Heures au format UTC + 1 heure


Nous sommes le Ven 19 Oct 2018, 02:40


Règles du forum


Image


Forum verrouillé Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: La jeune Iridène
MessageMessage posté...: Jeu 14 Juin 2018, 16:35 
Aventurier de passage
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Jeu 14 Juin 2018, 16:20
Messages: 30
Nom : Iridène
Alignement : N-S
Race : Humaine
Région : Eauprofonde
Âge : 15 ans
Poids : 45 kg
Taille : 1,59 m
Sexe : Féminin
Classe : Compétiteur
Divinité : Baine
Déplacement de base : 9 m, soit 6 cases, par round

Expérience : 0 / 1 000

Caractéristiques :
    Force 12 (+1)
    Dextérité 16 (+3)
    Constitution 12 (+1)
    Intelligence 16 (+3)
    Sagesse 10 (0)
    Charisme 8 (-1)

Points de vie : 7 = 6 (d6) + 1 (constitution)

Classe d’armure (CA) : 15 = 10 + 2 (armure de cuir) + 3 (Dex)
    Contact : 13
    Prise au dépourvu : 12

Initiative : +3 (Dex)

Jet d’attaque au corps à corps : 2 = 1 + 1 (For)
Jet d’attaque au corps à corps avec une arme légère : 4 = 1 + 3 (Dex)
  • Dague : +4 / 1d4+1/ 19-20/×2
  • Matraque : +4 / 1d6+1/ ×2 (non létal)
  • Rapière : +4 / 1d6+1/ 18-20/×2
    Rapière 1+2 : +2 / 1d6+1/1d6 / 18-20/×2
    Rapière 1+2 en attaque sournoise : +2 / 2d6+1/2d6 / 18-20/×2
Jet d’attaque à distance : 4 = 1 + 3 (Dex)
  • Arbalète légère : +4 / 1d8 / 19-20/×2 / 24 m
  • Dague : +4 / 1d4+1/ 19-20/×2 / 3 m

Jet de réflexes : 5 = 2 + 3 (Dex)
Jet de vigueur : 1 = 0 + 1 (Con)
Jet de volonté : 0 = 0 + 0 (Sag)


Langues connues :
    Commun
    Chondathien
    Illuskien
    Elfique
    Nain

Aptitudes de classe :

Dons :


Caractéristiques raciales :
  • Humanoïde [Humain]
  • Taille M : En tant que créature de taille moyenne, les humains ne possèdent ni bonus, ni malus.
  • Don bonus : Un don supplémentaire au niveau 1, car c’est des touche-à-tout qui apprennent particulièrement vite.
  • Quatre points de compétence supplémentaires au niveau 1, et un point de compétence supplémentaire à chaque niveau par la suite, pour les mêmes raisons (les quatre points de compétence additionnels du niveau 1 sont ajoutés après multiplication, pas avant).
  • Vitesse de déplacement de base : Leur vitesse de déplacement au sol de base est de 9 m par round.
  • Langues : D’office : commun ; supplémentaires : suivant la région du personnage.
  • Ajustement de niveau : +0
  • Classe de prédilection : Spécial

Compétences :
    Total = DM + bonus carac + autres

    Dépendant de la force :
      Escalade* : 1 = 0 + 1 – 0 (malus armure)
      Natation* : 1 = 0 + 1 – 0 (malus armure)
      Saut* : 1 = 0 + 1 – 0 (malus armure)

    Dépendant de la dextérité :
      Acrobaties : 7 = 4 + 3 – 0 (malus armure)
      Déplacement silencieux* : 7 = 4 + 3 – 0 (malus armure)
      Discrétion* : 7 = 4 + 3 – 0 (malus armure)
      Équilibre* : 3 = 0 + 3 – 0 (malus armure)
      Équitation* : 3 = 0 + 3
      Escamotage / Vol à la tire : 7 = 4 + 3 – 0 (malus armure)
      Évasion* : 3 = 0 + 3 – 0 (malus armure)
      Maitrise des cordes* : 3 = 0 + 3

    Dépendant de la constitution :
      Concentration* : 1 = 0 + 1

    Dépendant de l’intelligence :
      Artisanat (tout) : 3 = 0 + 3
      Connaissances (folklore local) : 7 = 4 + 3
      Contrefaçon* : 3 = 0 + 3
      Estimation* : 3 = 0 + 3
      Fouille* : 7 = 4 + 3

    Dépendant de la sagesse :
      Détection* : 4 = 4 + 0
      Perception auditive* : 4 = 4 + 0
      Premiers secours* : 0 = 0 + 0
      Psychologie* : 0 = 0 + 0
      Survie* : 0 = 0 + 0

    Dépendant du charisme :
      Bluff* : –1 = 0 – 1
      Déguisement* : -1 = 0 – 1
      Diplomatie* : -1 = 0 – 1
      Intimidation / Persuasion* : –1 = 0 – 1
      Renseignements* : -1 = 0 – 1
      Représentation* : -1 = 0 – 1

    Jets impossibles :
      Crochetage : —
      Dressage : —
      Utilisation d'objets magiques : —
      Art de la magie/connaissance des sorts : —
      Décryptage : —
      Désamorçage/sabotage : —
      Profession () : —

    En gras, les compétences de classe et avec un astérisque, les compétences admettant un test inné (utilisables même avec un degré de maitrise égal à 0).

Équipement :
  • Tenue de voyage ( / kg; / po)
  • Armure de cuir (7,5 kg ; 10 po)
  • Rapière (1 kg ; 20 po)
  • Rapière (1 kg ; 20 po)
  • Arbalète légère (2 kg ; 35 po)
  • Carreaux : 20 (1 kg ; 2 po)
  • Chausses trappes : 1 (1 kg ; 1 po)
  • Bonbon de soin : 1 ( / kg; 30 po)
  • Sac à dos (1 + 3,5 kg ; 2 po) contenant :
    • Sifflet ( / kg; 8 pa)
    • Torche : 4 (2 kg ; 4 pc)
    • Craie (morceau) ( / kg; 1 pc)
    • Dague (0,5 kg ; 2 po)
    • Matraque (1 kg ; 1 po)
    • Silex et amorce (/ kg; 1 po)

Or : pp, 0 po, 11 pa, 5 pc

Charge : 18 kg (légère)
    Charge légère : jusqu’à 21,5 kg ;
    Charge intermédiaire : de 21,5 kg à 43 kg ;
    Charge lourde : de 43 kg à 65 kg

Description physique
Iridène est petite et menue, très jeune ses formes féminine se devine à peine. Des cheveux blond coupé court complète une apparence à la garçonne et peu gracieuse. Son regard est dur et ses pupilles marron sont constamment en alerte.


Description mentale
Iridène est égoïste et individualiste, le sort des autres lui importe peu tout comme leur avis. elle ne souhaite pas réellement de mal aux autres mais son avenir passera toujours en premier. Elle se sert de la loi quand celle ci est a son avantage et la contourne voir la viol allégrement dans le cas contraire. Il n'y a pas grand choses qui puisse l'émouvoir et elle est prête à tout pour améliorer sa condition, que cela passe par de l'or, du pouvoir ou de la connaissance.


Background
Eauprofonde est une ville magnifique et dans tout Faerune sans doute unes de celle où il fait le mieux vivre. Loin de la puanteur de Marsembre, de la dangerosité latente de Lunargent ou des inégalités criantes entre riche et pauvre de Ordulin.

La cité des splendeurs n’en est pas moins une métropole où la pauvreté et le crime existe, ou certains vivent et meurent dans la tristesse et le dénuement le plus total à quelques mètres des riches villas des seigneurs de la ville. Personne ne connaît le nom des pauvres êtres qui survivent dans les quartiers les plus pauvres de cette magnifique cité.

Cette histoire commence avec Lydia, une jeune humaine orpheline qui survivait depuis la disparition de ses parents, dans les égouts du quartier du port. La vie de Lydia consistait à essayer de se trouver à manger, de se protéger des agressions des autres démunis et de fuir les esclavagistes de Port-Cranes qui organisent de régulières rafles parmi les populations que personne ne réclamera ou même ne cherchera, pour les vendre au plus offrant.

Lydia ne connaissait pas d’autres vie et ne se plaignait pas, se plaindre c’est faire preuve de faiblesse et la faiblesse c’est la mort. La jeune humaine était intelligente et futée, elle savait éviter les dangers, elle connaissait les cachettes que les esclavagistes ignoraient, elle savait revendre sans risques les quelques objets qu’elle trouvait ou volait de-ci de-là. Durant des années Lydia survécu de mieux en mieux et réussit même à économiser de quoi se trouver un logement décent et sortir du caniveau qui l’avait vu naître. Paradoxalement ce sont ces changements positif qui a termes amenèrent la pauvrette à ses heures les plus sombres.

Une fois moins sale et habillé d’autres choses que de haillons, Lydia se révéla être très belle, ce qu’elle ignorait totalement. La beauté n’avait jamais été un sujet, encore moins un atout. On remarque difficilement la beauté de quelqu’un couvert de tout ce que les autres jettent dans les endroits sombres.
Elle n’était pas préparée à attirer l’attention des hommes, elle savait se protéger des brutes qui avaient essayé de la violer mais était sans défenses contre les plus subtiles qui l’accostaient avec des mots doux, de beaux habits et des manières.

La première fois, la surprise de Lydia fut telle qu’elle s’enfuie lorsqu’un jeune homme l’aborda dans la rue pour lui proposer un verre. La deuxième fois elle pressa le pas pour rentrer dans sa petite chambre. Lorsqu’elle en ressortie, le prétendant l’attendait toujours avec un bouquet de fleurs des champs, ne sachant comment l’éconduire Lydia fini par accepter les fleurs et les avances du jeune homme qui lui proposa de l’emmener dans une auberge. Le garçon était sans doute un peu plus jeune qu’elle, mais n’ayant jamais connue son âge elle ne pouvait le jurer, en vérité Lydia avait prêt de 27 ans et le jeune garçon tout juste 17 mais il dégageait l’assurance de ceux qui savent parfaitement ce qu’ils sont entrains de faire. Le garçon l’emmena dans une bonne auberge, la meilleure nourriture que Lydia n’eut jamais mangée et lui fit boire un hydromel cuvée spécial fort sucrée et fort alcoolisé. Les souvenirs de Lydia s’estompe un peu dans l’alcool et la suite de la soirée reste trouble dans son esprit. Elle se réveilla dans une des chambres de l’auberge, seule, ses habits au bord du lit. La soirée n’avait pas été désagréable mais l’absence de souvenir et le réveille dans cette chambre inconnue lui torturait l’esprit.

Elle avait l’impression que quelque chose avait changé, qu’il lui était arrivé quelque chose, elle ne se sentait pas bien dans son corps mais refusait de penser sérieusement que le jeune homme avait pu abuser d’elle pendant qu’endormie par l’alcool, elle était inanimé. Elle quitta précipitamment les lieux et rentra chez elle la tête basse et sans trainer.
Plusieurs jours passèrent et Lydia mit de côté ces évènements sans jamais totalement les évacuer et passé deux semaines en sortant de chez elle, elle retomba nez à nez avec le garçon. Gregor avait cette fois ci un bouquet de jolies fleurs et un grand sourire, il avait aussi plein d’explications logiques et d’excuses. Bien sûr il lui promit qu’il ne s’était rien passé et avait prévu d’amener Lydia à un spectacle. Spectacle, rien que le mot avait raisonné en Lydia, la seul fois qu’elle avait vu quelque chose du genre elle était encore enfant et avait été chassée de sa cachette à peine les festivités commencées. De ce souvenir Lydia gardait surtout la beauté de la musique et les couleurs des vêtements des jongleurs. L’idée de pouvoir assister à un vrai spectacle sans risque d’être congédiée fini d’évacuer ses doutes. Et puis Gregor semblait gentil, il promit de ne plus la faire boire et lui dit qu’il fallait commencer par lui acheter une robe. Lydia vécu une après-midi magique, habillé de neuf pour la première fois de sa vie, Gregor l’emmena à nouveau dans une belle auberge puis à un spectacle de magie époustouflant. Lydia était aux anges et Gregor proposa de l’amener chez lui car il était tard et le petit couple était bien loin de la triste chambre de Lydia dans les bas quartiers.

Ce que la jeune femme ignorait c’est que pendant ce temps un ami de Gregor payait le logeur de la jeune femme pour faire disparaitre ses affaires et colporter la rumeur qu’elle avait trouvé un riche prétendant et qu’elle avait déménagée dans les beaux quartiers.

Arrivé chez Gregor ou plutôt à la villa qu’elle pensait appartenir à Gregor, Lydia y rentra sans aucune crainte, son bon sens avait disparu et ses défenses était à terre. Le manoir était immense et magnifique, des lumières a toute les fenêtres de la musique sortait dans le jardin, la pauvre femme n’entendit même pas Gregor glissé aux videurs à l’entrée que le patron l’attendait et qu’il avait un cadeau. Le jeune garçon inondait sa victime de sourire et de belles paroles, lui présentant le hall comme sa pièce préféré et lui proposant de monter se reposer. Il écarta d’un geste nonchalant, en prétextant l’heure tardive, les questions de Lydia sur les gens qui semblaient nombreux en ces lieux et il l’emmena jusqu’à une chambre de l’étage en lui mettant les mains devant les yeux avant de rentrer. Malgré l’excitation du moment Lydia garda bien les yeux fermés une fois dans la pièce, Gregor l’abandonna et ferma sans bruit la porte. C’est quelqu’un d’autre qui l’approcha pour lui placer un bandeau sur les yeux sans dire un mot et l’amener jusqu’à la pièce qui va lui servir de prison pour les 10 ans à venir. L’incompréhension mit du temps à se faire sentir, l’excitation était telle qu’il fallut plusieurs minutes pour que Lydia comprenne que quelque chose n’allait pas, elle finit par enlever son bandeau pour comprendre ce qui pouvait être arrivé à Gregor.

La suite de l’histoire n’est pas à raconter à tout le monde, Lydia avait échappé à des esclavagistes durant des années pour tomber entre les mains d’autres genres de marchand d’individus, elle ne sut jamais exactement ce qui c’était passé ; Gregor le jeune prétendant était un petit nobliau sans importance mais pas sans dettes, il les avaient contractées auprès d’un riche marchand qui aimait par-dessus tout posséder ce qui ne se possède normalement pas. Casalerro se considérait comme un épicurien c’était en fait un vulgaire marchand de chaire, un violeur, un kidnappeur et sans doute bien d’autres choses. Il aimait à briser des jeunes femmes pour en faire ses choses comme certains domptent les chevaux sauvage, le jeune Gregor avait frappé et abimé une de ses filles et lui avait fait perdre de la valeur, en compensation il avait promis de lui ramener une remplaçante et Casalerro était satisfait de la livraison.

Lydia fut affamée, torturée mentalement, obligée à faire des choses inavouables durant des mois, jusqu’à ce qu’elle comprenne qu’elle n’avait aucun espoir et que résister c’était subir encore plus de douleurs et de torture. Son esprit n’était pas faible et ses réflexes de survivante de la rue, sa rage de vivre existaient encore, jamais elle n’envisagea d’essayer d’en finir, elle ne savait même pas si elle aurait réussi mais c’était inenvisageable pour elle. Peu à peu elle céda, elle apprit ce qu’elle devait apprendre, elle agit comme on lui demandait d’agir.

D’une certaine façon sa situation s’en arrangea, on l’a nourrit correctement, on la lava, la parfuma, lui offrit de beaux atours même si personne ne sortait dans les rues ainsi vêtu et elle fut mise au travail quelques six mois après son enfermement. Pendant des années Lydia servit son maître, tomba enceinte avorta grâce à des décoctions de plantes et des aiguilles à tricoter qu’utilisaient les filles du manoir, elle vieillit mais sa beauté loin de se faner se fit plus mature attirant d’autres types de clients. Après encore quelques années d’esclavage alors qu’elle pensait ça impossible à son âge Lydia tomba enceinte pour la onzième ou douzième fois, comme à son habitude elle prit une décoction de plante censé tuer le bébé et une aiguille pour le curetage mais à force de mauvais traitement ses organes couverts de tissus cicatriciel avait cette fois ci résisté à la fois aux plantes et au curetage.

Lorsque Casalerro compris que Lydia était enceinte pour de bon il décida que « le temps de la retraite » était venu pour elle. Vendu une bouché de pain aux esclavagistes de Port-Cranis, qu’elle avait fuit si longtemps, elle accoucha dans une geôle au fin fond d’une grotte loin sous la ville d’Eauprofonde d’une petite fille qu’elle nomma Iridène. L’espérance de vie d’un nouveau-né dans ses conditions était pratiquement nulle. Mais les esclavagistes de Port-Cranis connaissant la provenance de Lydia et avaient décidé de la garder comme femme de chambre. Son « éducation » malgré sa grossesse récente était de nature à intéresser les esclavagistes que ce soit comme femme de chambre ou maitresse de temps en temps. Ce statut lui permis de s’occuper correctement de sa fille même s’il fallut rapidement qu’elle lui abandonna tout ce qu’elle pouvait obtenir, nourritures, vêtements, eau.

Iridène était une survivante même encore dans le ventre de sa mère, c’était un bébé solide et qui ne pleurait pas ou peu elle sut se nourrir de solide à neuf mois, marcher avant ses un an, toujours silencieuse jamais pleureuse c’était une jolie jeune fille au grand damne de sa mère qui aurait préféré qu’elle ait un physique quelconque. Elle avait quatre ans quand les esclavagistes s’intéressèrent à elle, sa petite taille et son agilité, alliée à une intelligence étonnante pour son âge et voilà Iridène embrigadé dans un cambriolage de haut vol qui réussit avec succès.

Le premier vol réussit un deuxième suivi puis encore d’autres et ce durant deux ans. Lydia n'avait jamais raconté son histoire à sa fille et ses connaissances du monde extérieur étaient fortement limité mais cette nouvelle proximité avec le monde et avec d'autres personnes lui apprirent beaucoup de choses, sa notion de "propriété" fut à jamais modifié et ces hommes peu scrupuleux prenaient un malin plaisir à apprendre à Iridène ce qu'eux même savait du passer de sa mère. Elle ne comprenait pas tous les mots mais elle se souviendrait à jamais de ces récits d'emprisonnement, de maison close et de viol. Lorsque Lydia, interrogé par sa fille sur ce que ces hommes avait dit, compris qu'elle savait tout elle décidé qu'il était temps pour la petite de s'enfuir, elle lui écrivit une longue lettre expliquant son passé, la cacha dans ses affaire et avant le prochain cambriolage, donna des consignes à sa fille.

« Profites-en pour t’enfuir ! Au moment critique, abandonne les, laisse les se faire attraper par le guet et quitte la ville aussi vite que tu peux ! Ne te laisse pas attraper quoi qu’il arrive, reste libre !»

Ce sont les derniers mots de Lydia envers sa fille, les derniers conseils d’une mère qui avait transmis à sa fille sa rage de vivre et son courage. Iridène fit ce que sa mère lui avait demandé, en plein cambriolage alors qu’elle devait passer entre les barreaux d’une herse et ouvrir aux voleurs pour qu’ils puissent s’enfuir avec le butin, la fillette fit un petit signe d’au revoir de la main et sonna la cloche d’alerte proche, laissant les voleurs les mains pleines dans une cour intérieur de riche villa sans aucun moyen de s’enfuir. Lydia fut punie de mort pour la fuite de sa fille, écartelé devant les autres esclaves en guise d’exemple alors qu’on lui avait dit que sa fille avait été retrouvée et tué.

C’était faux bien sûr, Iridène allait bien mais le destin final de sa mère jamais elle ne le connue. La fillette fuit la ville d’Eauprofonde mais resta dans la région, elle grandit quelque peu mais resta petite et fluette, toujours intelligente elle était moins mignonne que petite fille, la beauté fatal de sa mère semblait s’être estompé durant ses années d’esclavage mais avait été remplacé par une intelligence bien au-dessus de la moyenne.

Installé à la campagne pour quelques années tranquille dans une petite bourgade, elle se fit connaître comme une petite fille serviable pour quelques pièces de cuivre. Évidement c'était un couverture facile et efficace pour faire des repérages dans le but de petit larcin. Elle était mesurée dans ce qu'elle volait, juste quelques objets usuel très courant qu'elle pouvait échanger facilement à des brocanteurs et dont leurs précédent propriétaires avaient presque oublier l'existence. Ainsi son travail officiel lui permettait de vivre et l'autre occupation d'accumuler des objets qui allaient lui servir tôt ou tard.

A ses quinze ans elle décida de retourner à Eauprofonde pour essayer de retrouver sa mère. Ayant gagné en assurance et désormais armés de ses rapières et de son arbalète, Iridène se sentie prête à tout affronter. Elle posa des questions, appris des choses mais ne fut pas aussi discrète qu’elle l’aurait voulu, elle fut remarquée par des hommes de mains de ses anciens geôliers, et rapidement traquée car ils avaient compris qui elle était et les vieilles rancunes ont la dent dure. Attaquée par quatre hommes de mains dont plusieurs qu’elle avait planté voilà presque 10 ans dans cette villa, elle fut blessé au visage et du fuir vers le port où elle se cacha dans la cale d’un bateau pour échapper à ses poursuivants.

La cale d’un bateau qui prit la direction de Gemmaline, avec une passagère involontaire, blessée et inconsciente.

_________________
La, je décris
"La, je parle"
"La, je crie"
"La, je chuchote"
"La, je parle le Chondathan"
"La, je parle l'illuskan"
"La, je parle l'elfique"
"La, je parle le nain"
Et ça c'est la fiche de perso


Dernière édition par Iridène le Mer 20 Juin 2018, 09:48, édité 4 fois.
Haut
  Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Forum verrouillé Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron