostalgique des monts enneigés du Nord, elle en décrocha difficilement son regard, s'exhortant à la concentration. Pour l'heure, il lui fallait trouver où se loger dans cette cité aux couleurs éclatantes, encore immaculée et vierge des avanies du temps et des hommes.

Alors qu'elle se décidait pour ce qui semblait être une auberge pour marins en escale, Lo-Kar manqua buter dans un petit homme rondouillard qu'elle n'avait pas vu, occupé qu'il était à nouer son lacet tant bien que mal.


- Hoooy, vieille barrique, reste pas planté au milieu d'la route comme ça ! J'ai failli t'piétiner, nom d'un silex, fais gaffe !

Le bonhomme leva sur elle des yeux à l'étrange éclat, parés d'un reflet d'argent qui sembla entrer directement en résonance avec la corde sensible de la colosse. Sans savoir elle-même ce qu'elle s'apprêtait à faire, elle bouscula sans ménagement le replet personnage et se dirigea d'un pas décidé droit sur l'avenue centrale, dans laquelle elle s'engouffra. Passant sans sourciller à côté de l'établissement à l'enseigne pulpeuse, elle traversa comme dans un rêve le quartier marchand de la ville, obsédée par une image qui refusait de quitter son écran mental. Plus tard, elle dépassa le Palais puis les dernières bâtisses de la ville, laissant dans son sillage moult badauds hébétés et indignés d'avoir été rudoyés par une tornade grisâtre. Sans un regard pour les sentinelles, Lo-Kar quitta la radieuse cité et s'engagea dans la campagne.

***********

Sous les yeux perplexes des écureuils volants, des lapins peureux et même d'un cerf à la dent dure, la marcheuse cataleptique traversait la forêt sans se soucier du reste, piétinant sans vergogne champignons et petits insectes innocents, ainsi qu'un kiwi malchanceux dont l'échine produisit un discret "crac". Au terme de sa charge irraisonnée, tout son être tendu vers son but freina des deux fers devant l'auberge bucolique sertie au cœur de la clairière. Dans son semi-carus mental, elle ne remarqua pas le cadre idyllique et agreste de cet endroit où l'avait conduite quelque chose
(un éclat argenté)
qu'elle ne s'expliquait pas. Pour elle, pas de doute : cela devait avoir un rapport avec son frère, puisque toutes les fibres de son corps l'avaient poussée à venir ici...

Un peu plus éveillée, la barbare secoua la tête, comme pour sortir d'un songe particulièrement prenant, et leva le nez pour détailler l'enseigne, émettant un grognement de satisfaction éreinté à l'idée de pouvoir enfin se reposer.


*Par les lithodermes moussus d'ma grand-mère ! Qu'est-ce que j'fous là ??... Bah, r'marque, ça ou la ville, tant qu'à choisir...*

La lithique demoiselle haussa les épaules et, sans autre forme de procès, traversa le patio et ouvrit la porte, en veillant à édulcorer sa force, tout en lançant à la cantonade un tonitruant :

- L'bonjouuuur, ici !

En cherchant des yeux autour d'elle si d'aventure son frère ne serait pas dans le coin, elle se dirigea droit vers le comptoir et affala sa carcasse harassée sur l'un des tabourets disponibles. D'abord, boire un coup, ensuite, chercher pourquoi
(cet éclat)
son instinct l'avait conduite ici. Tandis que couraient en tous sens la tenancière tirée à quatre épingles et toute de noir vêtue et les employés surmenés, tous en pleine effervescence, la grande grise héla le tavernier aux allures d'ancien militaire :

- Hoy, aubergiste ! J'me tap'rais bien une p'tite mousse ! Pis j'pense que j'vais crécher ici c'te nuit, si v'z'avez un pieu à ma taille...


    :HRP: Si les lits sont assez grands, je prends celle tout en haut à gauche. Sinon, je prends la 2ème en bas, je collerai un lit au pied de l'autre pour le rallonger.

_________________
Image
La fiche !
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Mar 21 Avr 2015, 00:59 
Aventurier
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Lun 06 Avr 2015, 15:37
Messages: 67
PX: 2100
Le temps était venu de voir ailleurs. Le Calimshan était depuis trop longtemps dans sa mémoire. Tout était en lui à présent. Il ne voyait plus aucune nouveauté dans ce désert et les villes qui ne manquaient pas d'être toutes bâties selon le même modèle. Il lui fallait du changement. Il n'y avait pas que le paysage qui lui paraissait trop connu. Les habitants aussi lui apparaissaient comme étrangement prévisibles. À chaque fois qu'il se présentait quelque part, c'était la même réaction qui venait sans cesse. La méfiance envers lui et ce qu'il représentait. Il avait beau expliquer, montrer et démontrer sans relâche, il ne parvenait pas à convaincre totalement ou alors au prix d'efforts sans cesse à renouveler. Il prit donc la décision de partir loin de cette région, dans un lieu ou il n'y aurait pas autant d'a priori sur lui. Il laissa le vent choisir pour lui. Il avait toujours été un bon guide et il lui faisait confiance d'une certaine façon. N'étaient-ils pas frère ? Il lança en l'air une de ses torches et attendit son arrêt total pour voir la prochaine direction qu'il prendrait. Le large fut désigné et la décision de le franchir arriva aussitôt. Il embarqua sur un navire qui partait au loin sur une île. Il n'avait que peu de renseignement sur elle mais ne voulait pas en savoir d'avantage.

Le voyage fut presque sans histoire. Alors qu'ils arrivaient en vu de l'île, ils furent surpris par une violente tempête. Le navire fut balloté par les flots déchaînés comme un vulgaire bout de bois par un torrent. La tempête était tellement violente que le navire craquait de toutes parts. Il était difficile de se tenir debout sans se cogner partout. Sebi qui n'était pas vraiment encore habitué au tangage et au roulis du navire subissait tout autant que les autres les effets de la tempête. C'est alors qu'une vague un peu plus forte que les autres fit sauter en l'air tout le monde. Sebi fut éjecté du bateau par dessus bord. Il se retrouva en pleine mer mais fort heureusement relativement proche de la côte. Paradoxalement, il se laissa couler dans les profondeurs et ne fut pas plus affecté que cela par la tempête. Un humain normal serait mort noyé, mais sa nature lié à l'air lui sauva la vie. Il marcha au fond de l'eau et rejoignit la côte de cette étrange manière. Par chance il n'avait rien perdu de ses maigres affaires qui bien que trempées étaient toujours intactes. Il s'aventura dans ce qui s'ouvrait devant lui : la forêt.


Comme entrée on ne peut pas faire mieux je pense. Il ne manquait plus que je trouve des poissons dans mon sac et ça serait le comble.

Sebi marcha un moment dans la forêt pour s'arrêter dans une auberge relativement isolée de la grande ville qu'il n'avait pas manqué de voir au loin tantôt. Il loua une chambre à un seul lit préférant la solitude et l'éloignement des parties privées de l'établissement. Il resta tout de même intrigué par l'étrange remue-ménage qui se déroulait dernièrement. Une visite d'importance apparemment et il était curieux de voir cette personne qui bousculait autant les habitudes bien ancrées dans ce lieu qu'il trouvait tout à fait à son goût.

Sa première nuit fut des plus étranges. Il se réveilla brutalement par un bruit énorme. Du moins c'est ce qu'il crut dans un premier temps. Pourtant tout était calme et il n'y avait aucune agitation. Par acquis de conscience il se leva et alla voir à sa fenêtre. Il faisait nuit et rien ne semblait bouger au dehors. Il s'habilla et se faufila discrètement. Il marcha tout autour du bâtiment sans rien constater d'étrange. Seul le silence semblait régner en maître. Silence tout de même brisé par quelques grillons qui apportaient une quiétude supplémentaire. Rassuré, il s'en retournait vers sa chambre quand quelque chose de lourd tomba non loin de lui. Il se retourna essayant de percer les ténèbres de son regard. La seule chose qu'il put apercevoir ce fut la forme de deux disques argentés. Il était convaincu qu'il venait de plonger son regard dans les yeux de quelqu'un ou de quelque chose. Il essaya de se lancer à la poursuite de la forme mais il trébucha sur le sol heurtant le sol assez violemment et sombra dans l'inconscience. Quand il se réveilla, il était dans son lit encore tout habillé sans aucune blessure apparente jusqu'à ce qu'il regarde ses genoux. De belles écorchures étaient visibles et presque fraiches seules témoins de son activité de la veille. Un mystère courait en ces lieux et Sebi était plus que curieux de l'élucider. Qui avait-il vu la veille et surtout qui l'avait ramené dans son lit ? Le regard argenté qu'il avait vu la veille l'obsédait à présent. Il ne savait pas vraiment pourquoi mais il brûlait de découvrir qui se cachait derrière. Il se leva et se lava rapidement. Il rejoignit la salle commune pressé de partir en chasse.


:HRP: je prendrai la chambre complètement à gauche en bas

_________________
Ma fiche
Fiche temporaire
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Jeu 23 Avr 2015, 16:43 
Aventurier experimenté
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Lun 23 Fév 2015, 16:17
Messages: 84
PX: 2230
Le petit voyage du tourmenteur, à travers les rues, puis la route, fut sans encombres. Il laissa ses pieds l'amener devant le panneau indiquant la présence de l'auberge, puis reprit le chemin, traversant le rideau d'arbres, le patio, et ouvrant la grand'porte de l'auberge d'une humeur proprement massacrante.

Il embrassa la salle du regard, trouvant sans problème ce qui devait être ses compagnons. Ils étaient assez facilement reconnaissables.

Faisant mine de s'émerveiller devant la salle, il passa à côté de Sebi, à qui il glissa, assez bas :

"Suis-moi dehors pour savoir ce qui t'a amené ici."

Puis il alla directement au comptoir et s'adressa à l'aubergiste d'un ton aussi affable que possible.

"Je vais prendre une chambre pour la nuit. Avec dîner."

Il glissa de quoi payer sur le comptoir avant de reprendre avec un sourire.


"Mais pour l'instant je vais profiter de votre joli petit coin de verdure. Ce serait bête de gâcher une aussi belle journée."

Il tourna le visage vers ce qui ressemblait sérieusement à une géante bleue.


"Vous avez vu la rivière ? Elle est magnifique avec ses reflets d'argents !"

Il changea brusquement de ton et ajouta d'un air entendu :


"Pour mon peuple, c'est un auspice de bonne fortune."

Un sourire revint immédiatement sur ses lèvres alors qu'il s'excusait auprès de l'aubergiste, puis disparut immédiatement alors qu'il franchit le pas de la porte et se dirigea vers le cours d'eau.

_________________
Gin Hendrick
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Ven 24 Avr 2015, 02:41 
Aventurier confirmé
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Lun 06 Avr 2015, 00:15
Messages: 147
PX: 2205
Il y a peu, des pirates esclavagistes accostant dans les criques de Gemmaline avaient retrouvé le corps d'un de leurs confrères, flottant sans vie au gré des vagues, à moitié dévoré par les animaux marins. Suspectant une mutinerie, la paranoïa les avait gagnés. Les affaires étaient florissantes, ce qui attirait la convoitise — tout à fait compréhensible — de certains, et les esclavagistes émirent l'hypothèse que les mutins avaient décidé de reprendre les rênes. Le Famélique était l'un de ceux-là, et la confiance dans ses hommes d'équipage étant une chose éphémère, voire inexistante, il avait cherché à se procurer un garde du corps temporaire. Le famélique aurait cependant pu choisir n'importe quel autre guerrier pour ce travail. Il se trouve que peu avant d'embarquer, il s'était vu contacté par un messager venu passer un contrat au nom d'un gemmalien. Ce dernier voulait rencontrer un tieffelin, et payait plus que grassement pour que celui-ci arrivât vivant sur Gemmaline. Le pirate aurait habituellement refusé ce type de demande extravagante, les tieffelins n'étant pas vraiment réputés pour leur commodité et leur bonne volonté. Mais Arkeïos était apparu peu après, comme un cadeau de Tymora sur un plateau d'or. Le tieffelin voulait négocier son voyage vers l'île, et le capitaine accepta sans l'ombre d'une hésitation, arguant que la réputation de sa race lui serait utile là-bas. Pour éviter que le mage ne refuse, il avait même proposé de l'emmener gratuitement et, en plus, de le rémunérer en nature, en plus de le déposer sur l'île. Le pirate, confiant, était tout à fait sûr que son bluff avait réussi, et fut des plus heureux tout au long de la douce et tranquille traversée. Même si Arkeïos ne ferait pas le retour avec eux, la parenté démoniaque du mage avait au moins tenu les matelots en respect, jusqu'au paiement en nature de la transaction. La nécessité de garder les prisonniers calmes ferait le reste pour le retour. Le pirate se sentait donc en sécurité.

Mais il se trompait.

Lourdement.

Arkeïos se tenait droit sur le pont, les bras croisés, l'air renfrogné. Il observait amèrement les esclaves entravés en face de lui, tentant toutefois de donner le change. Il affichait un calme à l'opposé total du volcan bouillonnant qui voulait désespérément érupter sur la personne du pirate famélique qui se tenait à ses côtés. Le volcanique tieffelin, dépassant le forban d'au moins une bonne tête, bouillonnait intérieurement de rage contre ces esclavagistes affamés de chair et de sang. Le pirate, au contraire, ne pouvait s'empêcher de sourire, ce qui lui donnait à la fois un air carnassier et heureux, en accord total avec ses propres sentiments. Il venait en effet de faire une sacrée affaire, car il était parvenu, grâce à la présence d'Arkeïos, à obtenir ces esclaves pour une somme dérisoire.
Les voix au fin fond du crâne du semi-démon lui susurraient de tentantes envies de meurtre, qu'il avait du mal à réprimer, ce qui n'arrangeait rien. Il voulait, il devait leur faire mal, pour ce qu'ils faisaient à ces humanoïdes, mais il ne voulait pas céder au Mal en lui-même.
* Je dois trouver un moyen de leur faire payer. * Pensait-il. * Ça serait tellement plus simple de les tuer ! * Lui répondaient les voix. * Non, je ne dois pas le faire. Ils doivent souffrir. Mais qui suis-je pour leur ôter la vie ? * Un moment de silence intérieur s'ensuivit, puis un énorme et résonnant cri lui parvint des profondeurs dimensionnelles : * UN TIEFFELIN ! *

— LA FERME ! P'TAIN ! LAISSEZ-MOI PENSER EN PAIX !

Les voix intérieures avaient jeté à la face de sa conscience les origines démoniaques d'Arkeïos, dans une dernière tentative de le ramener vers le Mal. Le mage, au bord de l'explosion de rage, hurla à pleins poumons à leur encontre, et quand son regard revint à la réalité, il vit tout un équipage de pirates et d'esclaves le regarder de leurs yeux tantôt soupçonneux, les mains sur les gardes d'épées, tantôt méfiants, reculant légèrement. Arkeïos observa tout ce petit monde d'un œil agacé, s'avançant de manière perceptible et menaçante, lâchant, mâchoires fermées :

— Quoi ? Vous m'cherchez ?

Ce qui n'était évidemment le cas pour aucun d'entre eux, la réputation des semi-démons faisant la plus grande partie du jeu. Les hommes d'équipage se remirent à préparer le pont pour leur voyage de retour, et emmenèrent petit à petit les esclaves dans la cale. Ce fut là qu'Arkeïos eut une idée, certes folle, mais il en avait l'habitude.

— Eh, l'pirate. Dit-il en s'adressant au capitaine à ses côtés. T'as dit qu'j'pouvais prendre n'importe quel esclave, c'est ça ?
— Certes oui, Maître mage.

Le Famélique, qui continuait d'observer ses hommes affairés, évitait soigneusement de rappeler sa race au tieffelin, le sentant assez susceptible sur ce point. Il continua :

— Je restreindrai toutefois votre choix. Voyez-vous, les femmes et enfants ont une grande valeur marchande, et cela fait longtemps que je ne me suis pas retrouvé en la galante compagnie d'une demoiselle… Vous pourrez donc prendre l'un des hommes, celui que vous souhaiterez.

Le tieffelin bouillonnait de plus belle, à l'idée du traitement que ce mécréant réservait à ces êtres vivants. Il observait le pont. * Une idée, bordel ! Une idée ! * Il entraperçut un tonneau débordant de poudre près de l'un des canons. Ce bord était assez loin des prisons de la cale, ce qui était parfait. Un sourire narquois se dessina sur son visage.

— J'me fou d'c'que tu veux leur faire. Mentit-il. J'veux c'ui-là.

Il désigna du doigt un orque, aussi grand qu'Arkeïos lui-même, l'un des esclaves les plus costauds, et qui le regardait maintenant avec dédain — ainsi qu'une certaine envie de meurtre uniquement refrénée par les chaînes et menottes qu'il arborait aux poignets. Sa musculature impressionnante aurait dû suffire à le faire libérer de ses chaînes, mais l'esclave devait être assez prudent.

— Un excellent choix, messire. Mais puis-je vous mettre en ga…
— Pas la peine. Enl'vez-lui ses chaînes.

Le Famélique l'observa une seconde, cherchant à comprendre, mais se résigna et inclina la tête. Il donna ses ordres, et deux moussaillons attachèrent une corde autour des mains de l'orque, avant de le libérer de ses menottes.

Tout se passa en moins de quelques secondes. Arkeïos s'élança avant que les deux matelots ne pussent reculer, et il se jeta sur le musculeux, qui se mit en position de défense. Toutefois, personne ne put voir la suite des évènements, car le tieffelin avait jeté une nappe de brouillard noire autour d'eux. Il dégaina sa dague, coupa promptement les liens qui retenaient l'orque, et murmura à son adresse :


— T'es libre.

Sans attendre, le guerrier empoigna la gorge de l'un des pirates, et un *crac* révélateur se fit entendre. Toujours dans le noir Arkeïos put entendre le second hurler, juste après que son épée fût dégainée, et en déduisit que ce n'était pas lui qui portait l'arme. Le tieffelin annula le sortilège, et les ténèbres s'évanouirent, alors que l'orque sautait, épée par-dessus la tête, dans la mêlée des matelots encore surpris par la situation. Arkeïos, amusé par la situation, visa le tonneau aperçu plus tôt, et décida simplement de jeter une boule de feu dans sa direction. L'explosion qui s'ensuivit fut digne de l'exagération d'un gnome barde contant les exploits de quelque tueur de dragon, et le bateau, éventré, était maintenant en flammes.

Le tieffelin se retourna, les flammes grandissants dans son dos, la masse d'esclaves se rebellant violemment contre leurs oppresseurs. Il se dirigeait vers le capitaine famélique qui, à terre, reculait devant cette vision infernale. Le mage, arrivé à sa hauteur, dominant l'apeuré de toute sa taille, l'attrapa au col, le fit se lever, et le menaça :


— T'as intérêt à sauter à l'eau, et que j'te r'voie plus, s'tu veux sauver tes miches.

Le tieffelin le toisa, puis, sans un mouvement autre que celui de sa main, lâcha le col de son adversaire, et enjamba le corps du pirate, retombé au sol. Il se dirigea vers le bastingage, attrapa une corde, et se retourna pour descendre en rappel du navire en flammes. Le capitaine tenta désespérément de le frapper de son épée dans son dos, mais l'orque fut plus rapide, et décapita sans vergogne le Famélique, ce qui stoppa net sa carrière dans la forbannerie. Son regard croisa celui d'Arkeïos, et l'orque lui fit un signe de tête, avant de repartir au secours de ses compagnons. Sans plus de considération, le mage sauta à l'eau, pour regagner le rivage à la nage.

La nuit était tombée, et Arkeïos observait la mer, la beauté du ciel étoilé fondant dans ce noir abîme au loin, uniquement éclairé par les restes encore en flammes du bateau. Aux alentours, il ne restait que les cadavres de pirates, les quelques poissons qui venaient se repaître de leur chair, un chien, et lui. L'animal, qu'il avait aperçu parfois sur le pont, avait réussi à rejoindre la rive, et s'était pelotonné contre le mage quand ce dernier avait allumé un feu, et fait cuire quelques crabes qu'il avait capturé. Tout en observant au loin, il caressait le poil du chien endormi. Il sentait également s'agiter Muan, son lézard familier, pelotonné bien au chaud dans une de ses poches de poitrine. Celui-ci, plutôt paresseux, s'était endormi durant le combat, et ne s'était réveillé qu'en sentant l'eau salée lui mouiller les pattes. Après avoir pesté pendant plusieurs heures, il s'était finalement rendormi, épuisé par sa propre exaspération. Il n'avait même pas senti que son maître était perturbé.
Ce n'étaient pas les voix, en tout cas pas cette fois. Non, il s'agissait plutôt… D'autre chose, qu'il n’expliquait pas bien. Il était persuadé d'avoir vu les yeux de l'orque briller, un éclat argenté couvrant l’abîme de ses prunelles sombres, juste après qu'il l'eût sauvé. Il n'avait pu s'ôter cette vision de la tête depuis lors.
La nuit de sommeil passée, au petit matin, il partit en direction de la forêt, Muan dans une poche, et son chien — il lui faudrait trouver un nom pour ce cabot — qui le suivait, tout heureux. Bien qu'il s'imaginât prendre un chemin quelconque, son esprit embrouillé le mena tout droit vers une clairière où trônait un grand bâtiment, dont un panneau indiquait le nom.
* "L'auberge du nain grillé", c'quoi ce nom ? Les elfes ont fait une fête ici, ou quoi ? Ça donne faim… * Il secoua sa tête, tentant de taire les voix par ce biais. Il devait se décider. D'habitude, il évitait les autochtones, car ils ne lui parlaient que de "bûcher", ou de "purification par les armes", ce qui était d'un ennui… Mortel. Mais il était venu sur l'île pour une raison, à savoir être accepté quelque part, ne plus avoir à se cacher. De plus, il sentait qu'il aurait une réponse à cet éclat d'argent ici. Ses pieds décidèrent pour lui, et il se dirigea vers l'entrée. Croisant un humain, probablement un barde, vu son allure, il entra dans l'auberge sans lui adresser la parole. Une fois à l'intérieur, il s'assit, observant fugacement les autres personnes présentes, et attendit que l'un d'entre eux vienne le chasser pour ce qu'il était — encore, et toujours.

* Qui z'y viennent, 'vont être servis ! *


    :HRP: Mes sorts du jour sont dans ma signature ;)

_________________


Fiche perso d'Arkeïos "Sol" (Mage 2 ; CN(B))
Chroniques infernales

Sorts préparés :
    Niveau 0 : Langue mordue / Étincelle d'angeargent / Prestidigitation / Fatigue
    Niveau 1 : Armure de mage / Sommeil / Graisse

Autres moi : Varelun / Zandaar / Ætherion ; merci d'envoyer vos MP à Ætherion
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Dim 26 Avr 2015, 21:34 
Aventurier experimenté
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Lun 23 Fév 2015, 16:17
Messages: 84
PX: 2230
Enragé qu'il était par le comportement de son ancien hôte, Gin n'avait pas remarqué l'individu à cornes lorsqu'il l'avait croisé. Un individu haut en couleurs pourtant. Se disant qu'il avait bien la dégaine de l'emploi, il fit un crochet par sa table alors qu'il sortait. Le tourmenteur remarqua bien vite une certaine agressivité de la part du cornu. Non, il semblait plus être sur la défensive. Loin d'être doué pour lire les expressions et intentions d'autrui, et loin, très loin des problèmes de discrimination rencontrés par les tieffelins, Gin ne comprit pas la raison de l'air renfrogné du tieffelin et se dit qu'il devait simplement avoir aussi eu une journée de merde. Le type de journée le plus commun sur cette satanée île, visiblement.

"Tu viens, attiré par la brillance éphémère d'un éclat argenté, n'est-ce pas ? Viens et tu auras dans l'œil un autre éclat, un bien plus agréable je te le garantis."

Et sans rien ajouter, il reprit sa route vers la petite rivière.

_________________
Gin Hendrick
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Lun 27 Avr 2015, 09:29 
Administratrice du Chaos
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Jeu 20 Sep 2007, 17:54
Messages: 9214
PX:
Monsieur et Madame Piedplus avaient bien à faire. Non seulement il y avait cette visite du propriétaire de l'auberge, mais en plus ils devaient tout à coup s'accommoder de voyageurs aussi étranges que disparates. Une femme goliath à qui on loua la chambre tout au fond du couloir au nord, et où à force de déménagement, on avait réussit à glisser non pas un lit standard bien trop petit pour sa stature, mais plutôt une belle paillasse sur une planche rehaussée de cales de bois, ce qui faisait ma foi un lit confortable. La porte s'ouvrit tout juste sans se coincer sur ce nouvel aménagement. Monsieur Piedplus était assez content de son idée, même si c'est Madame qui le lui avait soufflé. Elle le laissa croire, il y avait plus important.

L'arrivée du génasi était un peu plus standard, pas d'aménagements à faire, il choisit sa chambre en face de celle de la grande femme, ce qui allait bien au tenanciers. Un certain émoi trahissaient les traits habituellement sans expression de la tenacière lorsqu'elle se retrouva en face d'un paire de cornes impressionnantes. Mais l'homme, enfin la créature payait et même si il semblait bougon, avec un peu de chance il ne resterait pas trop longtemps. La première chambre du couloir au sud, normalement une chambre pour visiteurs distingués lui fut loué. Non seulement il serait content de pouvoir baigner dans un tel luxe, mais en plus il était loin de l'homme et la femme goliath, on ne sait jamais, peut-être que ces races avaient du mal à co-exister. Monsieur et Madame Piedplus avaient à coeur le confort de tous, dans le calme et surtout la bonne humeur. Ce qui n'était pas gagné avec Sol bien sûr. Enfin un dernier larron décida de passer la nuit. Un homme tout ce qu'il y avait de normal... enfin ! Ce dernier se vit invité à prendre la chambre à côté du genasi. Certes il y avait deux lits, mais ils le compteraient comme une chambre individuelle.

La nuit, incluant le repas du soir et le petit déjeuner leur couterait à chacun une pièce d'argent. La choppe que la goliath commanda fut servi des mains même du tenancier. Une belle et grande choppe qui couta à Lo-Kar la modique somme de 2 piécettes de cuivre...

Blanche et Camille avaient à coeur de nourrir et servir assez à boire à tout ce monde et se faisaient des cheveux gris à assurer que tout les clients avaient suffisamment à manger. On ne sait jamais, peut-être que le cornu mangeait les gens lorsqu'il avait faim ... Elles baissaient la tête lorsqu'elle passaient près de lui, ou si possible plongeait dans une chambre pour éviter de le croiser.

Ce surcroit de client subit profitait à l'auberge, un peu mal connue pour l'instant, étant quand même assez isolée de la ville. Seul les voyageurs fatigués ou qui avaient été ralentis sur la route s'arrêtaient ici. C'est ainsi que Sol, Lo-Kar et Sébi entendirent cet étrange humain parler d'éclat argenté, déguisé dans un discours invitant à se rendre au bord de l'eau dans le jardin. Ils se souvenaient tous d'avoir eu cet étrange sensation d'urgence de se rendre céans. Cet homme avait peut-être une explication quand à leur présence ici. Le rendez-vous était donné, la rencontre pouvait avoir lieu ..

_________________
Image
Un rêve sans étoiles est un rêve oublié
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Lun 27 Avr 2015, 15:08 
Aventurier confirmé
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Mar 07 Avr 2015, 13:13
Messages: 129
PX: 2200
Un humanoïde d'aspect aussi peu ordinaire que celui de Lo-Kar venait d'entrer dans la salle. Le détaillant sans vergogne, elle jugea son apparence bleuâtre intéressante et se demanda si d'aventure il aurait un lien avec ce qui l'avait amenée ici. Il dénotait suffisamment pour que leur présence commune en ces lieux ne fût pas une coïncidence.

*Y s'passe des trucs bizarres dans l'coin...*

A peine avait-elle eu le temps de faire ce constat si pertinent, qu'entra un humain au teint hâlé qui passa commande et lui adressa quelques mots. Peu encline à parler de la pluie et du beau temps, la grisâtre allait simplement le chasser d'un geste signifiant universellement "lâche-moi la grappe", lorsqu'elle tiqua en entendant la suite.

*Reflets d'argent ?*

Pivotant vers l'inconnu, elle l'observa avec une méfiance intriguée, mais déjà il ajoutait quelques paroles sibyllines et s'éloignait pour ressortir. La barbare adressa un regard perplexe à l'aubergiste qui semblait n'en avoir cure et se tourna pour observer l'importun. Il parlait présentement à un nouveau venu - nouveau venu, car elle l'aurait certainement remarqué en entrant. Un genre de... faune géant qui aurait pris un coup de soleil ? Elle se pencha légèrement pour voir le bas du corps du rougeâtre, et constata qu'il était démuni de sabots. Seules ses cornes, ses yeux rouges et son teint aussi peu conventionnel que le sien semblaient trahir quelque non-humanité.

*Par les cavernes de Skoraeus, mais qu'est-c'qu'y s'trame ici ??*

Sans s'en rendre compte, Lo-Kar attrapa sa chope derrière elle et en avala bruyamment quelques gorgées, avant de s'apercevoir que fixer ainsi les inconnus avait parfois le don de leur mettre des idées extravagantes en tête. Aussi revint-elle à sa bière. Elle avait une chambre, et elle avait à boire : c'était tout ce qui comptait à présent. Ça, son frère, et les mots de la demi-portion... qui le mèneraient peut-être à lui. Emportant son breuvage avec elle, elle se leva en marmonnant et se dirigea vers la porte après avoir déposé sur le comptoir la somme demandée par le tenancier.

Une fois dehors, elle repéra l'humain gainé de cuir non loin de la rivière. Elle s'approcha et fit halte à quelques mètres de lui pour le héler, en levant sa chope vers lui d'un air soupçonneux :


- Hoy, l'humain ! Qu'esse tu m'baves, avec tes histoires d'argent ? C'toi qu'as manigancé tout ça ?

_________________
Image
La fiche !
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Mar 28 Avr 2015, 21:16 
Aventurier
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Lun 06 Avr 2015, 15:37
Messages: 67
PX: 2100
Sebi salua les propriétaires respectueusement. Il ne s'attarda pas non plus les voyant déjà très occupés et lui même montrait une certaine impatience. Il ne put que remarquer l'immense femme dans un premier temps. Qui ne l'aurait pas fait. L'être muni de cornes l'intrigua un moment. Il lui rappelait son propre passé quand il évitait les contacts avec les autres. Son apparence était-elle pour quelque chose dans son comportement . Il ne pouvait pas l'affirmer dans l'immédiat. Il était sur le point de sortir quand il entendit un humain faire une allusion à des reflets argentés dans une rivière. Il se tapa le front quand il repensa à ce qui lui était arrivé la veille.
Mais bien sûr. Qu'est ce que je peux être tête en l'air parfois. La rivière, je n'ai pas regardé la rivière.

Il sortit de l'auberge et marcha directement vers elle. Il observait le sol cherchant tout aussi bien des traces de son passage de la veille que celle de son mystérieux visiteur. La matinée qui s'annonçait allait sans doute être le point de départ de quelque chose d'important. Il en avait la conviction. Depuis sa rencontre la veille qui l'obsédait presque, il fallait qu'il trouve des réponses à ses questions. Et c'était là tout le problème. Il avait toujours des tas de questions qui appelaient d'autres questions encore et toujours. Il s'approcha de l'homme qui avait lancé un appel à peine masqué à la cantonade, sans toutefois perturber la femme qui le dépassait largement en hauteur, en largeur et en tour de bras. Il se contenta juste dans un premier temps d'observer la rivière qui semblait monopoliser tellement l'attention de tout le monde.

_________________
Ma fiche
Fiche temporaire
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Mer 29 Avr 2015, 15:06 
Aventurier experimenté
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Lun 23 Fév 2015, 16:17
Messages: 84
PX: 2230
"Oh pas du tout."

Assez indifférent, Gin répond à la grande femme qui, à la lumière du jour, était plus grisâtre que bleue comme il avait précédemment eu l'impression.

"C'est simplement comme ça que j'ai été recruté et comme je m'attendais à ce que vous l'ayez été par le même moyen et que vous correspondiez à la description sommaire de mes futurs équipiers... Et que vous étiez les seuls clients de l'auberge, j'ai pris le risque."

Le tourmenteur haussa des épaules, bien qu'il soit intérieurement assez content de voir que la géante... Demi-géante ? Bref, que Grisouille la grisâtre soit aussi insatisfaite que lui vis à vis de la situation.

"J'ai rencontré celui qui a manigancé tout ça, par contre. Il veut qu'on effectue un travail pour lui et visiblement, il ne prendra pas non comme une réponse. L'avantage étant que malgré ses magouilles de mages et les choses indélicates qu'il fait à nos esprits, il reste néanmoins disposé à payer. Et diamant sur l'ongle en plus. Et je pèse mes mots."

_________________
Gin Hendrick
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Ven 01 Mai 2015, 00:32 
Aventurier confirmé
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Lun 06 Avr 2015, 00:15
Messages: 147
PX: 2205
Arkeïos fut légèrement surpris de la réaction de ses hôtes. Contrairement aux autres gens habituels, ceux-là lui avaient préparé une chambre au lieu d'un bûcher. Il aurait apprécié le geste, et lancé plus d'un sourire, mais la peur qu'il lisait dans les gestuelles le ramenait à la douloureuse réalité de son ascendance. Aussi, aucun mot ne sortit de sa bouche de tout le long, ou à peine quelques grognements, car bien que voulant réduire en petit bois le bar entier, ainsi que les tables, il avait besoin d'un camp de base, et ne voulait pas encore se risquer à la ville. Il avait commandé une chope de bière à la serveuse, qui lui lançait le regard apeuré que tous les "tranquilles" — ceux qui ne risquaient pas leur vie face à l'inconnu — avaient en face du cornu. Du coin de l’œil, buvant d'un air intentionnellement inattentif, il observait les différents clients, qui détonnaient eux aussi par rapport aux tenanciers. Seul un homme, celui qu'il avait croisé en entrant, était plus en adéquation avec le "paysage local".
Cet homme-là, justement, aborda le tieffelin, peu au fait de l'absence d'intérêt que ce dernier portait aux interactions sociales. Aussi, c'est avec un mécontentement palpable que le semi-démon allait le chasser, mais le tourmenteur avait pu placer une phrase, qui laissa Arkeïos coi.
* De quoi y'm'parle c'ui là ? Comment y sait ? * Tous étaient déjà sortis, mais le mage ne l'avait même pas remarqué. Il ressassait dans sa tête cette phrase, se remémorant dans le même temps tout ce qu'il avait fait depuis qu'il avait aperçu ces yeux d'argent. Son chemin avait croisé par hasard cette auberge, presque perdue et introuvable si l'on ne venait pas par la route. Mais le mage l'avait tout de même trouvée, sans même la chercher. Quelque chose avait dû se produire, et le tieffelin soupe-au-lait n'appréciait pas du tout. Il se leva brutalement, manquant de renverser sa chaise, puis, telle une furie en flammes rougeâtres, sortit de l'auberge, croisant son chien qui était resté sagement dehors, comme si on l'avait dressé pour cela. Arkeïos n'y fit pas attention et rejoint précipitamment l'homme. Il voyait les autres clients discuter avec lui, mais n'en avait cure. Il avait un objectif en tête, et un seul. Arrivé à leur niveau, il se força le passage vers Gin, et lui attrapa violemment le col, tout en le questionnant :

— Alors, l'mago… On aime balancer des sorts sur les gens, hein ? T'es mal tombé, là, mon gars. T'as mal choisi ton pigeon. J'te laisse une chance de m'enlever c'que tu m'as envoyé sur la face, avant que j'réduise la tienne en cendres.

    :HRP: Arkeïos aura payé d'avance 5 nuitées (si possible), plus la bière.

_________________


Fiche perso d'Arkeïos "Sol" (Mage 2 ; CN(B))
Chroniques infernales

Sorts préparés :
    Niveau 0 : Langue mordue / Étincelle d'angeargent / Prestidigitation / Fatigue
    Niveau 1 : Armure de mage / Sommeil / Graisse

Autres moi : Varelun / Zandaar / Ætherion ; merci d'envoyer vos MP à Ætherion


Dernière édition par Arkeios le Ven 01 Mai 2015, 12:23, édité 1 fois.
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Ven 01 Mai 2015, 06:36 
Aventurier experimenté
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Lun 23 Fév 2015, 16:17
Messages: 84
PX: 2230
Avant même qu'il n'ait eu le temps de faire le pas en arrière qu'il aurait voulu, le tourmenteur avait légèrement dégainé son épée laissant la garde en bois très peu prononcée, à la façon Rashémie toucher légèrement le tissu de la tenue du cornu au niveau de son ventre.

"Tu as trois secondes pour me lâcher avant que je ne t'éventre."

Contrairement à son habitude ton affable et son sourire enjôleur travaillé, Gin en cet instant n'est qu'un visage fermé dont l'oeil est habité d'un reflet ferreux, froid et métallique. Sa voix déborde presque d'agressivité alors qu'il crache ces quelques mots avec toute la hargne dont il est capable. Et il en a en abondance.

En son for intérieur il comprend parfaitement la réaction du rougeaud et il ne voudrait pas mieux que de l'assurer qu'il n'est en aucun cas l'origine de l'envoûtement.

Mais là où un être plus calme, plus aguerri et plus sur de soi garderait son calme, Gin sent ses cheveux se hérisser sur sa nuque alors que la tension monte et qu'il sent sa propre violence remonter à fleur de peau. Il ignore quels sont les talents du rougeaud, mais le tourmenteur est certain de pouvoir l'éventrer en un éclair et à cet instant, il en a extrêmement envie.


"Trois."


Décompte-t-il sans attendre, prêt à enchaîner avec un "deux".

_________________
Gin Hendrick
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Ven 01 Mai 2015, 17:48 
Aventurier confirmé
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Mar 07 Avr 2015, 13:13
Messages: 129
PX: 2200
*Y "veut" qu'on... Des magouilles d'mago ? Par ma...*

Entre-temps, les deux autres clients insolites de l'auberge les avaient rejoints. Chacun à sa manière...

Le bleuâtre, sereinement et silencieusement, et le rougeâtre, comme un taureau dans un jeu de quilles. Loin d'être diplomate elle-même, Lo-Kar arqua un sourcil surpris en voyant débouler le cornu, qui se jeta carrément sur le frêle humain. Elle avait heureusement — pour le cramoisi — eu le temps de s'écarter, mais pas celui de répondre aux étranges paroles du barbu, mais elle était curieuse d'en savoir plus. Et de parler en tête-à-tête avec celui qui se permettait de trifouiller son esprit. Surtout si c'était un pleutre de mage. Et surtout si cela pouvait la rapprocher de son frère, voire simplement lui donner les moyens de le rechercher efficacement.

La goliath jeta un œil dubitatif aux deux énervés. Elle n'était pas du genre à empêcher quiconque de s'adonner à son loisir favori. Au contraire, en temps normal, elle ne se serait pas fait prier pour participer à leur petit combat. Cependant, le seul qui semblât en savoir un peu sur ce prospère fouineur et ses motivations était en passe de se faire réduire en bouillie par l'espèce de faune géant qui aimait trop faire bronzette. Ou de l'éviscérer lui-même ?


*Qu'importe.*

Elle adressa un regard blasé à l'être bleu qui se tenait à ses côtés. Manifestement, l'agresseur avait pris lui aussi le maigrichon pour le fautif de leurs troubles apparemment partagés. Avant que ce dernier ne prononce son "deux", avec un soupir exagéré à l'idée de devoir jouer les médiatrices sans user du Papa, la lithique planta les battoirs qui lui servaient de mains sur ses hanches, tout en interpelant le rubicond sans aucune motivation :

- Hoy, j'ai rien contre un bain d'sang à l'occase, mais hé, l'cornu... Va pas abîmer l'seul mec sur c'te foutue île qu'a des infos sur l'mago qui fourraille dans les crânes. L'était en train d'nous expliquer tout ça.

_________________
Image
La fiche !
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Ven 01 Mai 2015, 22:35 
Aventurier
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Lun 06 Avr 2015, 15:37
Messages: 67
PX: 2100
Sebi regardait incrédule les deux antagonistes être prêt à s'entretuer en moins de deux secondes pour des paroles mal interprétées. Habituellement il aurait laissé faire et se serait contenté d'admirer le spectacle, mais il y avait un hic. Les deux colériques étaient pile à l'endroit où il voulait fouiller. Et s'ils se battaient juste à cet endroit ils allaient faire disparaître des indices importants. Il fallait donc les éloigner, ou du moins éloigner la bagarre qui était sur le point d'éclater.

On se fixe !!! Je ne sais pas qui vous êtes. Je ne sais même pas pourquoi vous allez vous battre et en fait je m'en fiche un peu. En fait non, je m'en fiche complètement. Mais au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, j'essaie de trouver quelques traces sur le sol et si vous commencez à marcher partout je n'aurais plus rien à découvrir. Je ne sais pas pour vous mais cette histoire de magicien commence à me faire poser des questions. Apparemment nous sommes tous là à cause de lui et si vous veniez de l'endroit d'où je viens, être la cible d'un magicien ce n'est jamais jamais bon, aussi amicale soit-il. En fait, surtout s'il est amicale je dirais même. Alors messires si vous pouviez allez vous battre un peu plus loin je vous en serais reconnaissant. Tellement reconnaissant que je m'engage à enterrer convenablement celui qui se fera occire. D'ailleurs si vous pouviez me dire s'il y a un coin que vous préférez dans cette jolie île pour être mise en terre ? À moins que vous ne préféreriez que l'on disperse vos cendres dans la mer ? Je suis ouvert à toutes suggestions. En attendant...

Sebi espérait qu'il avait réussi à déstabiliser les deux et même la femme qui le dépassait d'une bonne tête. Il commença toutefois son exploration du sol cherchant des indices sur sa rencontre de la veille.

_________________
Ma fiche
Fiche temporaire
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Sam 02 Mai 2015, 02:48 
Aventurier confirmé
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Lun 06 Avr 2015, 00:15
Messages: 147
PX: 2205
Les yeux fixés sur Gin, la fureur et les voix brûlant son esprit, Arkeïos réfléchissait, tant bien que mal. Les menaces du Rashémi ne l'atteignaient pas, mais ce n'était pas le cas de détails pour le moins troublants. Les autres, dont il avait peine à écouter les discours, semblaient impliquer que l'humain n'était pas à l'origine de la prise de contrôle qui avait affecté le mage. Ceci, et le fait que le tourmenteur préférait une épée à des incantations, appuyaient l'hypothèse que la magie ne lui importait que peu, ou était du moins secondaire pour lui. Le tieffelin, en proie aux doutes, baissa involontairement sa garde mentale, laissant le loisir aux voix de le tourmenter. * Tue-le ! Non, s'il est innocent, il… TUE-LE ! *

Lâchant brusquement Gin, il se retourna vivement, s'éloigna de quelques pas, et hurla à pleins poumons, tel un démon rugissant face aux âmes tourmentées dont il avait la garde, se courbant à moitié dans l'opération, les mains crispées, hésitantes à s'agripper à son crâne :

— LA FEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEERME !!!!!!!!!! VOS GUEUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUULES, PUTAIIIIIIIIIIIN !!!!!!!!!!!! FOUTEZ-MOI LA PAIX, BORDEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEL !!!!!!!!!!! RAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH…

Haletant, les voix temporairement calmées, il leva la tête. Faisant fi des réactions des autres, il s'adressa au tourmenteur, un doigt accusateur pointé vers lui, la mâchoire serrée :

— Toi, t'as intérêt à expliquer tout ça clairement, et qu'ce soit crédible, sinon t'atteindras jamais "deux"…

_________________


Fiche perso d'Arkeïos "Sol" (Mage 2 ; CN(B))
Chroniques infernales

Sorts préparés :
    Niveau 0 : Langue mordue / Étincelle d'angeargent / Prestidigitation / Fatigue
    Niveau 1 : Armure de mage / Sommeil / Graisse

Autres moi : Varelun / Zandaar / Ætherion ; merci d'envoyer vos MP à Ætherion
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Sam 02 Mai 2015, 06:51 
Aventurier experimenté
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Lun 23 Fév 2015, 16:17
Messages: 84
PX: 2230
Gin s'écarte de l'endroit que Sebi veut fouiller et répond au rougeaud, qui semble s'être un peu calmé après avoir relâché de la pression en hurlant comme un malade.

"Alménivar. C'est le nom du gars qui m'a lancé le sort qui m'a amené ici, un sort caractérisé par les reflets d'argents dans le regard du lanceur. J'ignore si c'est le même qui t'a envoûté ou s'il agit avec un groupe. Mais il parlait comme s'il agissait seul, ou au moins pour son propre compte. Il veut qu'on compose un groupe et qu'on aille récupérer une certaine information auprès d'un groupe de malfrats. Ca c'est la version courte. La longue..."


Gin soupire et commence à raconter les événements qui l'ont amené ici.


"Je logeais à l'auberge "La Wyverne" quand j'ai rencontré Alménivar qui en est le propriétaire. J'ai commis l'erreur de l'aider contre un mage rouge de Thay et de lui dire que je cherchais un emploi. Il m'a alors parlé d'une situation qui l'inquiétait un peu: Il y a bien longtemps, un peuple dont on n'a rien à faire est arrivé sur cette île, a commencé à mourir en masse, et avant de disparaître a séparé un artéfact en quatre morceaux. Ce peuple a refilé les trois premières parties à des émissaires pour qu'ils les planquent à travers le monde et ont décidé de laisser le bout le plus important, la perle violette source du pouvoir de l'artéfact, sur cette île. Le groupe qui inquiète notre mage employeur et trifouilleur d'esprits est composé de Brod'Event, un sorcier sournois, un Olin Gesir, un type d'elfe ou quelque chose dans le genre, et au moins quatre acolytes, peut-être plus. Ce groupe cherche visiblement à reconstruire l'artéfact et on doit apprendre si oui ou non ils ont déjà rassemblé les trois autres bouts. Une fois l'information acquise, Alménivar m'a filé un moyen de le recontacter, mission réussie, on va boire un coup et on décide de quoi faire avec nos diamants."

Le tourmenteur sort une bourse et la fait passer aux intéressés.


"Chaque diamant vaut trois cent pièces d'or il paraît. Vu qu'il n'avait pas peur de payer d'avance, je présume que ce vieux fourbe a un moyen de nous contraindre à prendre le boulot. Mais vu les trifouillages mentaux de notre employeur, je ne vous en voudrais pas de prendre votre diamant et de vous tirer, ou même de tout bonnement refuser salaire et emploi."

Alors qu'il finit ainsi son histoire, Gin remarque qu'il a oublié de conclure.

"Et... C'est tout. Alménivar avait à peine fini de me présenter la mission et de me dire qu'il avait déjà recruté toute une équipe de gens atypiques à laquelle il ne manquait qu'un dernier membre -moi- qu'il me lançait un sort qui me contraignait à me mettre en route séance tenante. J'ai à peine réussi à récupérer mes affaires avant de me diriger vers cette auberge dont je connaissais soudain le nom et l'emplacement. Et me voilà."

_________________
Gin Hendrick
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Sam 02 Mai 2015, 16:34 
Aventurier confirmé
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Mar 07 Avr 2015, 13:13
Messages: 129
PX: 2200
Sans comprendre grand-chose aux histoires de fouilles de la créature azurée, Lo-Kar se gratta le menton en l'écoutant disserter, les yeux posés bêtement au sol pour chercher ces "traces" dont il parlait. Etait-il un genre de druide illuminé qui parlait aux oiseaux et lisait des signes dans les feuilles d'acacia ?

La goliath s'arracha à la contemplation du limier aigue-marine, décrochant de son discours saugrenu lorsqu'elle finit par en déduire qu'il avait sans doute quelques inhalations de mordayn à son actif. Suivant des yeux le rougeâtre en pleine crise psychotique qui hurlait des imprécations à l'encontre d'on ne savait qui, la lithique, de plus en plus perplexe, laissa une main remonter lentement vers son front pour venir s'y appliquer.


*Mais c'est quoi c'te maisons d'fous ?? Bordel, dans quoi j'me suis 'core fourrée, moi...*

Le seul autre être apparemment raisonnable des environs venait de se lancer dans des explications qu'elle écouta attentivement après s'être adossée contre un arbre. Le nom cité ne lui disait absolument rien, mais l'ensemble semblait cohérent, bien que déroutant. Et un mot l'avait faite tiquer... Une fois que l'homme eût terminé, elle attrapa la bourse et leva un sourcil appréciateur en examinant son contenu, puis la passa au suivant et réfléchit un instant.

- Hmm, pas mal du tout, z'ont l'air vrais... L'truc bizarre, c'est : comment c'mago d'malheur a pu savoir qui on était et qu'on allait débarquer ? Y nous aurait espionnés ? Rah, tu dois pas en savoir bien plus lourd qu'nous, en fait. Moi, j'veux bien récupérer des infos, mais vu nos gueules - à part toi, l'héliolite -, l'infiltration, c'est un peu mort. Par contre, s'y faut taper avec gemmes à la clé, j'suis vot' goliath. Bref, qu'on en finisse : on est censés les trouver où, ces gonzes-là ? Ici ?

_________________
Image
La fiche !


Dernière édition par Lo-Kar la Chétive le Lun 04 Mai 2015, 13:12, édité 1 fois.
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Sam 02 Mai 2015, 17:40 
Aventurier experimenté
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Lun 23 Fév 2015, 16:17
Messages: 84
PX: 2230
"Visiblement, il vous avait déjà lancé le sort pour vous amener ici quand il m'a contacté. Comment et pourquoi il vous a choisi vous, ça j'en sais rien. Je lui ai demandé où on pouvait trouver ce groupe et il ne m'a répondu en me jetant le sort. J'ignore si je suis juste supposé vous retrouver ici, ou si on se retrouve ici parce que c'est ici qu'on peut les retrouver."

Le tourmenteur joue avec la répétition pour bien exprimer qu'il est aussi perdu qu'eux. Impression qu'il renforce en hochant des épaules.

"Pour ce qui est de l'information à recueillir, on pourrait essayer de se faire embaucher, et là ton imposante musculature nous sera bien utile. Alménivar avait décrit quelques acolytes, une femme couverte de bijoux et autres richesses, un gnome pas commode et une paire de brutes. S'il leur arrivait malheur, le sorcier et l'elfechose devraient être contraints et forcés de réengager du personnel. Ca coûte toujours moins cher qu'une résurrection."

L'avantage de cette stratégie c'est qu'elle permettait de la violence, bon pour la goliath et certainement le rougeaud, de la négociation, bon pour Gin et peut-être pour le bleuet. Bleuet que le tourmenteur n'arrivait absolument pas à cerner.

_________________
Gin Hendrick
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Sam 02 Mai 2015, 23:34 
Aventurier
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Lun 06 Avr 2015, 15:37
Messages: 67
PX: 2100
Sebi arpenta le morceau de terre devant lui cherchant des indices de sa rencontre d'hier soir. Il commençait à avoir un doute sur ce qu'il avait vu cette nuit. Était-ce un rêve ? Pourtant quand il regardait les marques sur son genou il ne pouvait en douter. Bien entendu, il ne trouva rien. Du moins pas ce qu'il espérait car après tout il n'avait pas la moindre idée de ce qu'il avait vu hier soir, sauf ces yeux argentés. L'histoire que venait de lui conter l'humain l'intriguait. Il y avait bien des signaux qui lui disait de se méfier à commencer par cet interlocuteur magicien de son état. Tout lui disait de se méfier de ce magicien. Les magiciens n'attiraient que des problèmes, surtout à ceux auxquels ils s'intéressaient. Il s'arrangeait toujours pour faire prendre les coups aux autres et de s'en sortir sans aucune égratignure. Cependant, il y avait un mais. Une simple petite voix qui venait mettre son grain de sable dans les conseils avisés de sa conscience. Sebi voulait savoir qui était ce magicien et surtout il ne crachait jamais sur un diamant généreusement offert. Même s'il se méfiait, les temps étaient durs pour tout le monde.

Mais il fallait commencer par cela. On se fait embaucher juste après avoir été payé ? Intéressant comme idée. Je crois que je vais aimer cette île. Par contre je ne comprends pas cette propension à la violence. On pourrait se contenter de leur faire peur non ?

_________________
Ma fiche
Fiche temporaire
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: L'auberge du Nain Grillé
MessageMessage posté...: Dim 03 Mai 2015, 02:23 
Aventurier confirmé
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Lun 06 Avr 2015, 00:15
Messages: 147
PX: 2205
Arkeïos avait écouté chaque protagoniste sans rien dire. Certains mots avaient toutefois transformé sa curiosité colérique en attention intéressée. La présence d'un Magicien Rouge sur Gemmaline était une opportunité à saisir, et même les voix, qui d'habitude hurlaient à la tuerie, se taisaient, ne souhaitant pas braquer le tieffelin dans la direction opposée. Les bras croisés, l'air renfrogné, il réfléchit à la situation. Même s'il était tentant de croire les paroles du Rashémi, ce que semblaient faire la rocheuse et le bleuté, Arkeïos avait perdu sa naïveté — ou était devenu trop paranoïaque, selon les points de vue. Les plans que Gin et Sebi proposaient lui paraissaient très peu prometteurs, surtout avec les informations parcellaires qu'ils avaient là, maintenant. Il regarda les deux d'un œil empreint de condescendance, avant de lancer amèrement :

— Leur faire peur, tuer leurs larbins ? Peuh ! V'vivez dans quel monde, les naïfs ? V'croyez franch'ment que c't'enfoiré d'mago, qui nous a contrôlé nous quatre comme ça (il leva la main et claqua des doigts) nous f'rais infiltrer ces gus pour qu'au final on aille simplement les m'nacer ? Ou s'faire engager comme leurs p'tits toutous dans des circonstances total'ment louches ? L'est pas fou, c'vieux crouton, il nous envoie faire l'sale boulot, donc c'qu'il craint soit pour sa vie, soit pour l'artefact. Et il est puissant. Si z'êtes suicidaires, c'pas mon cas.

Il décroisa ses bras, regarda Gin droit dans les yeux, et lui dit, d'un ton englué par le cynisme pur :

— Quant à toi, l'freluquet, j'veux bien faire semblant d'croire à ta fable, mais comment on fait pour t'faire confiance ? (Il avait plissé les yeux dans une moue suspicieuse) Nous foutre des diam's sous l'nez, c'est bien beau, mais t'pourrais les récupérer sur nos cadavres. Et on m'achète pas facilement comme ça, moi, contrairement aux deux aut' (il montra Lo-Kar et Sebi du doigt, sans tourner la tête).

Avant que l'un de ses interlocuteurs ne puisse interrompre son discours, il leva la main, paume faisant face, indiquant qu'il n'avait pas fini. D'un sourire plus que visiblement forcé, mélangé à son expression faciale cynique, il continua :


— Mais t'sais quoi ? (Il haussa les épaules et le pointa momentanément du doigt) J'vais t'suivre. J'vais même t'aider à faire ta mission d'merde, mais j'ai trois conditions, et c'pas négociable. Un (il leva son index, poing fermé, paume vers lui-même), on tue personne, sauf pour s'défendre, ou défendre quelqu'un. Si qui qu'ce soit (il regarda alternativement tous ses interlocuteurs) s'fait dézinguer pour rien, j'm'occupe personnellement du meurtrier. Deux (son regard se fixa de nouveau sur Gin, et le majeur suivit), si c'est un coup fourré, ou q'tu nous prépares un truc louche, t'vivras pas assez longtemps pour profiter d'ton caillou (il haussa le menton, comme pour montrer la pierre précieuse de Gin de la tête). Trois (l'annulaire rejoint les deux premiers), quand c'sera fini, tu m’emmèneras là où t'as vu l'salopard de Magicien Rouge. J'ai un compte à régler avec ces enflures…

Il croisa de nouveau les bras et lança, tout en faisant un mouvement de tête équivoque :

— Alors, t'acceptes, ou j'dégage ?

_________________


Fiche perso d'Arkeïos "Sol" (Mage 2 ; CN(B))
Chroniques infernales

Sorts préparés :
    Niveau 0 : Langue mordue / Étincelle d'angeargent / Prestidigitation / Fatigue
    Niveau 1 : Armure de mage / Sommeil / Graisse

Autres moi : Varelun / Zandaar / Ætherion ; merci d'envoyer vos MP à Ætherion
Haut
   
 
 [ 88 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à: