Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Dernière visite le il y a moins d’une minute Nous sommes le Mar 14 Juil 2020, 05:01



 [ 2 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Chroniques fantastiques
MessageMessage posté...: Lun 04 Jan 2016, 13:50 
Héros épique
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Dim 26 Oct 2014, 00:03
Messages: 706
PX: 3000
Plume de Scribe: 1 Plume
Vous saisissez le carnet. À première vue, il a l'air des plus simples : des pages en parchemin reliées sur une couverture de cuir, le tout fermé par un fermoir d'argent banal. Les pages à l'intérieur ne décrivent que des mondanités, entre notes de voyages et recettes de gâteaux aux cinq sels. Enfin, tout cela reste simple jusqu'à ce que l'on se penche sur la couverture. Incrustés dans le cuir résident deux mécanismes à engrenages de cuivre et d'argent. Deux petites molettes les actionnent, des roues crantées tournant sur elles-mêmes. Une magie imprégnée dans ces engrenages fait apparaître des symboles éthérés juste au dessus du cuir, des chiffres changeant avec le mouvement des roues. Le second mécanisme, lui, fait briller de différentes couleur des symboles incrustés dans le métal, selon la position d'une petite pointe de flèche de cuivre.

Pour celui qui connait la bonne combinaison de symboles, ce simple carnet de note devient un fabuleux recueil de récits et légendes...


Chroniques fantastiques

Un récit de contes et légendes tout à fait réels par

Varelun Nebeerf Kaerfen Lunelen Skorpin Segaras "l’errant"
Lenifaer Urd "le blaireau" Dinlun Hedilun Segoaen Machin-Truc
Valauk Saeros Farlin "l’artisan" Rimpel "le gnome" Wedslen


Sommaire :
  1. L'écrou est plus fort que la plume

Image

    :HRP: Le principe de ce livre est simple. Varelun a une mémoire parfaite... Pour ce qui l'arrange. Il est du genre exagérateur, et à romancer tout ce qui se passe autour de lui, se mettant au centre de l'action en héros invulnérable et courageux. Ce qui est, évidemment, complètement faux, mais sa nature de gnome oblige.
    Les récits qui seront décrits dans chaque post seront divisés en deux parties. Tout d'abord, le récit romancé, comme écrit par notre gnome affabulateur de service. Il s'ensuivra un HRP sous spoiler relatant la véritable histoire, qui risque fort d'être beaucoup plus courte, ridicule, voire même totalement différente du conte original !


Image


Dernière édition par Varelun le Dim 26 Fév 2017, 13:21, édité 3 fois.
Haut
   
 
 Sujet du message: Re: Chroniques fantastiques
MessageMessage posté...: Dim 21 Fév 2016, 20:17 
Héros épique
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Dim 26 Oct 2014, 00:03
Messages: 706
PX: 3000
Plume de Scribe: 1 Plume

J'étais très affairé, à ce moment-là. La bête nous traquait, et il nous fallait trouver un moyen de lui échapper. L'elfe à mes côtés ― dont j'ai oublié le nom ― paraissait nerveux, et il avait raison de l'être. Affronter cet oiseau de malheur nous avait fait perdre deux brillants coéquipiers, et nous étions dorénavant seuls face à la bête que je pensais grande de cinq mètres sur le moment, mais qui, en réalité, atteignait facilement les cinquante. Mais j'avais un plan. C'était calme et serein que j'imprégnai ma petite création de la magie dont j'avais le secret. Je tournais la tête vers mon dernier coéquipier, et je tentai de le rassurer.

― Ne vous inquiétez pas, lui dis-je, il ne peut pas nous voir ici.

Nous étions adossés à un vieil arbre millénaire, juché sur une saillie providentielle. Si elle n'avait pas été là, cet elfe nous aurait tué tous deux. Mais passons. Un ravin haut de plusieurs centaines de mètres, un espace à peine assez grand pour nous deux, et un monstre dévoreur de chair, voilà une aventure digne d'un Wedslen !

Le monstre aux plumes noires tournoyait, nous cherchant de son regard rouge maléfique. Croassant, le bruit était aussi fort qu'une tempête d'éclairs. Il terrifiait jusqu'au sang l'humanoïde aux oreilles pointues, qui était paralysé. J'avais une dernière fois besoin de lui, aussi tentai-je de lui confier une mission assez simple, à la hauteur de ses capacités. Je lui souris de toutes mes dents, et lui tendis mon petit automate à vapeur.


― Vous savez, c'est pas la première fois que ça m'arrive. Ce genre d'oiseaux, j'ai l'impression de les attirer. Mais ils ont tous un point faible.

Je mentais, évidemment, en essayant de m'attribuer la faute de l'échec de notre mission. J'espérais qu'il se reprenne grâce à cela, mais je me trompais. Il attrapa tout de même l'automate, un geste plus machinal qu'autre chose, après réflexion.

― Je n'aurai pas assez de forces pour le lancer, continuai-je dans mon mensonge, donc il vaut mieux que ce soit vous. Il est déjà remonté, il s'activera quand il…
― Non… Non… M'interrompit-il. L'impolitesse était commune avec lui, mais vous le saviez déjà, et moi aussi. Aussi décidai-je de passer là-dessus. Il tourna la tête vers moi. Je ne peux pas. Je ne VEUX pas. Il est trop… Effrayant. Il va nous dévorer !

J'étais dubitatif. Je me retournai, jetant un œil discret pour estimer la situation. Le volatile ne m'avait pas vu, étant donnés mes talents innés de discrétion. Il nous fallait l'attirer, si l’empoté ne voulais pas sortir de sa torpeur.

― Je pense qu'il va falloir l'attirer alors. Avouai-je. Si nous pouvons le faire approcher, je pourrais peut-être y arriver.

Mon comparse fut soudainement prit d'une panique, prévisible, certes, mais je ne pensais pas qu'il y arriverait à ce point-là de notre mésaventure.

― Non ! NON ! NOOOOOOOOOOOOON ! SI VOUS L'ATTIREZ ICI, ON EST MORTS ! MORTS !

Cria-t-il, ce qui ne manqua pas, évidemment, d'attirer l'oiseau. Celui-ci corrigea sa trajectoire, bec en avant, fixant l'arbre comme ― comble de l'ironie ― un elfe fixerait une salade. Je ne bougeai pas, et continuai d'observer les mouvements du monstre, gardant mon calme coutumier. La bête assez proche, je tentai de reprendre l'automate des mains de l'apeuré, mais ce fut sans espoir. Une dispute éclata entre nous, l'autre agissant de manière totalement irrationnelle, ne voulant lâcher ma petite merveille pour une raison qui m'échappa sur le moment ― ses cris hystériques n'étant d'aucun secours dans ma compréhension.
Je perdis ainsi, par sa faute, la notion du temps, et l'oiseau fut sur nous. D'un puissant coup de bec, il détruisit le pan de falaise, notre refuge provisoire, nous faisant tomber dans le gouffre sans fond. L'elfe poussa un cri de désespoir, mais je restai calme. J'avais, en effet, prévu le coup. Je vis l'oiseau attraper l'elfe au vol, et le gober d'un coup de bec. Au moins, sa peur fut terminée avec son décès, même si celui-ci me désolait. Mon automate se mit en action une fois dans l'estomac du monstre, comme prévu : il grossit très rapidement pour atteindre une taille bien supérieure à celle du démoniaque volatile. La conséquence directe fut qu'il tua la bête de l'intérieur, explosant et écartant les chairs. Il n'en restait plus que les grandes plumes noires qui voletèrent, la gravité reprenant le dessus.

Mon précieux automate, maintenant un géant de fer, me rattrapa au vol avec douceur, dans un geste lent. J'atterris dans sa paume de main, sous le regard artificiel lumineux de ma création. De la vapeur sortait de chaque joint boulonné, les bruits d'articulation mécanique accompagnant ses mouvements gracieux, une pure merveille. J'éclatai de rire, heureux que cette machine prenne vie. Je lui ordonnai ensuite de se diriger vers l'horizon, vers une nouvelle aventure, pleine de gloire.


Varelun sirotait un excellent jus de salsepareille accompagné de quelques douceurs à la terrasse d'un café, servis par pas moins que l'elfe en question. Un corbeau, attiré par les douceurs, vint se jucher sur la chaise d'à côté. Le façonneur essaya de le faire fuir, mais il ne fit qu'énerver le volatile qui commença à lui voleter à la figure. Cette agression caractérisée ― aux dires du gnome ― eut pour conséquence de lui faire renverser sa chaise et de la briser, le tout accompagné d'un grand cri aigu de surprise de la part du gnome. Une fois au sol, celui-ci se réfugia derrière un pied de table, attendant que le serveur ne vienne ne chasser l'oiseau à coups de journal. L'addition fut extrêmement salée, du fait des réparations à effectuer et du dérangement inutile (ainsi que des quelques douceurs assez chères que le gnome avait commandées sans en regarder le prix), et Varelun n'apprécia guère. L'elfe lui répondit avec un flegme exemplaire, sans l'insulter, mais Varelun, passablement en colère, n'eut pas le même contrôle. Ses propos lui valurent une expulsion manu militari de la taverne, et ce malgré ses plates et sincères excuses. Il en garda un amer souvenir, même s'il savait qu'il en était responsable, au fond.
Haut
   
 
 [ 2 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à: