Heures au format UTC + 1 heure


Nous sommes le Lun 18 Déc 2017, 21:12


Règles du forum


Image


Forum verrouillé Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Zauntii
MessageMessage posté...: Lun 07 Oct 2013, 01:22 
Héros
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Lun 07 Oct 2013, 01:19
Messages: 611
PX: 8790
Citation:
Citation:
CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES

Statistiques :
    • Force : 14 (+2)
    • Dextérité : 22 (+6) 20 (base) + 1 (Aug N4) + 1 (Gantelets d'arme de dextérité +1)
    • Constitution : 10 (+0)
    • Intelligence : 8 (-1)
    • Sagesse : 14 (+2)
    • Charisme : 6 (-2)

Jets de sauvegarde :
    • Réflexes : +9 ; 0 (seigneur) + 3 (moine) + 6 (Dex) (Esquive totale)
    • Vigueur : +6 ; 3 (seigneur) + 3 (moine) + 0 (Con)
    • Volonté : +5 ; 0 (seigneur) + 3 (moine) + 2 (Sag)

Niveaux :

Dons :

Handicaps :

Trait :

Citation:
CARACTÉRISTIQUES DE COMBAT

Générales :

Défense :
Citation:
COMPÉTENCES


Citation:
CARACTÉRISTIQUES RACIALES

    • Humanoïde [Hadozée]
    • Taille M : En tant que créature de taille moyenne, il ne possède ni bonus, ni malus.
    • Ajustement de caractéristique : +2 Dextérité, -2 Charisme
    • Vitesse de base au sol : leur vitesse de déplacement terrestre est de 9 mètres.
    • Planer (Ext) : Un hadozée peut utiliser ses ailerons pour glisser, ce qui annule tous dégâts de chute et permet une longueur de vol de 6 mètres toutes les 1,5 mètres de descente. Leur vitesse de vol est de 12 mètres (manœuvrabilité moyenne)
    • Bonus raciaux : Un hadozée possède un bonus racial de +4 à tous les jets d’escalade et d’équilibre. Étant des grimpeurs nés, les hadozées n’ont pas peur d’arpenter des sentiers étroits et ne perdent pas leur bonus de dextérité à la CA lorsqu’ils pratiquent l’escalade. Ils peuvent en outre, escalader en tenant quelque chose dans une main sans s’en trouver empêchés.
    • Langues : D'office : commun, hadozée. Supplémentaires : aquatique, elfique, halfelin et suivant la région du personnage.
    • Ajustement de niveau : +0
    • Classe de prédilection : Roublard

Citation:
CARACTÉRISTIQUES DE CLASSES

Seigneur des chevaux :
    • Armes et armures. Formé au port des boucliers (à l’exception des pavois), des armures légères et intermédiaires. Formé au maniement de toutes les armes courantes et des armes de guerre.
    • Déplacement accéléré (Ext). + 3 m à la vitesse de déplacement au sol. Ce bonus ne s’applique que s’il ne porte pas d’armure lourde ou de charge lourde : 12 m en charge légère, 9 m en charge intermédiaire.
    Illettrisme. Annulé par le multiclassage.
    • Maîtrise de la monture (Ext). Pas de malus pour monter sans selle, +2 si la monture est sellée ; +2 en dressage lorsqu'il s'agit d'équidés.
    • Extase de la bataille (Ext).
      +4 en dextérité
      +4 en constitution
      Réduction de dégâts (1/—)
      -2 aux jets de compétences (sauf dressage et équitation)
      Durée : 5 rounds (fatigué à l'issue de l'extase et jusqu'à la fin de la rencontre)
      1 fois par jour
    • Esquive instinctive (Ext). conserve son bonus de Dextérité à la CA même s’il est pris au dépourvu ou attaqué par un adversaire invisible (il perd toujours ce bonus s’il est immobilisé).

Moine du Chaos :

Citation:
POSSESSIONS

N’Gombo, le mulet : (8po)
    N'Gombo, acolyte et compatriote de Zauntii, séjourne actuellement dans l'écurie de maître Hong Bing Song. Il en a confié la garde au palefrenier du maître, Conrad, qui est également un dresseur hors pair - du moins selon ses propres dires. Zauntii lui a promis de le rémunérer grassement s'il parvient à dompter le sale caractère de N'Gombo pour en faire une monture digne de ce nom...
Encombrement actuel [charge légère jusqu'à 115 kg ; charge intermédiaire jusqu'à 230 kg] : néant (séjourne en écurie)

    • Selle d'équitation (12,5 kg, 10 po)
    • Mors et bride (500 g, 2 po)
    • Fontes (négligeable à vide, 4 po)
      Matériel contenu dans les fontes : (poids additionné : 27,250 kg)
        • Tente (10 kg, 10 po)
        • Torches ×5 (5×500 = 2,5 kg, 5×0,01= 0,05 po)
        • Corde en chanvre (5 kg, 1 po)
        • Nécessaire de pique-nique (500 g, 0,6 po)
        • Toile, 7 m² (7×1 = 7 kg, 7×0,1 = 0,7 po)
        • Sac à dos (vide) (1 kg à vide, 2 po)
        • Habit de moine (négligeable quand revêtu, 1 kg, gratuit au niveau 1, 5po)
        • Étui à parchemins : (250 g, 1 po)
          • Parchemins (5 feuilles) (négligeable, 5×0,2 = 1 po) :
            Sur ces parchemins sont inscrits les cours de lecture et d'écriture auxquels le barde de Trouveur (qui lui a sauvé la vie) a initié Zauntii ainsi que des poésies et des chants composées par ce barde et par Zauntii. Il y a encore du travail avant que les lettres soient maîtrisées : Zauntii n'est pas un élève très brillant et les fautes d'orthographe abondent…

Équipement porté :
Sur le corps :
    • Robe lourde en ombreline +1 (5 kg, 1300 po) :
      Une magnifique robe de moine ample et confortable taillée sur mesure chez un couturier spécialisé de Gemmaline. Le singulier tissu noir sombre utilisé par le tailleur, semble absorber la luminosité. La coupe est prévue pour embrasser la physionomie particulière du hadozée : des ouvertures longitudinales au niveau des bras et des flancs permettent de laisser passer les membranes de peau de Zauntii tandis que des coutures solides doublées de boutonnières, font relais aux aisselles, aux coudes, aux poignets et aux hanches. La robe est doublée de fils de mithral et a été spécialement enchantée ce qui lui confère une résistance aux impacts proche de celle d'une armure de cuir. Ce vêtement, acquis récemment sur les conseil du Maître Hong Bing Song, est censé aider Zauntii à mieux percevoir le pouvoir des ombres...
      [Bonus à la classe d'armure +2 ; bonus de dextérité maximal +10 ; malus d’armure aux test 0. +1 aux jets de Discrétion effectués dans un éclairage faible ou dans le noir.]
    • Tenue de voyage (négligeable quand revêtue : 2,5 kg, 1 po):
      Zauntii porte par-dessus sa robe lourde, un gilet épais de cuir doublé de laine comportant de nombreuses poches, un large ceinturon et un grand manteau à capuche imperméable noir délavé qui recouvre le tout, sac à dos compris.

Armes :
    • Arc long (1,5 kg, 75 po)• Paire de gantelets d'arme de dextérité +1 (2x0,5= 1 Kg, 2008 po)
      Une paire de gantelets métalliques arborant le symbole de son dieu. Ils sont munis de chaînes spéciales qu'il peut attacher à son arme de sorte à ne pas risquer qu'elle lui échappe dans le feu de l'action. De plus, ces gantelets ont été enchantés afin qu'ils procurent à leur porteur une plus grande habileté gestuelle.
      [Bonus de +10 aux jets pour résister au désarmement. Attacher ou détacher son arme constitue une action complexe donnant lieu à une attaque d’opportunité.
      Bonus d'altération de +1 à la Dextérité.]
    • Épée bâtarde de maître en fer froid (3 kg, 370 po)
      Portée dans son fourreau sanglé en travers du dos de sorte à pouvoir être dégainée par la main droite. Il s'agit d'une épée de grande qualité acquise récemment chez un forgeron renommé de Gemmaline sur les conseils de son maître, Hong Bing Song. Elle est forgée dans un métal particulier qui reste frais au toucher. Selon son maître, cette matière pourrait aider le hadozée à développer sa maîtrise des flammes de Ki du fait de la faible température de fusion du fer froid qui la constitue. Le pommeau porte le symbole de son dieu : une lyre finement ciselée.

A la ceinture :
    • Torche éternelle (0,5 Kg, 110 po)
      Fixée à la ceinture côté gauche. Éclaire vivement une zone de 6 mètres de rayon et éclaire faiblement une zone de 12 mètres de rayon.

Dans les poches :
    • 5 Bonbons de soins (négligeable, 5x30= 150 po)
    • 3 Allume-feu (négligeable, 3 × 1 po)
    • 1 Potion de soins légers (négligeable, 50 po)

Autour du cou :
    • Sifflet (négligeable, 8 pa):
      Un sifflet tout bête, récupéré chez Csoban Eberhardt le loviate.
    • Symbole sacré de Trouveur en bois (négligeable, 1po)

• Sac à dos : (1 + 15,5 kg, 2 po)
    • Carquois secondaire (20 flèches) (1,5 kg, 1 po)
      Attaché sur le sac.
    • Épée bâtarde (3 kg, 35 po)
      Dans son fourreau, attaché sur le sac.
    • Bâton éclairant : (0,5 kg, 2 po)
    • Flute : (0,5 kg, 5 po)
    • Craies (10 morceaux) (négligeable, 10×0,01 = 0,1 po)
    • Bougies ×10 (négligeable, 10×0,01=0,1 po)
    • Outre (2 kg, 1 po)
    • Savon, 1 livre (500 g, 0,5 po)
    • Couverture d'hiver (1,5 kg, 0,5 po)
    • Silex et amorces (négligeable, 1 po)
    • Pierre à aiguiser (500 g, 0,02 po)
    • Paillasse (2,5 kg, 0,1 po)
    • Bouchons pour oreilles (négligeable, 0,3 po)
    • Nourriture (périssable) pour 4 jours (3 kg, 2 po)
    • Parchemins (10 feuilles) (négligeable, 10×0,2 = 2 po) :
      Une copie des Parchemins de la Voie des Neuf contenant l'enseignement de la Voie Sublime écrit par le Maître Hong Bing Song. Zauntii en a fait une copie durant son séjour dans la demeure du maître.

Bourse :
    0pp 29po 1pa 3pc
2,13po à l'arrivée sur Gemmaline

Recettes :
  • 4000po (butin de quête achevée)
  • revente de matériel : 46po
    • 2 appeaux (20po)
    • 1 épée bâtarde : (17.5po)
    • 1 armure de cuir : (5po)
    • 1 écu en bois : (3.5po)

Dépenses :
  • Achats de matériel : 4019po
    • Robe lourde en ombreline +1 (1300po)
    • Épée bâtarde de maître en fer froid (370po)
    • 5 x Bonbons de soins (5 x 30 = 150po)
    • Torche éternelle (110po)
    • Arc long (75po)
    • 40 Flèches (2po)
    • Gantelets d'arme de dextérité +1 (2008po)
    • 10 feuilles de parchemin (10 x 0,2 = 2po)
    • nourriture pour 4 jours (ne personne à la fois) et nuit à l'auberge (2 po)

Poids :
  • Sans sac à dos : 12,5 Kg (charge légère)
  • Avec sac à dos : 29 Kg (charge intermédiaire)

      NB : Les charges transportables par Zauntii ont été divisées par 2 (base de calcul : 14 en Force) conformément au handicap esprit Libre.

        Charge légère : jusqu’à 14,5 kg
        Charge intermédiaire : 14,5–29 kg [Dex Max +3 ; Malus aux tests doublé -6 (-9 triplé, natation) ; Vitesse 9m ; Course X4]
        Charge lourde : 29–43,75 kg [Dex Max +1 ; Malus aux tests doublé -12 (-18 triplé, natation) ; Vitesse 6m ; Course X3]

Citation:
DESCRIPTION DU PERSONNAGE

Profil Physique :

    Zauntii est un hadozee à la fourrure brune tirant sur le blond : toutes ces années passées dans la savane du Shaar ont doré son pelage d'une teinte indélébile. Il possède de longs membres supérieurs agiles, caractéristiques de son espèce, liés au tronc par d'étonnantes membranes. Il n'a réellement appris à s'en servir que depuis peu et n'est pas vraiment un expert dans l'art du vol plané : la savane, au contraire des navires, n'offre point un terrain de jeu idéal pour s'épanouir dans ce genre d'activité...

    Zaunti est un peu plus fin et léger que ses congénères mâles et il est surtout d'une agilité extraordinaire : on peut avoir confiance en sa capacité à se mouvoir sur un pont chahuté par les vagues. Il n'aime pas s'encombrer et n'est pas habitué à supporter les mêmes charges qu'eux : les nomades du Shaar vivent dénudés et privilégient la mobilité. Ils ont des chevaux pour supporter les fardeaux.

    Ses mains et ses gestes sont sûrs mais il n'a jamais été très doué pour le maniement des arcs qu'affectionnent tant les nomades : il n'a jamais persévéré dans cette voie, préférant l'épée à l'arc.

Profil Psychologique :

    Zauntii est un personnage fier forgé par l'esprit des nomades. S'il n'a jamais pu jouir du statut réel de guerrier de la Tribu du Lion, il n'en a pas moins développé la façon de penser et de concevoir le monde. La source de son comportement est là-bas, dans le Shaar lointain. Mais ses blessures y sont également : ce statut social insolite, de non-humain et de sous-homme, de guerrier sans l'être a fait de lui un être soumis. Rebelle au fond mais profondément inféodé à ses supérieurs. Ce genre d'éducation et de statut laissent des traces : Zauntii a bien du mal à s'affirmer et n'ose pas rentrer en conflit. Il intériorisera plus volontiers les conflits au détriment de son bien-être. Il se montrera également un travailleur acharné, en faisant deux fois plus que les autres dans l'illusion d'attraper quelque insigne honneur ou récompense pour ses efforts.

    Le présent est un sujet d'inquiétude pour lui, du fait des tourments et des railleries qu'il a dû subir presque quotidiennement dans la tribu des Lions. Peut-être est-ce pour cette raison qu'il n'y voit guère de près tandis qu'on lui trouve des qualités pour le guet ? Il se projettera plus volontiers vers l'avenir, pour tout ce qu'il lui réserve de nouveau et de potentielle libération de sa condition présente.

    C'est un individu volontaire et aventureux qui aime l'idée de partir à la découverte de nouvelles choses. Il a totalement embrassé la foi en Trouveur et a même décidé qu'il ne pratiquerait l'escrime qu'avec la grande épée que lui a offert Liojimdoo, le barde qui l'a sauvé du jugement des Lions. Cette grande épée n'est pas des plus commodes à manier et parfois, Zauntii reprendrait bien ses anciennes amours, le kama ou l'épée courte, plus lestes et plus précises, mais il ne veut pas décevoir son dieu qu'il estime être son sauveur et envers qui il est éternellement redevable...

    Il s'efforce également de s'instruire et de composer des chansons. Liojimdoo lui a légué des exercices à pratiquer tant pour affiner sa voix que ses méninges et Zauntii s'y emploie avec opiniâtreté. Il ne sait pas bien lire ni écrire et souffre de ses problèmes de vue concernant ces activités mais n'est pas du genre à renoncer devant un tel défi : on ne peut que s'améliorer par le labeur.

Citation:
BACKGROUND

          Refrain :
        Qui es-tu ? Gros singe penaud ? Guenon guenon guenon guenondenne
        Sur les flots, dans les canots,
        Dans les forêts, sur les sentiers,
        Que vois-tu ? Gosse folâtre, nigaud ? Guenon guenon guenon guenondenne



    Fils des flots, né matelot, accouché de tempête,
    « Trop tôt ! » gueula maman guenon à tue-tête.
    Pirates au cul et mutinerie sur le navire,
    Dès la mise bas, vers le chaos ta vie chavire.
    T’aurais pas dû te précipiter pour ton entrée !
    Aux Cieux, l’accalmie, aucun dieu pour te représenter.
    Pour cause de libations, siestes et négligence,
    Personne ne fut prêt pour te bénir.
    Né, inopportun, dans la tourmente, tu y jetais ton essence,
    Entre les gouttes, à l’arrachée, pas encore invité d’y venir.

        Refrain

    C’est donc chialant qu’on te trimbala jusqu’à la cage,
    Où ils vous jetèrent avec ta mère verte de rage,
    Pour un voyage inapproprié, qui t’emmènerait
    Loin des flots, des océans, des tiens, de ta patrie,
    D’un animalier à un marchand, sans intérêt
    Qui te vendront aux plus offrants mais à bas prix.
    « Pour ce singe ? » Le caprice d’un enfant : « deux piécettes ! »
    « Marché conclu ! Mignon l’animal ! Beau joujou pour mon aîné. »
    Des bras de maman, fut arraché le nouveau-né.
    Vers d’autres lieux, l’on déporta la pauvre bêbête.

        Refrain

    C’est donc en singe, en animal de compagnie,
    Inconscient, jeune et aphone, que tu fis le spectacle.
    Poupée pour un petit d’homme, à l’aube de vos vies,
    Liés par l’infortune et la tourmente dirait l’oracle.
    Quand tu grandis un peu trop vite, un peu trop bien,
    Que de ta bouche, on attendait le grognement du chien,
    Tu donnais plutôt des mots et de quoi s’émouvoir.
    De quatre pattes, tu en gardais deux pour te mouvoir.
    L’on comprit donc que tu ne serais point bête,
    Et chez les Lions, embarrassés, on s’écria : « que faire ? »
    Que doit devenir un jouet qui aurait toute sa tête ?
    Sur un conseil, exceptionnel, on empêcha que tu n’erres
    Dans la savane, les Lions te gardèrent, rois te protégeant,
    Déjouant les plans, une fois encore, de ton destin indigent !

        Refrain

    Tu poussas donc dans la savane sans crier gare,
    Aux bons soins et aux attentions de tes amis du Shaar,
    Les Lions te comptèrent parmi eux même si jamais,
    A ta grande frustration, on ne te dit : « mon frère ! » mais « mon valet !»
    D’un statut d’homme ou d’animal, une fois encore, tu n’en eus point.
    Le cul entre deux chaises, sur les bords, jamais sûr de l’appoint.
    Jeunesse étant folie, ton jeune maître ne mesura,
    L’ampleur de la lubie, dans laquelle on t’emmura.
    Devant ses camarades, à ta fierté posant l’estocade de trop,
    De tes grands bras dégingandés, tu lui fis sauter le goulot.

        Refrain

    Pauvre Lionceau que circonspection avait fuis,
    Grand singe savant, avait plus de poids que lui,
    Au même âge, la baffe n’était pas tendre.
    La tête frappa durement mais moins que l’esclandre :
    Grand singe, paniqué, savait ce qu’il lui en coûterait,
    Des Lions, toute la tribu sans exception le bouterait,
    Hors de la Vie pour cet affront à un homme,
    D’un moins que lui, ainsi déclenchant le pogrom.
    Il n’y avait de place pour toi, chimpanzé, mais un destin
    Farceur et cruel, pour l’enfant d’homme, il eut un refrain
    Qu’il te choisisse pour mieux se perdre
    Au marché des esclaves, la boule de poils
    Echangea contre la sienne, sa vie de merde
    Et se sauvant, le perdit, lui et sa bonne étoile…

        Refrain

    Grand singe, jeune sot qui n’eut point la sagesse de laisser courir
    Supporter l’opprobre, l’insane condition sans coup férir
    Etait même trop pour un cœur de demi-homme et une colère docile
    Pourtant, supportant tous les quolibets et les injures faciles.
    Or donc, le singe, aussitôt s’en fut au galop d’un pur-sang,
    Dans une terreur folle, volant son droit de vie aux Lions.
    Bravant la savane, le vol de chevaux, les interdictions
    Pour sauver sa peau, jeune mais point innocent,
    Sachant fort bien ce qu’il lui en coûterait
    Du crime de sang, du singe contre le lionceau,
    Sa décapitation sommaire d’un coup de couperet,
    Sans procès, sans discussion, de tous recevrait le sceau.

        Refrain

    Cours, cours, brave étalon car par derrière viennent les rancœurs !
    C’est lorsque tu montres ta fatigue que le singe devine
    Qu’il va finir à pied, jusqu’où il le pourra, droit vers cette ravine…
    Fou, oui, mais fou de Vie ! Cours pour éviter les heurts !
    Vois la poussière ! Entends les galops ! Ils s’approchent…
    Le souffle court, une folle course, d’une peur horrible
    Gagnent du terrain, vers les rochers et sur une fin terrible
    Cavaliers en vue, sabres brandis, arcs tendus : tant de reproches…
    Ces pierres étroites, inespérées, décrivent un petit sentier :
    Rapidement, avant l’impact, tu peux t’y glisser en entier.
    Il entend : une musique lancinante semble s’y baigner altière.
    Une musique ? Comment diable peut-on fêter sa mise en bière ?

        Refrain

    La musique est un saltimbanque d’un costume chamarré.
    Quand le singe débarque à bout de force, il transpire
    Abondamment et comme un bœuf gras trop fort il respire
    Spectacle comique, semble-t-il, pour le barde qui se met à se marrer.
    « Chante avec moi ! » Ordonne-t-il entre deux rires.
    Et l’être simiesque qui s’exécute à son grand dam,
    Guettant terrifié, le débarquement imminent des quidams,
    Venu expier la faute, traquer la bête et l’occire.
    Il chante. Il chante faux et fort et le rythme l’entraîne.
    Les guerriers s’enfilent sur le sentier et arrivent jusqu’à eux.
    Le singe braille toujours et souille ses bas de laine,
    Pris d’une terreur infinie, il prie tous les dieux,
    A qui l’entendra bien de lui venir en aide,
    Ou d’accepter son âme dans un intermède,
    Entre deux refrains doux. Toutes ses forces appelant ces vœux.
    Ses jambes paralysées, sa voix, ce barde, ces guerriers : quel nœud !

        Refrain

    Un être sans destin, venu comme un voleur, allant s’enregistrer
    Auprès des gestionnaires des cœurs de ces administrés.
    Réclamant s’enferrer dans un devenir régi par des puissances
    Vouant, par là même, son âme à une seconde naissance.
    Or donc de ces grands dieux il n’y en a point trente-six,
    Qui, prêtant l’oreille, daignant s’y pencher, ne finissent
    Par lever le petit doigt, pour faire d’un renégat un de leurs fidèles
    Et sur l’instant fatal, le sauver du trépas et lui prêter des ailes…
    Il y eut l’improbable et la coïncidence :
    Il y eut le barde et son âme pétrie de dissidence.
    Il vit le singe en proie à l’holocauste de toute une troupe,
    Et jugea pittoresque d’en partager et, malicieusement, d’en épicer la soupe.

        Refrain

    Les guerriers hargneux, visages haineux, se mirent à danser la gigue
    Au chant du singe qui pleurait de terreur mais ne pouvait cesser
    Sa complainte entraînante : une voix tordue sur une lyre habilement caressée...
    Le barde, émissaire de survie, par sa musique tressait une digue
    Pour sauver le singe, il lui saisit l’épaule et le poussa sur les hommes,
    En dansant, jouant et chantant ils furent raccompagnés,
    Négligeant leur vindicte, par l’oubli, ils furent gagnés.
    Qu’ils reprennent leurs montures et s’en retournent sous le chaume !
    Lorsque les galops se furent tus
    Et que le singe sur ses genoux eut chus,
    Le barde adressa sa louange, à Trouveur, le Quêteur de chants,
    Qui venait de lui offrir, une ballade à contre-champ !

        Refrain

    « Qui est-ce Trouveur ? » Questionna l’être simiesque
    Recouvrant un peu de ses moyens, fort du départ de la soldatesque.
    « Mon dieu, et ma muse. Celui qui forge mes cieux et qui m’amuse. »
    « C’est Lui qui me mit sur ta route, te fit chanter et mit tes ennemis en déroute. »
    Le singe n’en revenait point d’avoir été sauvé
    Et par quelque miracle, qu’un dieu l’eut observé.
    Sans tergiverser ni songer aux conséquences,
    A genoux devant son hôte, il jura l’obédience.
    Il donna sa vie, son bras et son âme à ce Trouveur,
    A ce dieu qui l’avait trouvé et l’avait gracié à la bonne heure.

        Refrain

    Fervent dévot en un moment, il pria le barde de tout lui dire
    De son Divin Sauveur, du dogme et du péché, qu’il sache s’en prémunir.
    Et des bonnes façons d’adorer ce dieu, des sacrifices et offrandes…
    Qu’attendait-Il de Ses fidèles ? Quels hommages exigeait-Il qu’on Lui rende ?
    Le joueur de lyre sembla amusé et prit le jeune sot avec lui.
    Et vers l’ouest, ils allèrent de concert,
    Partageant la tente, la pitance et le puits.
    Et le barde lui fit description de son dieu par le glossaire.

        Refrain

    Quel dieu étrange était-ce là…
    Se dit le chimpanzé renégat.
    Sauver cette bête qui ne savait des chansons,
    Que celles grivoises et triviales, braillées par les poltrons.
    Qui n’entendait subtilité
    Que dans l’art de manier l’épée…
    Comment pourrais-je servir dignement
    Un dieu des poètes, moi, le manant ?
    Et c’est ainsi que débuta
    L’histoire d’un singe que chahuta
    Le destin fallacieux, bien nommé,
    D’une impossible renommée.

        Refrain

    Le barde et le singe se quittèrent alors que le sauvé joignait son origine,
    Qu’il rencontrait enfin d’autres comme lui, des parents, des frangines.
    Dans un port du Lapaliiya, pour la première fois, il prit la mer,
    Depuis son origine tumultueuse, sa naissance et son calvaire.
    Il renouait avec la tradition de son espèce et embrassait les flots.
    Naturellement dans son élément, il fit un bon matelot
    Et vécut quelques temps dans ce drôle de nouvel ancien monde,
    Baignant ainsi son cœur des effluves de l’Onde.

        Refrain

    Qui de la Mer ou de la Terre l’emportera jamais ?
    Sur un cœur né par l’une et forgé par l’autre ;
    Peut-on jamais savoir : « où être ? » et « où aimer ? »
    Lorsqu’on fut dévoyé et porté loin des nôtres ?
    Le jeune singe apprenait des chansons, des nœuds et des manœuvres,
    Mais se languissait malgré sa joie des sentiers et des odeurs de la terre.
    Qu’y pouvait-il ? Jamais satisfait, malgré ses semblables, ses partenaires…
    Une vie est un tout, l’histoire nous rattrape même si on la renie, telle une pieuvre
    Elle s’enlace et se colle à vous, y instille le malaise et l’envie,
    Qui malgré toute volonté d’émancipation, balise votre vie…

        Refrain

    Or donc un beau matin, après la collation, est-il décidé
    D’aller quêter l’aventure et de rembourser la dette
    En chants et en histoires neufs, qu’un dieu girouette
    Commande à ses fidèles d’amasser comme les idées.
    Il prend donc ses deniers et son courage à deux mains,
    Et d’un coup d’un seul, acquiert tout ce qu’il faut à un trouveur :
    Une mule et tout un équipement pour les lendemains,
    Pour affronter une île fantastique, ses mystères et ses bonheurs…

        Refrain (Fin)

Citation:
INTERMEDE : Ô VOIE SUBLIME !

          Refrain :
        Il est un temps pour l'aventure,
        Un autre pour la désinvolture.
        Un délai pour panser les blessures,
        Une digression pour préparer son futur...



    Le Temple Perdu et son contingent de loviates
    Avaient livrés leurs mystères aux quatre compagnons.
    Trésors, butins de guerre et péripéties à foison
    Remplirent leur escarcelle avant qu'ils ne se carapatent.

    Martha, la sorcière naine de Shanatar l'Ancienne,
    Dans la jungle, poursuivait son chemin,
    Délaissant sous peu les trois copains
    Qui regagnèrent la zone urbaine.

    La dissolution de la compagnie improvisée,
    Après ripailles et réjouissances, fut scellée.
    Uggeral, le barbare du Nord reposerait sa carcasse
    Au chaud tout l'hiver, sans efforts, près de la populace.

    Amaryllis, l'habile halfeline s'en fut au clergé,
    Éclaircir quelque secret en rapport avec le fouet,
    L'arme enchantée d'Eberhardt le loviate,
    Pour porter un coup à cette secte scélérate.

    Quant à notre hadozée et son rétif mulet,
    Ils se trouvèrent vite désœuvrés,
    Ne sachant que faire ni où errer
    Dans cette fieffée ville bourdonnante d'activité...

        Refrain

    Clin d’œil du destin ou grâce du hasard ?
    Après avoir été chassé par le barbant barbare,
    Pour le cuisant motif qu'il faisait trop de bazar,
    Son Dieu le mena vers de fascinantes bagarres.

    Qui donc est ce vieil homme,
    Affrontant dans l'arène,
    Des malabars qu'il dégomme,
    Sans ciller, à la chaîne ?

    D'où lui vient cette aisance dans l'Art du combat ?
    Et ces mouvements bizarres qui font tant de dégâts ?
    Pour sûr, le chétif barbe blanche les domine
    Avec allure, ces jeunes branches qui ne font pourtant pas mine.

    De feu et d'ombres sont ses coups de poings !
    D'une précision sans faille, il fracasse les groins.
    Il bouge plus vite qu'une antilope
    Et frappe dans le mille ; pourtant il est myope !

        Refrain

    Décision prise, une fois qu'ils ont tous abdiqués ;
    Sans surprise, en coulisses se faufile le hadozée :
    « Ô Maître, prenez moi comme disciple !
    Je ferais ce que vous voudrez. Et même le triple ! »

    Les yeux bridés plissent ce visage gorgé de rides
    Qui ajuste ses binocles et lorgne sur ce singe stupide :
    « Je ne prends pas d'apprenti, petit. »
    Et sans même discuter, il s'enfuit.

    Pas question ! Se dit le macaque éconduit
    Qui enfourche son mulet et le poursuit jusque chez lui.
    Devant sa palissade, durant trois jours et trois nuits,
    Il restera en poste jusqu'à ce qu'enfin s'ouvre l'huis.

    « Dégage-moi ce mulet ou j'appelle la garde ! »
    Braille une mégère en tablier d'une voix criarde.
    N'Gombo n'avait point retenu son appétit
    Et avait brouté les fleurs devant le logis...

        Refrain

    Rien à faire, le singe s'excuse mais n'en démord point :
    Il restera par terre, même s'il on lui montre le poing.
    A la nuit tombée, une ombre dégueule le vieillard :
    « Approche ! » Dit-il au hadozée à l'air hagard.

    La persévérance porte parfois ses fruits...
    Le temps d'une révérence : « Attaque-moi ! » Qu'il lui dit.
    Pour commencer donc, une danse qui l'étala sur le parvis.
    Sans espoir de victoire, malgré toute sa panoplie...

    « Tes attaques sont pathétiques.
    Ta défense est bordélique.
    Et tu n'as aucune technique. »
    Diagnostiqua-t-il, cynique.

    « Il n'y a rien à faire avec un tel abruti.
    Range ta mule et déguerpis ! »
    Le ton était ferme et obtempérer, il faillit.
    C'eut pu être le cas si les étoiles n'avaient pas lui...

    Vaincu, allongé, à moitié sonné, il comprit :
    Elles s'agitaient sur le ciel sombre, pleines de promesses,
    Dessinant sur les ombres de martiales prouesses.
    L'expression du potentiel d'un combattant aguerri.

    Un signe de son protecteur ? Ce n'était pas fini !
    Avec une nouvelle ardeur, bien droit, il se rassit.
    Et supporta encore jusqu'à la neuvième nuit,
    Le jeûne, les blessures, le vent et la pluie.

        Refrain

    A l'aube, la porte s'ouvrit soudain
    Un type émergea : « Entre. Je m'occupe du poulain. »
    Étourdi et étonné, le singe boitilla vers l'entrée.
    Dans une grande salle, immobile, le maître l'attendait.

    « Je t'entrainerai donc mais je serais impitoyable.
    En toutes circonstances, tu devras m'obéir.
    Transiger s'avèrerait impardonnable.
    A la moindre incartade, je te vire. »

    Les termes du contrat étaient posés.
    Le hadozée épuisé ne fit pas mine de refuser.
    Et l'instant d'après, il s'effondra sur le parquet.
    Inconscient, le palefrenier le traîna vers un sommier.

    C'est ainsi que débuta un long et pénible entraînement.
    Mêlant d'impossibles positions tenues des heures durant,
    A d'acrobatiques contorsions et des exercices exténuants :
    Il fallait réveiller le dragon et le contraindre patiemment...

        Refrain

    La Voie Sublime est telle un Dragon à Neuf Têtes,
    Chacune est unique mais seules, elles sont incomplètes.
    Le Maître Hong Bing Song, en cet Art un esthète,
    En pratique harmonieusement toutes les facettes.

    Solide est le Dragon de Pierre
    Qui enracine l'artiste martial
    Dans les énergies primales
    De la puissance de la Terre.

    C'est l'ossature de la Voie Sublime,
    La discipline qui porte constance et force.
    Chez Zauntii, trop volage dans ses amorces,
    Une gageure, pour sa pratique de l'escrime.

    Acéré est l’œil de l'Esprit de Diamant ;
    Concentration à l'extrême qui défie les lois du temps.
    Pensée vive, acte intuitif, rien d'obscur pour Zauntii
    Qui agit bien mieux qu'il ne réfléchit...

        Refrain

    Puissante est la sauvage Griffe du Tigre ;
    Explosion du muscle, et expression du sang...
    Il convient au musc et à son tempérament.
    Du Chi brut du bas ventre qui, vers le bras armé, migre.

    Insaisissable est le rusé Soleil Couchant
    Qui retourne l'adversaire en force ou en virevoltant.
    Une fascinante technique qui plaît au macaque,
    Capable de circonvenir les plus rudes des attaques.

    Miraculeux est le fervent Esprit Dévoué
    Qui dans la foi, la puissance d'un Dieu va puiser !
    Un domaine trop incompréhensible pour le moment,
    Aussi incompressible que fût son dévouement...

    Terrible est la voix du Corbeau Blanc
    Qui paralyse l'ennemi et grise les alliés combattant.
    Le secret du Verbe et de la tactique
    Qui lui viendra sûrement, pour peu qu'il s'applique...

        Refrain

    Impeccable est la rigueur du Cœur d'Acier !
    Incomparable est sa maîtrise de la lame !
    Indispensable héritage pour le simiesque guerrier,
    Qui forgera autant son bras que son âme.

    Profondément mystiques sont les deux derniers
    Qui ne se comprennent qu'en opposés.
    L'un dépendant de l'autre,
    Se contrebalançant chez l'apôtre.

    Brûlant est l'impressionnant Vent du Désert
    Qui allume le feu du dragon,
    Insuffle sa vivacité chez l'artiste hors pair :
    Rien qui ne pourrait plus lui plaire !

    Froide est la secrète Main d'Ombre ;
    Du mouvement et de la lumière, sa contrepartie immobile et sombre
    Elle sa pare d'illusion et trompe l'adversaire.
    Malin, le singe saura en percer les mystères...

        Refrain

    Entre corvées et singulières pratiques,
    Le temps passait mais pas de super technique...
    Selon le maître, c'était pour préparer le Chi.
    Pour le hadozée, tout cela n'était que bizarreries.

    Et quand enfin il s'aperçut des effets,
    Le maître, sans prévenir vint à s'absenter,
    Lui léguant quantité de gestuelles à affiner,
    Qu'en bon élève, il s'efforcerait de peaufiner...

        Refrain (Fin)


Citation:
PASSAGES DE NIVEAU

Niveau 1 :
Seigneur des Chevaux niveau 1
• Alignement : Chaotique Neutre
• Caractéristiques : 30 points d'achat
    • Force : 14 (6 points d'achat)
    • Dextérité : 20 = 18 (16 points d'achat) + 2 (Racial)
    • Constitution : 10 (2 points d'achat)
    • Intelligence : 8 (0 point d'achat)
    • Sagesse : 14 (6 points d'achat)
    • Charisme : 6 = 8 (0 point d'achat) - 2 (Racial)
• Points de vie : 12 (1d12) + 0 (Con) = 12
• Points de compétences au niveau 1 : 12
    • +1 Equitation
    • +2 Saut
    • +1 Survie
    • +1 Escalade
    • +1 Dressage
    • +2 Langues : shaaran
    • +2 Profession (Marin) : DM = 1
    • +2 Représentation (Chant) : DM = 1
• BBA +1 ; Réf +0 ; Vig +2 ; Vol +0
• Dons :
    • Maniement d'une arme exotique (Épée bâtarde) (Personnage 1)
    • Attaque en finesse (Handicaps)
    • Défense mortelle (Handicaps)
• Handicaps :
    • Tremblotant
    • Vision trouble
    • Esprit libre
• Trait :
    • Hypermétrope

Niveau 2 :
• Multiclassage en Moine du Chaos niveau 1
• Points de vie supplémentaires : 5 (1d8) + 0 (Con) = +5
• Points de compétences : +3
    • +3 Acrobaties
• BBA +0 ; Réf +2 ; Vig +2 ; Vol +2
• Don Moine du Chaos niveau 1 (style défenseur accompli) : Arme de prédilection (Épée bâtarde)

Niveau 3 :
Moine du Chaos niveau 2
• Points de vie supplémentaires : 7 (1d8) + 0 (Con) = +7
• Points de compétences : +3
    • +2 Acrobaties
    • +1 Saut
• BBA +1 ; Réf +1 ; Vig +1 ; Vol +1
• Don Moine du Chaos niveau 2 (style défenseur accompli) : Expertise du Combat
• Don niveau 3 : Lame gracieuse

Niveau 4 :
Seigneur des Chevaux niveau 2
• Points de vie supplémentaires : 8 (1d12) + 0 (Con) = +8
• Points de compétences : +3
    • +1 Equitation
    • +2 Saut
• BBA +1 ; Réf +0 ; Vig +1 ; Vol +0
• Augmentation de caractéristique : +1 Dextérité
• Changement d'alignement : passage en Neutre Strict



_________________

Zahlem


Dernière édition par Zauntii le Lun 11 Nov 2013, 17:48, édité 4 fois.
Haut
  Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Forum verrouillé Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Ahrefs [Bot] et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à: